IMPERATOR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À Rome, à l'origine, l'imperator est celui qui commande (imperat, étymologiquement : « préparer pour », d'où « ordonner ») ou qui possède l'imperium ; celui-ci est le pouvoir souverain, délégué par Jupiter ( ?), dont la volonté se manifesterait (au travers du peuple dans le vote des comices) aux consuls et aux préteurs, et, en dehors de la ville, aux proconsuls et aux propréteurs ; c'est un pouvoir d'ordonner et de juger, symbolisé par les faisceaux : haches entourées de verges portées par les douze ou les six licteurs qui escortent consuls ou préteurs. Durant les deux derniers siècles de la République, si, en province, le gouverneur (proconsul, propréteur) est assez couramment désigné par ce titre, il semble qu'il y ait cependant une tendance pour le magistrat à ne le porter que si, à la suite d'une victoire importante ayant entraîné la mort d'un nombre réglementaire minimal d'ennemis (chiffre inconnu : de mille à dix mille, suivant les sources), ses soldats, sur le champ de bataille, l'ont salué du nom d'imperator : c'est l'ovation (ovatio), qui, normalement, doit, après ratification du sénat, permettre au vainqueur de célébrer le cérémonie du triomphe par laquelle, pour un jour, il s'identifiera à Jupiter. Il va de soi que des largesses opportunément faites aux soldats peuvent les pousser à ces acclamations. Par ailleurs, il semblerait que le sénat puisse donner de lui-même, en l'absence de toute ovation des soldats, le titre d'imperator ; en outre, Cicéron, par exemple, se livre à des confusions volontaires entre imperator au sens de simple « détenteur de l'imperium » et au sens de « vainqueur qui a obtenu l'ovation ». L'imperator, après son triomphe ou du moins après son retour dans la Ville, abdique son titre. Jules César sera, semble-t-il, le premier à le conserver, soit comme surnom permanent, soit peut-être comme prénom devenu héréditaire. Si César n'en a pas fait vraiment un prénom, son fils adoptif, Auguste, affecte pourtant de le croire et, autant à titre d'héritage que parce [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  IMPERATOR  » est également traité dans :

ANTIQUITÉ - L'Antiquité tardive

  • Écrit par 
  • Noël DUVAL
  •  • 4 294 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Institutions et société »  : […] L'Empire, sans connaître de mutation brutale, se transforme à partir du iii e  siècle. Certes, l'unité du « monde romain » ( orbis romanus ) subsiste en principe jusqu'à l'époque de Justinien, au vi e siècle (les Byzantins garderont toujours le nom de Romaioi ), mais, en pratique, l'Empire connaît des divisions, dues soit à des usurpations (cas des Empires « gaulois » et « palmyrénien » au iii e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiquite-l-antiquite-tardive/#i_44846

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 194 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Le pouvoir impérial »  : […] L'organisation de l'État a été réglée de telle manière qu'il convient de commencer par le sommet. En effet, le pouvoir impérial se présente sous la forme d'une monarchie absolue, et le régime reçut cette caractéristique dès sa naissance, c'est-à-dire dès l'époque d'Auguste. Personne n'admet plus, de nos jours, la théorie élaborée jadis par T.  Mommsen, qui croyait en une « dyarchie », système dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-le-haut-empire/#i_44846

ROME ET EMPIRE ROMAIN - La religion romaine

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 7 018 mots

Dans le chapitre « Le culte impérial »  : […] La fondation du principat augustéen fut un événement aussi important au point de vue religieux qu'au point de vue politique. Ce régime nouveau s'appuie sur la divinisation de César, après sa mort en 44 avant J.-C. César avait compris que tout renouvellement politique devait s'appuyer sur un renforcement des valeurs religieuses, qui avaient perdu beaucoup de leur efficacité. Les rites du culte pub […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-la-religion-romaine/#i_44846

Pour citer l’article

Jean-Claude DUMONT, « IMPERATOR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/imperator/