IMITATION DE JÉSUS-CHRIST

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une spiritualité des états de conscience

Destinée à des moines, l'Imitation limite le plus souvent ses perspectives aux horizons du cloître, mais la profondeur de ses vues spirituelles et sa richesse psychologique sont telles que les fidèles chrétiens dans leur ensemble ont pu y trouver leur aliment. Les tentatives faites pour découvrir dans les trois premiers livres un plan continu sont à la vérité peu convaincantes, moins encore celles qui veulent y voir une correspondance avec les trois voies, purgative, illuminative et unitive. Le texte définitif en est assurément composite. Cependant, il faut reconnaître que le plan final adopté par l'auteur présente une réelle gradation, un passage nuancé du problème ascétique de l'acquisition des vertus à l'amour de la Croix et au dialogue intérieur avec le Christ.

La suprématie accordée à la vie intérieure sur les œuvres extérieures n'a rien de spécifiquement monastique : c'est un trait de la Devotio moderna, comme aussi le primat de la prière personnelle sur les formes liturgiques. Mais cela conduit l'Imitation à une véritable intériorisation de l'ascèse qui est particulièrement intéressante à une époque où l'on abusait facilement des pénitences corporelles : l'ouvrage fait preuve à cet égard d'une remarquable discrétion.

Le caractère christologique de cette œuvre est particulièrement frappant. Tout y est centré sur l'union au Christ : le terme « imitation » ne rend compte ici que très imparfaitement du contenu. La contemplation de l'humanité du Christ y est attentive et profonde. Elle se colore parfois d'une nuance doloriste par son insistance sur le rôle de la souffrance dans la vie de Jésus. P. Debongnie a pu relever à ce sujet une certaine influence de Suso. Cependant, l'Imitation n'y met pas autant de violence que celui-ci et s'en tient aux demi-teintes. En revanche, elle revêt l'union au Christ d'un aspect à la fois personnaliste et psychologique, en lui donnant la forme d'un dialogue. Sous ce rapport, elle a eu par la suite dans la littérature de la piété de nombreux imitateurs.

Du [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  IMITATION DE JÉSUS-CHRIST  » est également traité dans :

DEVOTIO MODERNA

  • Écrit par 
  • Louis COGNET
  •  • 1 401 mots

Dans le chapitre « Les personnalités marquantes »  : […] Le fondateur de la Devotio moderna , Gérard Groote, en dépit de la brièveté de sa carrière, a produit une œuvre abondante, mais où les considérations ascétiques et réformistes tiennent une place envahissante, et dont l'intérêt est relativement réduit. Le célèbre Thomas a Kempis (1380-1471) est le représentant le plus complet de l'école : il faut voir en lui l'auteur de l' Imitation de Jésus-Christ […] Lire la suite

THOMAS A KEMPIS THOMAS HEMERKEN dit (1379 env.-1471)

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 212 mots

Né en 1379 ou 1380 à Kempen en Rhénanie (d'où lui vient son surnom « a Kempis »), Thomas Hemerken rejoint son frère Jean, en 1393, chez les Frères de la vie commune à Deventer, où il commence par suivre des cours de grammaire. En 1398, il est admis dans la communauté et, l'année suivante, suit son frère à Mont-Sainte-Agnès, près de Zwolle. La règle interdisant la présence de deux frères dans la mê […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Louis COGNET, « IMITATION DE JÉSUS-CHRIST », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/imitation-de-jesus-christ/