SEMMELWEIS IGNÁC FÜLÖP (1818-1865)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médecin hongrois connu pour avoir défini les premières règles d’hygiène hospitalière, en particulier le lavage des mains, permettant de réduire considérablement la mortalité par fièvre puerpérale dans les maternités, Semmelweis est également connu pour avoir échoué à faire appliquer cette pratique en dehors de son propre service hospitalier, par ses attitudes caractérielles qui ont provoqué le refus obstiné des médecins viennois. Semmelweis étudie la médecine d’abord à Buda, puis à Vienne, où il est reçu docteur en médecine en 1844 avec une thèse sur les plantes médicinales. Il se spécialise ensuite en obstétrique et en chirurgie et est nommé assistant à l'une des deux cliniques de la maternité de l'Hôpital général de Vienne, dirigé par le professeur Johann Klein. Ayant remarqué que, dans la clinique réservée à l'enseignement de la médecine, la mortalité est quatre fois plus forte que dans celle réservée à la formation des sages-femmes, il étudie l'épidémiologie de la maladie (milieu social, alimentation, promiscuité, allaitement, aération des locaux…) et conclut que la différence majeure entre les deux cliniques est que, dans celle qui est dévolue à l’enseignement, les médecins et les étudiants passent sans transition de l’autopsie de cadavres aux soins en maternité, au contraire de ce qui se passe dans la clinique des sages-femmes. Il démontre alors qu’un lavage de mains soigneux avant d’entrer en salle (savon, mais surtout divers produits chlorés) fait chuter la motalité de 18 à 1,2 p. 100.

Ignác Fülöp Semmelweis

Ignác Fülöp Semmelweis

Photographie

Statue en marbre représentant Ignác Fülöp Semmelweis du sculpteur hongrois Alajos Stróbl (Mémorial international Semmelweis, hôpital Rókus, Budapest). 

Crédits : Wellcome Library, London

Afficher

On aurait pu s’attendre à ce que cette pratique connaisse un succès fulgurant. Il n’en est rien. Semmelweis, en effet, refuse de publier, ou publie des articles tronqués, voire contenant des erreurs, tous ponctués d’attaques contre ses collègues viennois. Les travaux furent finalement communiqués par son collègue Ferdinand von Hebra en 1847 et 1848, bien reçus à l’étranger sans pour autant vaincre l’hosti [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : chercheur en histoire des sciences, université Paris-VII-Denis-Diderot, ancien chef de service à l'Institut Pasteur

Classification


Autres références

«  SEMMELWEIS IGNÁC FÜLÖP (1818-1865)  » est également traité dans :

ANTISEPSIE ET ASEPSIE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 585 mots
  •  • 1 média

Classiquement, l’histoire de la chirurgie est scandée par deux dates : l’année 1846, au cours de laquelle l’anesthésie à l’éther est utilisée pour la première fois ; l’année 1867, au cours de laquelle le chirurgien britannique Joseph Lister (1827-1912) décrit le succès d’une méthode, l’antisepsie, permettant de combattre les infections postopératoires, qui grèvent lourdement le bilan de la chirur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antisepsie-et-asepsie/#i_10616

BACTÉRIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ALONSO, 
  • Jacques BEJOT, 
  • Michel DESMAZEAUD, 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Daniel MAZIGH
  •  • 18 332 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Période prépasteurienne »  : […] À la fin du xv e  siècle, apparaissent les premières idées « modernes » sur les maladies infectieuses. Elles concernent surtout la syphilis : Ulsénius, en 1496, en affirme la contagiosité, puis vers 1519, von Hutten soupçonne, à son origine, de « petits vers ailés » et Paracelse, « de petits germes vivants ». Ces idées, bien que combattues par la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bacteriologie/#i_10616

HYGIÈNE

  • Écrit par 
  • Philippe HARTEMANN, 
  • Maurice MAISONNET
  •  • 9 488 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Qu'est-ce que l'hygiène ? »  : […] Définir l'hygiène en France est un exercice difficile tant ce mot a été « dévoyé » par l'usage courant ; en tant que qualificatif (associé à papier, serviette, seau, etc.) il ne fait guère honneur à ce que ce substantif désigne réellement. C'est une discipline médicale qui s'intéresse aux relations entre l'homme et son environnement dans l'objectif de l'obtention du meilleur état de santé possible […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hygiene/#i_10616

Pour citer l’article

Gabriel GACHELIN, « SEMMELWEIS IGNÁC FÜLÖP - (1818-1865) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ignac-fulop-semmelweis/