IDIOTIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Degré le plus profond de l'arriération intellectuelle. L'« idiot » chez les Grecs (idiôtês) et chez les Latins (idiota) était un simple particulier, une personne privée, donc un ignorant ; au Moyen Âge, c'est un illettré manquant d'intelligence. Tel fut encore le sens d'idiotisme chez Pinel, mais l'ambiguïté du mot, usité aussi en philologie, incita Esquirol à créer le terme d'« idiotie » (1818, Académie française 1838) pour désigner — à côté des démences, qui sont des déficits intellectuels acquis par des sujets antérieurement normaux — non pas une maladie, mais un état de non-développement des facultés intellectuelles, état qui peut être constaté dès le plus jeune âge. Aujourd'hui, et depuis Morel, on réserve l'appellation d'idiots aux plus graves des oligophrènes, ceux dont l'âge mental est inférieur à deux ans et le quotient intellectuel inférieur à 20.

—  Georges TORRIS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  IDIOTIE  » est également traité dans :

DÉFICIENCES MENTALES

  • Écrit par 
  • Bernard GIBELLO
  •  • 3 791 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Typologie des déficiences mentales »  : […] Les différentes formes cliniques de la déficience mentale – appelée encore arriération mentale, déficience intellectuelle, débilité mentale, et plus anciennement encore idiotie ou imbécillité – ont été peu à peu précisées depuis le début du xix e  siècle. […] Lire la suite

ESQUIROL JEAN ÉTIENNE DOMINIQUE (1772-1840)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 484 mots

Psychiatre français originaire de Toulouse, où il fit ses études de théologie et de médecine, comme son maître Pinel, dont il devint l'élève, puis l'assistant à la Salpêtrière à Paris, avant de lui succéder à la tête de ce célèbre service en 1810. Esquirol perfectionna l'œuvre de son prédécesseur, tant en matière de nosologie que dans le domaine des traitements et de l'assistance aux aliénés, pour […] Lire la suite

L'IDIOTIE (J.-Y. Jouannais)

  • Écrit par 
  • Hervé GAUVILLE
  •  • 922 mots

N'est pas idiot qui veut. À partir d'articles publiés dans des revues artistiques (telles qu' art press , dont il fut le rédacteur en chef adjoint de 1991 à 1999), de conférences données dans diverses universités et de réflexions inédites, le critique d'art Jean-Yves Jouannais a composé L'Idiotie (éd. Beaux-Arts Magazine, Paris, 2003), un ouvrage de dix chapitres, eux-mêmes abondamment subdivisés […] Lire la suite

MALADIES MENTALES

  • Écrit par 
  • Paul SIVADON
  • , Universalis
  •  • 5 762 mots

Dans le chapitre « Divers types de maladies mentales »  : […] On dit qu'il y a arriération mentale lorsque le développement des fonctions mentales est freiné par un trouble précoce du fonctionnement cérébral. Les causes en sont variées : héréditaires, métaboliques, infectieuses, traumatiques, etc. On distingue divers degrés d'arriération. La plus profonde, l' idiotie, correspond à l'incapacité d'apprentissage de la parole. L'imbécillité situe l'arriération […] Lire la suite

THYROÏDE

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT
  •  • 5 293 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Myxœdème de l'enfant »  : […] L'insuffisance thyroïdienne peut être congénitale. Elle entrave alors sévèrement la croissance et le développement intellectuel. Dès le sevrage, l'enfant présente une faciès bouffi, blafard et hébété, une langue volumineuse. Le ventre distendu, est souvent le siège de hernies. La constipation est opiniâtre. L'enfant ne grandit pas, garde une fontanelle large, ne fait pas ses dents, ne marche pas, […] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges TORRIS, « IDIOTIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/idiotie/