WOLF HUGO (1860-1903)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les lieder (1888-1897)

De 1888 à 1891, Hugo Wolf se consacre presque exclusivement à la composition. Ses recueils de lieder seront écrits à grands traits, à raison d'une, voire de deux pièces par jour. En février 1889, cent vingt-quatre lieder (soit un peu plus de la moitié des deux cent quarante-deux qu'il publiera) sont déjà écrits : cinquante-trois Mörike Lieder, vingt Eichendorff Lieder, cinquante et un Goethe Lieder.

Avec le premier de ses recueils, les Mörike Lieder (composés du 16 févr. au 26 nov. 1888), Wolf s'approprie un poète dont la sensibilité entre très directement en résonance avec la sienne : plus que tout autre, Eduard Mörike sera « son » poète, qui croque, avec un égal bonheur, la réalité et le rêve, le naturel et le fantastique. C'est à ce recueil qu'appartient Der Feuerreiter (Le Cavalier de feu), sans doute le plus autobiographique des lieder de Wolf.

Dans l'ensemble formé par les vingt Eichendorff Lieder (treize lieder composés du 31 août au 9 sept. 1888, et sept autres lieder antérieurs), le héros, plein de santé et d'insouciance, est le plus souvent un errant, soldat ou marin de fortune, étudiant vagabond ou musicien des routes. Mais il peut se glisser au sein de cet univers une fée (Waldmädchen) ou un tableau impressionniste (Nachtzauber). Ce qui domine, dans ces deux premiers recueils, c'est la musique de l'immédiat.

Wolf est déjà en train de composer son recueil suivant lorsqu'il donne pour la première fois des œuvres en concert, à la Bösendorfer Saal de Vienne. Après avoir lu le texte de chaque poème (il procédera toujours ainsi), il accompagne Ferdinand Jäger au piano. La réaction sera celle à laquelle le compositeur se verra exposé toute sa vie : excellente dans le public, mauvaise chez les critiques, que déroute cet art nouveau.

Si l'on reconnaît indéniablement dans les lieder de Wolf un « style Mörike » ou un « style Eichendorff », les poèmes de Goethe qu'il a sélectionnés pour son recueil ne lui ont pas inspiré de style particulier. Il est à cela plusieu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  WOLF HUGO (1860-1903)  » est également traité dans :

LEGGE WALTER (1906-1979)

  • Écrit par 
  • André TUBEUF
  •  • 1 672 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'esthétique comme morale »  : […] Lucullus dînait chez Lucullus, mais il invitait le public à sa table. Des équipes perfectionnistes mettaient au point, chez E.M.I., comme pour leur propre plaisir, des mécaniques de luxe (et de précision !) : et le public n'avait plus qu'à découvrir pour son premier Così fan tutte (enregistré en studio en 1954 par le Philharmonia dirigé par Herbert von Karajan, avec Elisabeth Schwarzkopf – Fior […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/walter-legge/#i_18208

LIED

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 3 230 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Wolf »  : […] Pour en finir avec la plus brillante époque du lied allemand, on doit enfin parler de Hugo Wolf. Wagnérien acharné, inconditionnel, Wolf aborda le problème de sa création personnelle en wagnérien, ce qui implique un renouvellement complet du genre du lied. Il fait du chanteur un interprète du texte. Il lui demande une récitation dirigée du poème, grâce aux ressources d'une notation musicale où la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lied/#i_18208

Pour citer l’article

Stéphane GOLDET, « WOLF HUGO - (1860-1903) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hugo-wolf/