WOLF HUGO (1860-1903)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La période instrumentale

Les compositions réalisées par Wolf de 1878 à 1887 témoignent de sa part d'une grande recherche dans l'expression. Il écrit successivement : Sechs geistliche Lieder, pour chœur mixte, a capella, sur des textes de Joseph von Eichendorff (1881) ; un Quatuor à cordes en mineur, avec en épigraphe cette maxime, qui résume à elle seule toute une vie : « Entbehren sollst du, sollst entbehren » (Prive-toi, tu dois te priver) [1878-1884] ; Penthesilea, poème symphonique d'après un drame de Kleist (1883-1885) ; Intermezzo (1886), pour quatuor à cordes ; Sérénade italienne (version pour quatuor, 1887 ; version pour petit orchestre à cordes, 1892).

Il est important de noter que les deux axes essentiels de l'expressivité du compositeur, qui ne s'épanouira véritablement que dans ses lieder, sont déjà en place : la voie intérieure, religieuse (Sechs geistliche Lieder), voire mystique, présente dans chacun de ses recueils jusqu'au dernier (les trois Michelangelo Lieder, en 1897), et son attirance vers le Sud, qui trouvera dans l'Italienisches Liederbuch son expression accomplie.

Retraçant le destin d'une héroïne quasi wagnérienne (à la fois Brünnhilde, Kundry et Isolde), la seule pièce d'orchestre de Wolf, Penthesilea, a été commencée peu avant que Wolf ne devînt le critique musical du Wiener Salonblatt. Cette activité, qu'il exerce avec passion de 1884 à 1887, si elle lui laisse trop peu de disponibilité pour composer, lui permet pourtant de préciser ses goûts. Il s'élève contre l'adulation dont Brahms – qui a malgré lui réuni sur son nom les forces de la « réaction » musicale – est l'objet ; il se fait l'apôtre de Liszt et de Berlioz et dénonce le conservatisme des programmes de la Philharmonie, le laisser-aller des chanteurs d'opéra : en un mot, il s'élève contre la Schlamperei ambiante (routine et désordre), qui va trouver au tournant du siècle son adversaire le plus féroce en Gustav Mahler. Les renseignements biogr [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  WOLF HUGO (1860-1903)  » est également traité dans :

LEGGE WALTER (1906-1979)

  • Écrit par 
  • André TUBEUF
  •  • 1 672 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'esthétique comme morale »  : […] Lucullus dînait chez Lucullus, mais il invitait le public à sa table. Des équipes perfectionnistes mettaient au point, chez E.M.I., comme pour leur propre plaisir, des mécaniques de luxe (et de précision !) : et le public n'avait plus qu'à découvrir pour son premier Così fan tutte (enregistré en studio en 1954 par le Philharmonia dirigé par Herbert von Karajan, avec Elisabeth Schwarzkopf – Fior […] Lire la suite

LIED

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 3 230 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Wolf »  : […] Pour en finir avec la plus brillante époque du lied allemand, on doit enfin parler de Hugo Wolf. Wagnérien acharné, inconditionnel, Wolf aborda le problème de sa création personnelle en wagnérien, ce qui implique un renouvellement complet du genre du lied. Il fait du chanteur un interprète du texte. Il lui demande une récitation dirigée du poème, grâce aux ressources d'une notation musicale où la […] Lire la suite

Pour citer l’article

Stéphane GOLDET, « WOLF HUGO - (1860-1903) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hugo-wolf/