HU YAOBANG [HOU YAO-PANG] (1915-1989)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ancien secrétaire général du Parti communiste chinois, Hu Yaobang est décédé à Pékin le 15 avril 1989. Sa disparition bouleversait le fragile équilibre entre « conservateurs » et « réformateurs » au sein de la direction chinoise : bien que démis de ses fonctions à la suite de l'agitation estudiantine de l'hiver de 1986-1987, Hu Yaobang avait en effet conservé son siège au sein du comité permanent du bureau politique. Ses funérailles, le 22 avril, furent l'occasion de manifestations populaires d'une ampleur sans précédent.

Mais l'hommage qui lui était ainsi rendu se transformait bientôt en une épreuve de force entre le régime et une population excédée par la corruption de la bureaucratie et inquiète de voir les adversaires de toute forme de libéralisation politique prendre l'avantage. Elle devait se conclure, à l'aube du 4 juin, par un affreux bain de sang. Rien, pourtant, ne prédisposait Hu Yaobang à tenir, à titre posthume, le rôle de porte-drapeau des aspirations démocratiques de la Chine urbaine. Ce gaffeur-né, dont le franc-parler n'est pas sans rappeler celui de Khrouchtchev, a vu le jour le 20 novembre 1915, dans un village de montagne du district (xian) de Liuyang, dans la province du Hunan. Ses parents, des Hakkas, étaient des paysans suffisamment aisés pour l'envoyer à l'école. Mais le Hunan – et tout particulièrement son district natal – se trouve dans l'œil du typhon révolutionnaire qui balaie alors la Chine et fait alterner terreur « blanche » et terreur « rouge », et, au début de l'année 1931, Hu Yaobang, qui est en seconde année de collège, décide de rejoindre les maquis communistes de Mao Zedong, dans la province voisine du Jiangxi.

C'était le début d'un parcours politique sans faute qui, cinquante ans plus tard, allait le conduire à la tête du P.C.C. Après son installation dans le soviet du Jiangxi, il se voit confier l'éducation et la formation politique des enfants-soldats, pour la plupart analphabètes, d'une compagnie de l'Armée rouge. Il se lie a [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  HU YAOBANG [ HOU YAO-PANG ] (1915-1989)  » est également traité dans :

CHINE - Histoire de 1949 à nos jours

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe BÉJA, 
  • François GODEMENT
  •  • 19 153 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La réforme politique et le limogeage de Hu Yaobang »  : […] de l'appareil du parti, qui réclame la reprise en main. Le 16 janvier 1987, Hu Yaobang, secrétaire général du parti, est limogé, et une campagne contre le « libéralisme bourgeois » lancée. Au cours des mois suivants, Deng Xiaoping s'exprimera fort peu, avant de sembler cautionner l'affaiblissement du mouvement : celui-ci prenait en effet parfois […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-histoire-de-1949-a-nos-jours/#i_94473

TIBET (XIZIANG)

  • Écrit par 
  • Chantal MASSONAUD, 
  • Luciano PETECH, 
  • David SNELLGROVE, 
  • Pierre TROLLIET
  • , Universalis
  •  • 26 828 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'ouverture de la Chine et la question du Tibet »  : […] de directives pour la mise en œuvre d'une nouvelle politique au Tibet et, peu après, le secrétaire général du P.C.C., Hu Yaobang, et le vice-Premier ministre, Wan Li, vont s'y rendre en personne pour prendre la mesure des problèmes, fait sans précédent. Il en est résulté, notamment, la promulgation de « six mesures importantes » destinées à donner […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tibet-xiziang/#i_94473

Pour citer l’article

Wojtek ZAFANOLLI, « HU YAOBANG [HOU YAO-PANG] (1915-1989) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hu-yaobang-hou-yao-pang/