HU YAOBANG [HOU YAO-PANG] (1915-1989)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ancien secrétaire général du Parti communiste chinois, Hu Yaobang est décédé à Pékin le 15 avril 1989. Sa disparition bouleversait le fragile équilibre entre « conservateurs » et « réformateurs » au sein de la direction chinoise : bien que démis de ses fonctions à la suite de l'agitation estudiantine de l'hiver de 1986-1987, Hu Yaobang avait en effet conservé son siège au sein du comité permanent du bureau politique. Ses funérailles, le 22 avril, furent l'occasion de manifestations populaires d'une ampleur sans précédent.

Mais l'hommage qui lui était ainsi rendu se transformait bientôt en une épreuve de force entre le régime et une population excédée par la corruption de la bureaucratie et inquiète de voir les adversaires de toute forme de libéralisation politique prendre l'avantage. Elle devait se conclure, à l'aube du 4 juin, par un affreux bain de sang. Rien, pourtant, ne prédisposait Hu Yaobang à tenir, à titre posthume, le rôle de porte-drapeau des aspirations démocratiques de la Chine urbaine. Ce gaffeur-né, dont le franc-parler n'est pas sans rappeler celui de Khrouchtchev, a vu le jour le 20 novembre 1915, dans un village de montagne du district (xian) de Liuyang, dans la province du Hunan. Ses parents, des Hakkas, étaient des paysans suffisamment aisés pour l'envoyer à l'école. Mais le Hunan – et tout particulièrement son district natal – se trouve dans l'œil du typhon révolutionnaire qui balaie alors la Chine et fait alterner terreur « blanche » et terreur « rouge », et, au début de l'année 1931, Hu Yaobang, qui est en seconde année de collège, décide de rejoindre les maquis communistes de Mao Zedong, dans la province voisine du Jiangxi.

C'était le début d'un parcours politique sans faute qui, cinquante ans plus tard, allait le conduire à la tête du P.C.C. Après son installation dans le soviet du Jiangxi, il se voit confier l'éducation et la formation politique des enfants-soldats, pour la plupart analphabètes, d'une compagnie de l'Armée rouge. Il se lie alors d'amitié avec le jeune frère de Mao Zedong, Mao Zetan. Mais c'est à ses talents d'organisateur et à sa souplesse d'esprit, beaucoup plus qu'à la qualité de ses relations, que le jeune homme doit son ascension fulgurante : à dix-huit ans tout juste révolus, il est admis au Parti communiste et, au début de 1934, il est promu secrétaire général de l'Association des pionniers communistes. Grièvement blessé au cours d'un bombardement par l'aviation nationaliste, il n'en termine pas moins la Longue Marche (oct. 1934-oct. 1935) à la tête du service des invalides du troisième groupe d'armées.

À Yan'an, il retrouve tout naturellement son affectation au secteur de la jeunesse, d'abord comme membre du bureau central de la Ligue de la jeunesse communiste (L.J.C), puis, au début de 1937, comme membre suppléant du bureau exécutif de l'Alliance de la jeunesse antijaponaise qui l'a remplacée. Sa carrière est alors coupée d'un bref intermède de six mois, durant lequel il complète sa formation politique à l'université antijaponaise (Kangda) où, par la suite, il occupera les fonctions de directeur adjoint du département politique. Concrètement, il a la charge d'opérer la conversion des jeunes patriotes que l'invasion japonaise fait affluer à Yan'an et de faire d'eux des cadres maoïstes. Puis, en 1939, il est muté au département politique général de l'armée.

Là, il est directeur du département de l'organisation, qui est une sorte d'état-major de la commission militaire centrale dirigée par Mao Zedong. Hu Yaobang demeurera à ce poste jusqu'à la capitulation japonaise, en août 1945. Il redevient alors un homme de terrain, comme commissaire politique d'une brigade (30 000 hommes), puis d'une division (100 000 hommes) de l'armée, que, après la reprise de la guerre civile (1946), les communistes baptisent Armée populaire de libération. En 1949, après la proclamation de la République populaire, Hu Yaobang reçoit sa part des lauriers de la victoire : il est admis à participer à l'investissement militaire du Sichuan. Il a alors pour supérieurs immédiats Deng Xiaoping, un Hakka comme lui, et Liu Bocheng. C'est de ce moment que date une association qui ne se brisera qu'en janvier 1987, quand Deng Xiaoping retirera sa confiance au secrétaire général qu'il avait lui-même contribué à élever. Avant cela, le vaisseau « révolutionnaire » [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HU YAOBANG [ HOU YAO-PANG ] (1915-1989)  » est également traité dans :

CHINE, histoire, de 1949 à nos jours

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe BÉJA, 
  • François GODEMENT
  •  • 19 155 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La réforme politique et le limogeage de Hu Yaobang »  : […] Au printemps de 1986, les dirigeants réformateurs engagent une réforme politique du système, avec l'appui de Deng Xiaoping et la participation verbale de leurs collègues. Libération de la pensée, élection des représentants à divers échelons de responsabilité et séparation de l'État et du parti, tels en sont les thèmes principaux. Mais la question plus générale des modèles occidentaux, de la libert […] Lire la suite

TIBET (XIZIANG)

  • Écrit par 
  • Chantal MASSONAUD, 
  • Luciano PETECH, 
  • David SNELLGROVE, 
  • Pierre TROLLIET
  • , Universalis
  •  • 26 829 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'ouverture de la Chine et la question du Tibet »  : […] L'ouverture de la Chine, à la fin des années 1970, et sa nouvelle orientation politique et économique conduisent les « nouvelles » autorités de ce pays à reconsidérer l'état du Tibet, où les effets de la révolution culturelle ont été particulièrement désastreux. Ainsi, au printemps de 1980, le Comité central du Parti communiste chinois publie-t-il un ensemble de directives pour la mise en œuvre d' […] Lire la suite

Pour citer l’article

Wojtek ZAFANOLLI, « HU YAOBANG [HOU YAO-PANG] (1915-1989) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hu-yaobang-hou-yao-pang/