HOSPICE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pendant longtemps on ne put distinguer les hospices des hôpitaux ; mais l'institution des hôtels-Dieu, à la fin du Moyen Âge, leur permit un début de spécialisation. Certes, aucune misère ne fut indifférente aux pieux fondateurs (couvents, riches particuliers, municipalités). Cependant dans les villes, les malades étaient le plus souvent dirigés vers les hôtels-Dieu alors que les hospices accueillaient de préférence pèlerins, voyageurs, pauvres et incurables. Certains, très rares, étaient même spécialisés, comme l'hospice des Quinze-Vingts fondé par Saint Louis, en 1254, à Paris, pour les aveugles. Les hospices furent innombrables en Europe occidentale. La plupart des grandes villes en avaient des dizaines, les autres au moins un à l'intérieur et un ou plusieurs à l'extérieur pour recevoir ceux qui arrivaient après la fermeture des portes. Mais on en trouvait aussi dans les villages, surtout ceux des routes de pèlerinage. À chaque passage difficile (rivière, montagne),ces asiles assuraient de surcroît le service d'un bac, l'entretien d'un pont ou la protection de ceux qui passaient les cols (Grand-Saint-Bernard). Les hospices étaient d'autant plus modestes qu'ils étaient nombreux. Ils ne pouvaient héberger habituellement que de trois à vingt-cinq personnes ; chaque pèlerin ne pouvait y rester qu'une ou deux nuits, à moins d'être malade, et les pauvres n'y étaient admis que s'ils n'avaient pas la force de mendier. Le personnel était réduit : le « maître » nommé à vie ou pour un temps (souvent trois ans) et un ou deux frères, une ou deux sœurs pour l'entretien, la préparation des repas et le travail des terres attenantes. Sous le contrôle et la protection des évêques, des municipalités ou des souverains, ils jouissaient de privilèges, telle l'exemption d'impôts. Legs et dons accroissaient leur patrimoine aux revenus duquel pouvaient s'ajouter le produit des quêtes et le bénéfice tiré de différents droits.

—  Gabriel LLOBET

Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle, professeur au lycée Léonard-Limosin, Limoges

Classification


Autres références

«  HOSPICE  » est également traité dans :

HÔPITAL

  • Écrit par 
  • Robert-Frédéric BRIDGMAN, 
  • Universalis
  •  • 4 224 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Des sanctuaires aux œuvres charitables »  : […] sont de tailles modestes comparées à celles de l’Empire byzantin. Le rôle des pèlerinages n'est pas négligeable dans leur multiplication, et les hospices jalonnent les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, d’autres pèlerinages et les routes de Rome. Les ordres hospitaliers apparaissent au xe siècle, mais il faut attendre le xii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hopital/#i_36841

HOSPITALIERS ORDRES RELIGIEUX

  • Écrit par 
  • André DUVAL
  •  • 354 mots

Ordres religieux masculins voués spécialement à l'hospitalité. Ils sont une création du Moyen Âge. Ils procèdent habituellement de l'établissement d'un nouvel hôpital, qui en vient à essaimer ou à s'annexer d'autres maisons ; l'ordre prend ensuite le nom de l'hôpital fondateur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordres-religieux-hospitaliers/#i_36841

HÔTEL-DIEU

  • Écrit par 
  • Gabriel LLOBET
  •  • 364 mots

Terme générique qui s'est imposé à partir de la fin du Moyen Âge pour désigner l'hôpital principal de nombreuses villes. À l'origine, il est malaisé de distinguer les hôtels-Dieu des hospices et des hôpitaux. Il semble cependant qu'on ait voulu désigner ainsi les établissements charitables fondés et contrôlés par les évêques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hotel-dieu/#i_36841

PAUVRES LOIS DES

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 830 mots

Le miséreux, dans l'Angleterre d'Élisabeth Ire comme dans celle de Victoria trois siècles plus tard, n'est pas seulement une victime qui mérite la charité de cœurs chrétiens ; c'est aussi un marginal dangereux pour l'ordre social […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lois-des-pauvres/#i_36841

SAINT-BERNARD COL DU GRAND-

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 808 mots
  •  • 1 média

Entre le Valais et le val d'Aoste, le Grand-Saint-Bernard est l'un des plus anciens passages de l'arc alpin. Il s'ouvre, à 2 472 mètres, entre les massifs du Mont-Blanc et du Grand-Combin, unissant les vallées du Buthier, tributaire de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/col-du-grand-saint-bernard/#i_36841

Pour citer l’article

Gabriel LLOBET, « HOSPICE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hospice/