Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CHARDONNET HILAIRE DE (1839-1924)

Principe de la soie artificielle

D’un point de vue strictement chimique, le procédé mis en œuvre par Chardonnet s’apparente aux idées évoquées par l’Anglais Robert Hooke (1635-1703) en 1654 et le Français Réaumur (1683-1757) en 1734, qui imaginaient pouvoir fabriquer des fils à partir de gommes résineuses, en imitant le matériau sécrété par les larves et appelé par Réaumur la « liqueur à soie ». Chardonnet fait appel, comme matière première, à des fibres de coton ou des pâtes de bois dont on va extraire la cellulose, elle-même transformée en nitrocellulose par nitration. Le collodion, préparé par malaxage de la nitrocellulose avec de l’éther et de l’alcool, est extrudé sous pression à travers des filières en verre analogues à l’anatomie de la chenille du bombyx, qu’a longuement observée l’inventeur.

Les premiers résultats sont très encourageants, mais il faudra surmonter de nombreuses difficultés – comme l’inflammabilité des fils obtenus, leur résistance mécanique limitée, leur sensibilité à l’action de l’eau, etc. – avant d’engager la phase de production.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : conservateur en chef honoraire du patrimoine

Classification

Pour citer cet article

Bruno JACOMY. CHARDONNET HILAIRE DE (1839-1924) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Média

Machine à filer la soie artificielle de Hilaire de Chardonnet - crédits : Catalogue du musée, Section T, Industries textiles, teintures et apprêts, Conservatoire national des arts et métiers, 1942.

Machine à filer la soie artificielle de Hilaire de Chardonnet

Autres références

  • MATÉRIAUX

    • Écrit par François DAGOGNET
    • 6 626 mots
    ...La route vers les « matériaux synthétiques » est ponctuée d'imprévus et de détours. Nous ne pouvons pas ne pas évoquer ici la démarche insolite du comte de Chardonnet qui le conduit vers « la soie artificielle » à la suite de fausses évaluations. Les élevages de « vers à soie » sont décimés par la...
  • PLASTIQUES

    • Écrit par Pierre LASZLO
    • 4 109 mots
    Hilaire de Chardonnet (1839-1924) inventa la viscose en 1884, par réaction du sulfure de carbone sur de la cellulose, préalablement traitée par de la soude. Le procédé, breveté par des Anglais en 1892, fut industrialisé au début des années 1920 pour produire des fibres textiles de ce nom.
  • TEXTILE

    • Écrit par Eugène AMOUROUX, Jean-Yves DRÉAN, Claude FAUQUE, André PARISOT, Marc RENNER, Richard A. SCHUTZ
    • 23 437 mots
    • 3 médias
    ...de la satisfaire. D'autant plus que la soie connaît depuis 1845 un désastre provoqué par la pébrine, cette maladie du ver à soie. Dans ce contexte, le comte Hilaire de Chardonnet (1839-1924) va consacrer sa vie de scientifique à la mise au point de la soie artificielle. Il présente à l'Académie des sciences...

Voir aussi