SIMON HERBERT ALEXANDER (1916-2001)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Théoricien original, l'Américain Herbert Alexander Simon (1916-2001) a influencé profondément les sciences économiques et sociales tout en étant constamment marginalisé. Sa remise en cause du concept de rationalité, développée dès les années 1940, continue de donner lieu à de vives controverses. Homme des frontières, il fut sans doute l'économiste le plus polyvalent de sa génération. Il a en effet marqué les sciences de gestion, il a participé activement à l'émergence des études en intelligence artificielle, et il a joué un rôle important dans le développement de la psychologie cognitive. Mais ces apports éclectiques – sa bibliographie comporte près de 1 000 publications – ont, jusqu'à un certain point, affaibli son influence, du moins provisoirement, en le rendant inclassable. À y regarder de plus près, on relève pourtant une grande cohérence dans son itinéraire et ses contributions.

Né à Milwaukee le 15 juin 1916, il s'oriente à la fin de ses études secondaires vers les sciences politiques et il obtient un doctorat de l'université de Chicago en 1943. Mais son intérêt pour ce domaine a déjà une connotation nettement économique, comme en témoignent ses premiers articles, publiés en 1936 qui portent sur les problèmes de choix publics dans le cadre des administrations locales. Après un court séjour (1939-1942) à l'université de Berkeley, Simon travaille à l'Illinois Institute of Technology de 1942 à 1949. Cet épisode marque un tournant. Simon y développe son intérêt pour les caractéristiques technologiques de la production, mais surtout pour une nouvelle discipline, les computer sciences. Il y trouve, par ailleurs, l'occasion de fréquenter la commission Cowles, célèbre pépinière d'une génération d'économistes particulièrement brillants (Gérard Debreu, Tjalling Koopmans, Jacob Marschak, notamment, y sont alors actifs). En 1949, il obtient un poste à l'université Carnegie-Mellon, où il travaillera jusqu'à sa mort, en février 2001. Les départements qu'il a créés au sein de [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur de sciences économiques à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  SIMON HERBERT ALEXANDER (1916-2001)  » est également traité dans :

ADMINISTRATIVE BEHAVIOR, Herbert A. Simon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Catherine QUINET
  •  • 957 mots

Au début des années 1940, il existe au sein des sciences administratives américaines un accord sur quatre principes supposés garantir la bonne gestion des affaires publiques ou des entreprises : la spécialisation des tâches ; l'unité de commandement ; la limitation de l'aire de contrôle d'un supérieur hiérarchique ; et l'organisation par objectif, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/administrative-behavior/#i_92375

ACTION RATIONNELLE

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 2 633 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Trois types de théories de l'action rationnelle »  : […] La voie de l'individualisme méthodologique, à laquelle sont associées les théories de l'action rationnelle, a été souvent empruntée depuis les années 1980. Elle a même donné lieu à relecture et interprétation d'auteurs, comme Karl Marx, que tout sépare a priori de cette tradition de pensée. Le bilan actuel de ce programme de recherche est révélateu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/action-rationnelle/#i_92375

BUREAUCRATIE

  • Écrit par 
  • Michel CROZIER
  •  • 4 254 mots

Dans le chapitre « Les néo-rationalistes »  : […] Les premiers théoriciens de la rationalité bureaucratique avaient accepté, sans la mettre en doute, l'expérience des ingénieurs tayloriens qui ne considéraient pas les membres d'une organisation comme des êtres libres mais comme de simples rouages de la machine. Les théoriciens des dysfonctions s'appuyaient avant tout sur une analyse des éléments a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bureaucratie/#i_92375

CAUSALITÉ

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Marie GAUTIER, 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 12 999 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les méthodes mathématiques d'analyse causale »  : […] Depuis 1950 environ, de nombreuses recherches mathématiques ont vu le jour dans le domaine de l'analyse causale. L'idée générale de ces recherches peut être illustrée par un exemple simple. Dans Le Suicide , Durkheim établit que l'âge exerce une influence sur la probabilité de suicides (cette dernière croît avec l'âge) ; d'autre part, il montre que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/causalite/#i_92375

ÉCONOMIE INDUSTRIELLE

  • Écrit par 
  • Bruno JULLIEN
  •  • 9 068 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'entreprise comme organisation »  : […] L'entreprise remplit deux fonctions. Tout d'abord, elle est une instance de coordination du processus de production. Dans La Richesse des nations (1776), Adam Smith présente la firme moderne comme une réponse à la complexité croissante des activités, en particulier à la division du travail. En second lieu, elle repartit la valeur créée entre les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-industrielle/#i_92375

ENTREPRISE - Théories et représentations

  • Écrit par 
  • Gérard CHARREAUX
  •  • 6 342 mots

Dans le chapitre « La théorie comportementale »  : […] La théorie comportementale fait de la firme une coalition politique et une institution cognitive adaptative. Ce courant trouve son origine principalement dans les travaux de Herbert Simon (1947), James March et Herbert Simon (1958) et Richard Cyert et James March (1963). La firme y est vue comme une coalition politique et une institution cognitive […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/entreprise-theories-et-representations/#i_92375

ENTREPRISE - Sociologie de l'entreprise

  • Écrit par 
  • Jean-Michel MORIN
  •  • 3 535 mots

Dans le chapitre « Des objectifs »  : […] L'entreprise est un système finalisé où des objectifs globaux sont poursuivis (C. Perrow) : être premier constructeur automobile, fournir l'accès le moins cher à Internet, proposer une gamme complète de voyages, etc. Ces objectifs alimentent les discours sur la « stratégie » d'entreprise, présentée comme une offre globale développée vis-à-vis de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/entreprise-sociologie-de-l-entreprise/#i_92375

GESTION FINANCIÈRE - Comptabilité de gestion

  • Écrit par 
  • Henri BOUQUIN
  •  • 4 650 mots

La comptabilité de gestion est l'information comptable destinée aux managers. Elle n'a pas vocation à être publiée, contrairement à la comptabilité générale, destinée à toutes les parties intéressées par la performance économique d'une entreprise ou d'une organisation. On substitue aujourd'hui, de plus en plus fréquemment, l'appellation de comptab […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gestion-financiere-comptabilite-de-gestion/#i_92375

HEURISTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHRÉTIEN-GONI
  •  • 8 415 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Heuristique et résolution de problèmes »  : […] On l'a déjà évoqué, les sciences cognitives ont redonné un sens aux techniques heuristiques dans la mesure où elles visent à élucider les mécanismes cognitifs fondamentaux. Tout système « intelligent » lato sensu présente des conduites qui lui permettent d'acquérir des connaissances en vue d'élaborer des comportements adaptés aux situations auxque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heuristique/#i_92375

INTELLIGENCE ARTIFICIELLE (IA)

  • Écrit par 
  • Jean-Gabriel GANASCIA
  •  • 5 073 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le temps des prophètes  »  : […] Tout d’abord, dans l’euphorie des origines et des premiers succès – avec en particulier la réalisation en 1956 du Logic Theorist , un programme informatique développé par Allen Newell (1927-1992) et Herbert Simon (1916-2001) qui démontra automatiquement 38 des 52 premiers théorèmes de logique mathématique de l’ouvrage Principia Mathematica (1910) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intelligence-artificielle-ia/#i_92375

NÉO-LIBÉRALISME ou NÉOLIBÉRALISME

  • Écrit par 
  • Liêm HOANG NGOC
  •  • 7 261 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « « Rationalité limitée » »  : […] L'hypothèse comportementale de rationalité parfaite est remplacée par celle d'une rationalité limitée, inspirée des travaux de Herbert A. Simon  : les agents ont une capacité limitée à traiter l'information. Lors du déroulement des transactions, les imperfections informationnelles sont la règle : l'asymétrie d'information, mais aussi l'incertitude […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-liberalisme-ou-neoliberalisme/#i_92375

ORGANISATIONS THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • René DAVAL
  •  • 5 301 mots

Dans le chapitre « Le taylorisme »  : […] C'est Taylor qui, en 1911, a jeté les bases de la théorie des organisations, en émettant l'idée que la direction d'une entreprise est une science, au même titre que celle de l'ingénieur, et non un don propre à certaines personnes. Le bon directeur est celui qui organise l'entreprise de façon à donner satisfaction à l'employeur, comme à l'employé, p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-des-organisations/#i_92375

Pour citer l’article

Claude MÉNARD, « SIMON HERBERT ALEXANDER - (1916-2001) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/herbert-alexander-simon/