Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SIMON HERBERT ALEXANDER (1916-2001)

Théoricien original, l'Américain Herbert Alexander Simon (1916-2001) a influencé profondément les sciences économiques et sociales tout en étant constamment marginalisé. Sa remise en cause du concept de rationalité, développée dès les années 1940, continue de donner lieu à de vives controverses. Homme des frontières, il fut sans doute l'économiste le plus polyvalent de sa génération. Il a en effet marqué les sciences de gestion, il a participé activement à l'émergence des études en intelligence artificielle, et il a joué un rôle important dans le développement de la psychologie cognitive. Mais ces apports éclectiques – sa bibliographie comporte près de 1 000 publications – ont, jusqu'à un certain point, affaibli son influence, du moins provisoirement, en le rendant inclassable. À y regarder de plus près, on relève pourtant une grande cohérence dans son itinéraire et ses contributions.

Né à Milwaukee le 15 juin 1916, il s'oriente à la fin de ses études secondaires vers les sciences politiques et il obtient un doctorat de l'université de Chicago en 1943. Mais son intérêt pour ce domaine a déjà une connotation nettement économique, comme en témoignent ses premiers articles, publiés en 1936 qui portent sur les problèmes de choix publics dans le cadre des administrations locales. Après un court séjour (1939-1942) à l'université de Berkeley, Simon travaille à l'Illinois Institute of Technology de 1942 à 1949. Cet épisode marque un tournant. Simon y développe son intérêt pour les caractéristiques technologiques de la production, mais surtout pour une nouvelle discipline, les computer sciences. Il y trouve, par ailleurs, l'occasion de fréquenter la commission Cowles, célèbre pépinière d'une génération d'économistes particulièrement brillants (Gérard Debreu, Tjalling Koopmans, Jacob Marschak, notamment, y sont alors actifs). En 1949, il obtient un poste à l'université Carnegie-Mellon, où il travaillera jusqu'à sa mort, en février 2001. Les départements qu'il a créés au sein de cette université et les recherches qu'il y a animées l'auront amené à collaborer et à publier avec des esprits aussi divers qu'Arthur Newell, un des pionniers de l'informatique, John Muth, l'inspirateur de la théorie des anticipations rationnelles, ou encore James March, très influent en théorie des organisations et en sciences politiques.

Outre son travail sur la décision publique, ses recherches se développent selon trois axes et, dans chaque cas, lui vaudront les plus hautes distinctions : théorie de la rationalité et économie de la décision dans les organisations (prix Nobel d'économie 1978) ; intelligence artificielle et théorie de l'information (médaille A.-M. Turing 1975) ; psychologie cognitive et processus d'apprentissage (médaille de l'American Psychological Association 1993).

Les premiers travaux de Simon portent sur l'étude des choix de l'administration publique, plus exactement des gouvernements locaux. Le recours à une analyse coûts-avantages, audacieuse à l'époque, témoigne déjà du tempérament d'explorateur de l'auteur. Mais, surtout, il prend vite conscience de la dimension organisationnelle de ces choix. Les décideurs font partie de bureaucraties complexes, où les problèmes d'information jouent un rôle clé, et où les routines et les procédures comptent tout autant que les calculs objectifs.

Cette analyse, développée dans Administrative Behavior, amène l'auteur à réfléchir à la logique des décisions dans les organisations, et à y repérer deux problèmes centraux : la relation d'emploi, qui se caractérise par le rôle clé de l'autorité, à la différence de ce qui se passe sur les marchés ; et les limites qui pèsent sur la rationalité des décideurs. Le premier volet conduit à un article[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de sciences économiques à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ADMINISTRATIVE BEHAVIOR, Herbert A. Simon - Fiche de lecture

    • Écrit par Catherine QUINET
    • 959 mots

    Au début des années 1940, il existe au sein des sciences administratives américaines un accord sur quatre principes supposés garantir la bonne gestion des affaires publiques ou des entreprises : la spécialisation des tâches ; l'unité de commandement ; la limitation de l'aire de contrôle d'un supérieur...

  • ACTION RATIONNELLE

    • Écrit par Michel LALLEMENT
    • 2 646 mots
    • 1 média
    ...Or l'information a des coûts, la mémoire n'est pas infinie et les capacités des individus à effectuer les calculs sont limitées. Comme l'a tôt suggéré Herbert Simon, mieux vaut en conséquence abandonner la notion d'optimisation et lui préférer celle de satisfaction. En situation de choix, un individu...
  • BUREAUCRATIE

    • Écrit par Michel CROZIER
    • 4 267 mots
    ...ont permis d'introduire un nombre croissant de facteurs contingents dans ce qui apparaissait comme un univers complètement déterministe. C'est Herbert Simon qui a été l'inspirateur intellectuel de ce renversement. Il a très vivement et pertinemment critiqué le principe du one best way – une fois...
  • CAUSALITÉ

    • Écrit par Raymond BOUDON, Marie GAUTIER, Bertrand SAINT-SERNIN
    • 12 987 mots
    • 3 médias
    La formalisation de Simon consiste donc, dans son principe, à associer à un réseau causal une matrice de coefficients dont certains éléments sont a priori déclarés nuls. Ainsi, x1 ne dépendant ni de x2 ni de x3, les éléments a21 et a31 sont supposés nuls. De même, a32 est nul. Il est donc...
  • ÉCONOMIE INDUSTRIELLE

    • Écrit par Bruno JULLIEN
    • 9 097 mots
    • 1 média
    ...échanges par exemple), cette notion de coûts englobe tous les facteurs qui limitent les parties dans leur capacité d'améliorer l'efficacité des échanges. Une des sources d'inefficacité, mise en avant par Herbert Simon (1976), provient des limites aux capacités cognitives des individus, la rationalité...
  • Afficher les 11 références

Voir aussi