PURCELL HENRY

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après les dix années de « morne silence » du gouvernement de Cromwell, la restauration des Stuarts, en 1660, avec le roi Charles II, stimula de nouveau la vie artistique en Angleterre. Malgré le cosmopolitisme de la cour entretenu par les nombreux musiciens étrangers appelés par le roi, c'est à ce moment que la musique anglaise trouva son représentant le plus glorieux et le plus typiquement national, avec Purcell dont le seul nom résume toute l'histoire de la musique de ce pays dans la seconde moitié du xviie siècle. Son œuvre est d'une si incomparable qualité que, dans tous les domaines, opéra, musique de scène, cantates, musique de clavier ou musique de chambre, il a éclipsé tout ce que ses contemporains ont pu composer dans ces mêmes genres. Ouvert aux influences françaises et italiennes en même temps que profondément enraciné dans les traditions nationales, il a su tirer de ces éléments opposés la plus heureuse « synthèse musicale ». Si, de son vivant déjà, la valeur de son œuvre a été reconnue et si, trois ans à peine après sa mort, il était consacré Orpheus Britannicus par son éditeur Henry Playford qui, en 1698, rassembla ses plus beaux airs en un recueil commémoratif, il n'est pas aussi connu de nos jours qu'on pourrait le supposer, car, même en Angleterre, nombre de ses œuvres n'ont encore jamais été exécutées. Il est vrai que l'édition de l'œuvre complète n'a été achevée qu'en 1968 par la Purcell Society. Il est vrai aussi que certaines des œuvres de Purcell dont les paroles datent terriblement seraient difficilement acceptées aujourd'hui ; en effet, il fut, par la force des choses, un musicien très « engagé », et dans ce que la vie officielle de son temps avait de plus banalement conformiste, et dans ce que la mode imposait alors à un compositeur de cour. Fort heureusement, il a su le plus souvent triompher de ces impératifs stérilisants.

Au service de l'Église et du roi

Si l'on sait que Henry Purcell naquit à Londres, on n'est pas tout à fait sûr de l'identité de son père, bien qu'on tende maintenant à en faire le fils de Thomas Purcell († 1682) qui était gentleman de la chapelle royale et chef de l'orchestre royal. On sait aussi qu'il se maria en 1681 avec une certaine Frances dont il eut six enfants, et enfin qu'il mourut à Londres et fut enterré à Westminster après des funérailles solennelles.

Henry Purcell

Photographie : Henry Purcell

Le compositeur anglais Henry Purcell (1659 env.-1695) s'est illustré dans tous les genres, mais demeure un exceptionnel musicien de théâtre. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

On connaît mieux sa vie professionnelle, tout entière consacrée au service de l'Église et du roi. Purcell entra très jeune dans les rangs de cette cohorte des musiciens de cour qu'il ne quitta jamais. C'est à dix ou onze ans, en effet, qu'il est admis comme choriste à la chapelle royale par le captain Henry Cooke, qui chantait selon le style italien, puis, en 1673, par son successeur Pelham Humphrey, qui avait rapporté de son séjour sur le continent le goût de la musique instrumentale et de l'opéra de style baroque. Après la mue de sa voix, Purcell quitte le chœur, mais reste cependant à la chapelle royale au titre de conservateur, réparateur et accordeur de tous les instruments à vent de Sa Majesté, puis, l'année suivante, comme accordeur des orgues de l'abbaye de Westminster où l'organiste, le célèbre compositeur John Blow, devient à la fois son maître et son ami. Dès 1677, il est nommé compositeur des Violons du roi, ensemble que Charles II avait constitué à l'exemple des Vingt-Quatre Violons de Louis XIV. Enfin, en 1679, il succède à Blow à l'orgue de Westminster et, en 1682, il est l'un des organistes de la chapelle royale, chargé en outre de l'entretien des orgues et clavecins du roi, fonctions qu'il occupera jusqu'à sa mort.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Henry Purcell

Henry Purcell
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Henry Purcell, J. Closterman

Henry Purcell, J. Closterman
Crédits : Courtesy of The National Portrait Gallery, London

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  PURCELL HENRY (env. 1659-1695)  » est également traité dans :

PURCELL HENRY - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christian MERLIN
  •  • 438 mots
  •  • 3 médias

1656 The Siege of Rhodes (Le Siège de Rhodes) est représenté à Rutland House, à Londres ; il s'agit du premier drame anglais mentionnant le qualificatif d'opéra. Le texte est de William Davenant, la musique principalement de […] Lire la suite

DIDON ET ÉNÉE (H. Purcell)

  • Écrit par 
  • Christian MERLIN
  •  • 209 mots
  •  • 1 média

Pour un peu, l'Angleterre du xviie siècle n'aurait pas eu son opéra ! Ce n'est pas, il est vrai, dans le contexte puritain institué par Cromwell que l'activité théâtrale pouvait se développer. C'est seulement lors de la réouverture des théâtres, en 1660, que s'affichent de nouvelles recherches en matière de spectacle musical. On recourt surtout au gen […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Musique

  • Écrit par 
  • Jacques MICHON
  • , Universalis
  •  • 6 932 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Purcell et son temps »  : […] La Restauration de Charles II, en 1660, a pour effet un regain d'activité artistique à Londres. La Chapelle royale est reconstituée, la vie musicale renaît, stimulée par le modèle qu'avait trouvé le roi à la cour de Louis XIV pendant son exil ; grâce aussi à l'apparition de quelques talents authentiques et surtout d'un incontestable génie, celui de Purcell , la période qui s'ouvre apparaît comme u […] Lire la suite

ANTHEM, musique

  • Écrit par 
  • Edith WEBER
  •  • 595 mots

Du vieil anglais anteifn , du grec et du latin antifona , de l'espagnol et de l'italien antifona , l'anthem, forme de musique religieuse anglicane, est une paraphrase libre (et non une traduction littérale anglaise) de textes bibliques (psaumes de David, en particulier), chantée pendant l'office, généralement après la troisième collecte, mais le texte ne fait pas officiellement partie de la liturg […] Lire la suite

BLOW JOHN (1649-1708)

  • Écrit par 
  • Jacques MICHON
  •  • 559 mots

Pour la postérité, le nom de John Blow est lié à celui de Henry Purcell, dont il a été à la fois le maître et l'ami, et à la mémoire duquel il a dédié une de ses plus nobles compositions, Ode on the Death of Mr. Henry Purcell (1696). On peut aussi penser que la seule œuvre qu'il ait écrite pour la scène, Venus and Adonis (1682-1685 ?), à la demande de Charles II, a pu servir de modèle à Dido an […] Lire la suite

CLAVECIN

  • Écrit par 
  • Josiane BRAN-RICCI, 
  • Robert VEYRON-LACROIX
  •  • 4 762 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Compositeurs »  : […] Au début du xvi e  siècle, il ne semble pas qu'il y ait eu d'artistes possédant une individualité très marquée. Ce sont plutôt des « défricheurs » ; ils écrivent des préludes, des toccatas, des pièces à danser, ils transcrivent, réduisent des œuvres vocales pour un instrument non déterminé. Est-ce l'épinette, le clavicorde, le virginal, l'orgue ou le clavecin ? Le plus souvent pour ces deux dernie […] Lire la suite

FORME, musique

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 677 mots

Dans le chapitre « Les formes lyriques »  : […] C'est Claudio Monteverdi qui, avec L'Orfeo , premier opéra de l'histoire (1607), a créé les modèles formels à partir desquels ont été fixés les éléments constitutifs d'une œuvre lyrique : récitatif, aria, arioso, ouverture. Le récitatif est un chant librement déclamé, dont la mélodie et le rythme suivent les inflexions naturelles de la langue parlée. Il remonte à l'Antiquité et à la psalmodie de […] Lire la suite

OPÉRA - Histoire, de Peri à Puccini

  • Écrit par 
  • Jean-Vincent RICHARD
  •  • 9 150 mots
  •  • 33 médias

Dans le chapitre « L'Italie à la conquête de l'Europe »  : […] C'est, paradoxalement, un Florentin de naissance, qui, en s'opposant à la vague italienne, promeut l'opéra français. Jean-Baptiste Lully (1632-1687), surintendant de la Musique et compositeur de la Chambre depuis 1661, n'aborde l'opéra, ou plutôt la tragédie lyrique, qu'à quarante ans passés, avec Cadmus et Hermione (1673), mais surtout avec Alceste (1674). L'opéra lulliste est fondé sur une vér […] Lire la suite

OPÉRA - Le renouveau de l'opéra baroque

  • Écrit par 
  • Ivan A. ALEXANDRE
  •  • 11 985 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Purcell : le lien »  : […] Tout à fait le contraire de son contemporain Henry Purcell , évidemment choyé lors de ses propres tricentenaires (1959 et 1995), mais sans cesse chéri et honoré depuis sa mort. Comme La serva padrona de Pergolèse et Acis and Galatea de Haendel, Dido and Aeneas était au xix e  siècle, plus estimé que joué. Nous pouvons même dater son retour définitif : 1895, donc ici encore à l'occasion d'un annive […] Lire la suite

The Married Beau, PURCELL (Henry)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 445 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Purcell, sans doute le plus grand des compositeurs anglais, est avant tout un exceptionnel musicien de théâtre : il compose une cinquantaine de musiques de scène, six semi-operas (genre typiquement anglais désignant des œuvres théâtrales où la musique tient une place importante : King Arthur , 1691 ; The Fairy Queen , 1692...) et son seul véritable opéra, Didon et Énée (probablement créé en 1687) […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Nanie BRIDGMAN, « PURCELL HENRY », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-purcell/