CHAMBORD HENRI DE BOURBON comte de (1820-1883)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dernier héritier de la branche aînée des Bourbons, né le 29 septembre 1820 à Paris, mort le 24 août 1883 à Frohsdorf, en Autriche.

Petit-fils du roi Charles X et fils posthume de Charles Ferdinand, duc de Berry, qui mourut assassiné, Henri d'Artois, duc de Bordeaux, comte de Chambord, doit fuir la France en 1830, alors que son cousin Louis-Philippe, de la maison d'Orléans, vient d'être couronné. Il passe la majeure partie de sa jeunesse en Autriche, où il entretient une haine tenace à l'encontre de la Révolution et du régime constitutionnel.

Le comte de Chambord se manifeste peu durant la monarchie de Juillet (1830-1848), la IIe République (1848-1852) et les débuts du second Empire. Cependant, excédé par l'irrévérence de Napoléon III envers le Saint-Siège, il réanime la branche légitimiste des royalistes en faisant valoir ses droits à la couronne de France sous le nom d'Henri V, face aux différentes factions du parti bonapartiste d'une part, aux prétentions au titre des orléanistes d'autre part.

Le 9 octobre 1870, après la chute de Napoléon III, le comte de Chambord fait paraître une proclamation dans laquelle il invite la France à se rassembler sous l'égide des Bourbons. En 1871, à la fin de la guerre contre la Prusse, les élections à l'Assemblée donnent une majorité confortable aux conservateurs, et, un temps, la restauration semble possible. Cependant, le comte reste profondément hostile aux idées des Lumières, comme en témoignent ses écrits : Mes Idées (1872) et Manifestes et programmes politiques de M. le comte de Chambord, 1848-1873 (1873). Intransigeant, refusant de devenir « le roi légitime de la Révolution », exigeant la restauration du drapeau blanc à la place du drapeau tricolore, il s'aliène jusqu'au soutien du président royaliste, le maréchal Mac-Mahon. En juin 1874, une motion présentée à l'Assemblée pour rétablir les Bourbons est rejetée par 272 voix contre 79 et, le 30 janvier 1875, la République est inscrite dans les textes constitutionnels, à une voix près. Définitivement écarté du trône, Chambord finira sa vie en exil et laissera la maison d'Orléans seule héritière de la couronne de France.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  CHAMBORD HENRI DE BOURBON comte de (1820-1883)  » est également traité dans :

BERRY CHARLES FERDINAND duc de (1778-1820)

  • Écrit par 
  • Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY
  •  • 203 mots

Second fils du comte d'Artois, le futur Charles X, le duc de Berry, se réfugie en Angleterre après avoir servi dans l'armée des émigrés de Condé ; il ne rentre en France qu'en 1814. D'une intelligence et d'une éducation sommaires, emporté et adonné aux plaisirs, il est pourtant généreux, courageux et ami des arts. Deux circonstances lui ont donné u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-ferdinand-berry/#i_22876

DEUXIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 4 291 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le conflit du président et de l'Assemblée »  : […] Louis Napoléon, depuis la crise de juin 1849, mène une politique plus personnelle. Il multiplie les voyages en province, regroupe son propre parti qui, outre les fidèles bonapartistes rassemblés autour de Persigny, comprend des libéraux restés à l'écart du parti de l'Ordre (T. Ducos, Billault), des représentants des milieux d'affaires soucieux d'ef […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/deuxieme-republique/#i_22876

EMPIRE SECOND (1852-1870)

  • Écrit par 
  • Marc BASCOU, 
  • Adrien DANSETTE, 
  • Universalis
  •  • 21 002 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le parti bonapartiste »  : […] Jusqu'en 1860, l'opposition au régime est nulle ou totalement inefficace. Les monarchistes ont deux rois pour un trône. Des survivances régionales, surtout dans le Languedoc méditerranéen, dans l'Anjou, en Bretagne et en Vendée, conservent à la légitimité une force qui ne décline que lentement, mais ne possède plus aucun pouvoir d'expansion. Le co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/second-empire/#i_22876

LÉGITIMISTES

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 1 102 mots

On appelle légitimistes les partisans de la branche aînée des Bourbons à partir de la révolution de juillet 1830. L'abdication de Charles X en faveur de son petit-fils le duc de Bordeaux surprend les plus fidèles royalistes et réduit toute velléité de résistance. Si les ultra-royalistes restent le plus souvent fidèles à la branche aînée, ce n'est p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/legitimistes/#i_22876

TROISIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Louis GIRARD
  •  • 14 385 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'installation »  : […] Une tradition républicaine, minoritaire mais militante, forte dans les classes populaires des villes et dans les nouvelles couches de la bourgeoisie, s'opposait à l'idée bonapartiste plébiscitaire. Une fraction des classes dirigeantes restait fidèle à l'esprit de la monarchie constitutionnelle. L'empire libéral de 1870, jouant de la division des ré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troisieme-republique/#i_22876

Pour citer l’article

« CHAMBORD HENRI DE BOURBON comte de (1820-1883) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-de-bourbon-chambord/