CHAMBORD HENRI DE BOURBON comte de (1820-1883)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dernier héritier de la branche aînée des Bourbons, né le 29 septembre 1820 à Paris, mort le 24 août 1883 à Frohsdorf, en Autriche.

Petit-fils du roi Charles X et fils posthume de Charles Ferdinand, duc de Berry, qui mourut assassiné, Henri d'Artois, duc de Bordeaux, comte de Chambord, doit fuir la France en 1830, alors que son cousin Louis-Philippe, de la maison d'Orléans, vient d'être couronné. Il passe la majeure partie de sa jeunesse en Autriche, où il entretient une haine tenace à l'encontre de la Révolution et du régime constitutionnel.

Le comte de Chambord se manifeste peu durant la monarchie de Juillet (1830-1848), la IIe République (1848-1852) et les débuts du second Empire. Cependant, excédé par l'irrévérence de Napoléon III envers le Saint-Siège, il réanime la branche légitimiste des royalistes en faisant valoir ses droits à la couronne de France sous le nom d'Henri V, face aux différentes factions du parti bonapartiste d'une part, aux prétentions au titre des orléanistes d'autre part.

Le 9 octobre 1870, après la chute de Napoléon III, le comte de Chambord fait paraître une proclamation dans laquelle il invite la France à se rassembler sous l'égide des Bourbons. En 1871, à la fin de la guerre contre la Prusse, les élections à l'Assemblée donnent une majorité confortable aux conservateurs, et, un temps, la restauration semble possible. Cependant, le comte reste profondément hostile aux idées des Lumières, comme en témoignent ses écrits : Mes Idées (1872) et Manifestes et programmes politiques de M. le comte de Chambord, 1848-1873 (1873). Intransigeant, refusant de devenir « le roi légitime de la Révolution », exigeant la restauration du drapeau blanc à la place du drapeau tricolore, il s'aliène jusqu'au soutien du président royaliste, le maréchal Mac-Mahon. En juin 1874, une motion présentée à l'Assemblée pour rétablir les Bourbons est rejetée par 272 voix contre 79 et, le 30 janvier 1875, la République est inscrite dans les textes constitutionnels, à une voix près. Définitivement écarté du trône, Chambord finira sa vie en exil et laissera la maison d'Orléans seule héritière de la couronne de France.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  CHAMBORD HENRI DE BOURBON comte de (1820-1883)  » est également traité dans :

BERRY CHARLES FERDINAND duc de (1778-1820)

  • Écrit par 
  • Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY
  •  • 203 mots

Second fils du comte d'Artois, le futur Charles X, le duc de Berry, se réfugie en Angleterre après avoir servi dans l'armée des émigrés de Condé ; il ne rentre en France qu'en 1814. D'une intelligence et d'une éducation sommaires, emporté et adonné aux plaisirs, il est pourtant généreux, courageux et ami des arts. Deux circonstances lui ont donné […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-ferdinand-berry/#i_22876

DEUXIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 4 291 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le conflit du président et de l'Assemblée »  : […] de Broglie, Guizot (mais celui-ci est mis de plus en plus à l'écart de la vie active). Pendant l'été 1850, Salvandy alla à Wiesbaden s'entretenir avec le comte de Chambord. Cette fusion est cependant rendue impossible d'une part à cause des oppositions de principes (une circulaire de Barthélemy du 30 août 1850, au nom du comte de Chambord, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/deuxieme-republique/#i_22876

EMPIRE SECOND (1852-1870)

  • Écrit par 
  • Marc BASCOU, 
  • Adrien DANSETTE, 
  • Universalis
  •  • 21 006 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le parti bonapartiste »  : […] qui ne décline que lentement, mais ne possède plus aucun pouvoir d'expansion. Le comte de Chambord prescrit à ses fidèles de s'abstenir d'une participation à la vie politique qui pourrait entraîner la prestation du serment à l'Empire ; ses instructions sont d'ailleurs peu suivies. Si la légitimité est une foi liée à la foi religieuse, l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/second-empire/#i_22876

LÉGITIMISTES

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 1 102 mots

On appelle légitimistes les partisans de la branche aînée des Bourbons à partir de la révolution de juillet 1830. L'abdication de Charles X en faveur de son petit-fils le duc de Bordeaux surprend les plus fidèles royalistes et réduit toute velléité de résistance. Si les ultra-royalistes restent le plus souvent fidèles à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/legitimistes/#i_22876

TROISIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Louis GIRARD
  •  • 14 392 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'installation »  : […] étaient divisés entre légitimistes et orléanistes. Le comte de Chambord, petit-fils de Charles X, qui vivait en Autriche dans un exil décoratif, était un tenant du catholicisme contre-révolutionnaire : il abhorrait les principes de 1789 et se proclamait fidèle au drapeau blanc. Les orléanistes, au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troisieme-republique/#i_22876

Pour citer l’article

« CHAMBORD HENRI DE BOURBON comte de (1820-1883) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-de-bourbon-chambord/