BAILLET-LATOUR HENRI DE (1876-1942)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aristocrate belge, le comte Henri de Baillet-Latour fut président du Comité international olympique (C.I.O.) de 1925 à 1942. À ce poste, il s'évertua à maintenir l'olympisme à flot. Mais cela n'alla pas sans quelques compromis à l'occasion des Jeux de Garmisch-Partenkirchen et de Berlin organisés par l'Allemagne nazie en 1936.

Henri de Baillet-Latour est né le 1er mars 1876 à Bruxelles. Sportif émérite – il est un adepte de l'athlétisme et de l'équitation –, il se voit chargé en 1903 par le roi Léopold II de diriger le sport dans son pays. La même année, il fait son entrée au C.I.O. Organisateur du congrès olympique de Bruxelles en 1905, il est aussi l'un des artisans de la création du Comité olympique et interfédéral belge, lequel se chargera d'encadrer la participation des sportifs belges aux jeux Olympiques en 1908 et en 1912.

Au sortir de la Première Guerre mondiale, le C.I.O. souhaite que les Jeux de la VIIe olympiade puissent se tenir dès 1920, afin de retrouver le rythme quadriennal de l'événement. Le 29 mars 1919, le Comité olympique national belge propose la candidature d'Anvers, celle-ci étant assortie d'une importante garantie financière assurée par les diamantaires et les commerçants de la ville. Le 5 avril, Anvers est choisie par le C.I.O. et, dès le 17 avril, Baillet-Latour est nommé à la tête du comité exécutif des Jeux d'Anvers, où il va œuvrer vigoureusement pour assurer la bonne tenue des Jeux. Bien qu'il ne disposât que d'une année pour préparer cette manifestation, et malgré les cruelles séquelles de la guerre pour le pays, Baillet-Latour assume toutes les responsabilités et dirige l'entreprise avec énergie. Le 14 août 1920, le roi Albert Ier préside la cérémonie d'ouverture des Jeux d'Anvers. Ceux-ci réunissent 2 626 sportifs représentant 29 pays.

Les capacités dont il a fait preuve pour assurer la réussite des Jeux d'Anvers lui valent la reconnaissance de ses pairs et, en 1925, il succède à Pierre de Coubertin, démissionnaire, à la présidence du C.I.O [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification


Autres références

«  BAILLET-LATOUR HENRI DE (1876-1942)  » est également traité dans :

BERLIN (JEUX OLYMPIQUES DE) [1936] - Contexte, organisation, bilan

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 2 864 mots
  •  • 2 médias

et en premier lieu celles du mouvement olympique ? Elles s'avèrent plus que timides. Interpellé, le comte Henri de Baillet-Latour rencontre à plusieurs reprises le führer pour lui rappeler que les Jeux doivent se dérouler sans la moindre propagande politique : le président du C.I.O., naïf ou complice, se contente des garanties verbales du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/berlin-jeux-olympiques-de-1936-contexte-organisation-bilan/#i_50721

BERLIN (JEUX OLYMPIQUES DE) [1936] - Les nazis et l'olympisme

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 3 128 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La stratégie olympique nazie »  : […] du poids, sa compatriote Tilly Fleischer le lancer du javelot. Hitler les invite dans sa loge pour les féliciter. Le comte Henri de Baillet-Latour, président du C.I.O., rappelle la lettre du protocole au führer : ce type d'hommage est interdit. Dès lors, Hitler ne félicitera publiquement plus personne, pas plus Jesse Owens que quiconque, car le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/berlin-jeux-olympiques-de-1936-les-nazis-et-l-olympisme/#i_50721

C.I.O. (Comité international olympique)

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 10 240 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Histoire d'une institution incontournable »  : […] Henri de Baillet-Latour, une personnalité moins affirmée que Coubertin, va se voir confronté à deux problèmes majeurs : d'un côté, des manifestations sportives organisées en dehors de l'autorité du C.I.O. – et même contre cette autorité – voient le jour ; de l'autre et surtout, les totalitarismes se mettent en place en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comite-international-olympique/#i_50721

OLYMPISME ET POLITIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 9 519 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les mascarades de 1936 »  : […] des Jeux de la XIe olympiade. L'arrivée d'Hitler au pouvoir, en 1933, ne changea pas la donne. Le Belge Henri de Baillet-Latour, président du C.I.O., se contenta de rencontrer à plusieurs reprises le Führer, pour lui rappeler que les Jeux devaient se dérouler sans la moindre propagande politique. Fit-il preuve d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/olympisme-et-politique/#i_50721

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « BAILLET-LATOUR HENRI DE - (1876-1942) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-de-baillet-latour/