HÉMOPTYSIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Rejet, au cours d'un effort de toux, de sang en provenance de l'arbre broncho-trachéal, à l'exclusion des saignements buccaux (d'origine digestive ou rhinopharyngée notamment). L'hémoptysie met rarement la vie en danger par son abondance ; mais sa valeur sémiologique considérable justifie toujours un bilan clinique et paraclinique très complet, comprenant le plus souvent une radiographie pulmonaire et une bronchoscopie. Les causes majeures en sont le cancer broncho-pulmonaire, les infections pulmonaires aiguës ou chroniques, telle la tuberculose, les maladies cardiaques donnant une hypertension artérielle pulmonaire, comme le rétrécissement mitral, la dilatation des bronches. L'embolie pulmonaire, cause fréquente, survient dans un contexte particulier (phlébite, intervention chirurgicale). Parmi les causes plus rares, on ne doit pas oublier les corps étrangers intrabronchiques, surtout chez l'enfant. Enfin, dans un tableau de traumatisme thoracique, l'hémoptysie est un signe d'alarme traduisant toujours une contusion broncho-pulmonaire.

—  François BOURNÉRIAS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  HÉMOPTYSIE  » est également traité dans :

HÉMORRAGIES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SOULIER
  • , Universalis
  •  • 4 292 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Hémorragies de cause locale »  : […] Dans les hémorragies de cause locale, le mécanisme de l'hémostase n'est pas en cause ; l'ensemble des défenses de l'organisme intervient en vue de remédier à la perte sanguine et de déterminer son arrêt. Une plaie artérielle avec issue en saccades de sang rouge vif impose une intervention d'urgence : pose d'un garrot, compression de l'artère en amont, suture ou ligature chirurgicale, faute de quo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hemorragies/#i_16167

RESPIRATOIRE (APPAREIL) - Pathologie

  • Écrit par 
  • Raoul KOURILSKY
  •  • 27 404 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Facteurs topographiques »  : […] Si le cancer naît loin des canaux bronchiques et des vaisseaux, et à distance de la plèvre, aucun signe ne viendra donner l'alerte pendant des mois. Le souffle sera normal, il n'y aura ni toux ni expectoration. La radiographie était alors le seul moyen de détecter ces cancers silencieux. C'est pourquoi on utilise pour le cancer l'organisation systématique de dépistage aux rayons X et éventuellemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/respiratoire-appareil-pathologie/#i_16167

TUBERCULOSE

  • Écrit par 
  • Jean BRETEY, 
  • Charles COURY
  •  • 10 009 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Évolution des conceptions et des connaissances sur l'étiologie de la tuberculose »  : […] Si l'on met à part la période initiale et théurgique de la médecine, commune en fait à toutes les cultures archaïques, et au cours de laquelle le phtisie consomptive était considérée comme une punition infligée par la divinité, on a d'abord incriminé des causes locales. Frappés par le spectaculaire symptôme qu'est l'hémoptysie, Hippocrate, Arétée et plusieurs autres auteurs anciens ont admis que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tuberculose/#i_16167

Pour citer l’article

François BOURNÉRIAS, « HÉMOPTYSIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hemoptysie/