BIALIK HAYIM NAHMANE (1873-1934)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le retour vers la terre des ancêtres

Pour Bialik, le sionisme était à la fois un retour au passé et une révolution, une continuité et une rupture ; une possibilité de faire fructifier un héritage de trois mille ans en l'implantant sur le sol, en lui rendant son cadre matériel pour le protéger tant du dépérissement spirituel que des massacres. C'est aussi le retour à la dignité humaine ; le judaïsme, chez Bialik, n'était pas une superstructure idéologique ; il était à la base de toutes ses réactions d'homme, il conditionnait l'amour, la foi, l'espoir ; il en va ainsi jusqu'au style du poète qu'il est difficile d'apparenter à celui d'un courant ou d'une école, mais où la présence des sources juives est évidente. Il est certainement un poète « engagé » ; cependant, son engagement n'est le fruit d'aucune thèse préconçue, mais simplement celui de la condition juive qui, pour Bialik, n'est que sa condition humaine.

C'est ainsi qu'aux sentiments de l'humiliation et de la révolte succèdent les rêves de la délivrance. Esprit critique et lucide, Bialik n'est pas sûr que sa propre époque, celle de la « génération du désert », soit capable de réaliser l'union nationale et le retour vers la terre des ancêtres. « Je vous ai revus dans votre impuissance ! » s'écrie le poète face aux différends qui opposent les fractions juives remplaçant parfois l'action salutaire par une joute oratoire. Pour Bialik, les divergences d'opinions, les intérêts des classes sociales, les oppositions entre la conception « sacrée » ou « profane » du judaïsme doivent disparaître devant l'action immédiate : le retour à Sion. Dans certains de ses poèmes perce une amère ironie ; d'autres, tels la « Bénédiction du peuple », devenu un second hymne national d'Israël, ou « Aux serviteurs du peuple », constituent des appels pathétiques à la renaissance.

Mais c'est dans le grand poème « Les Morts du désert » que Bialik accède aux sommets de son art. C'est d'abord l'image d'un désert figé, brûlé par le soleil, gardant jalousement les secrets des cités anciennes ensevelies sou [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BIALIK HAYIM NAHMANE (1873-1934)  » est également traité dans :

HÉBRAÏQUES LANGUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Valentin NIKIPROWETZKY, 
  • René Samuel SIRAT
  •  • 8 503 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La renaissance : pogroms et sionisme »  : […] Deux événements vont marquer la littérature hébraïque entre 1880 et 1917 : les pogroms de Russie (1881...) et l'apparition du mouvement des Amants de Sion avec le sionisme politique et culturel. L'ambition déçue de la Haskala, réussir l'émancipation des juifs et en faire des Européens (de confession ou d'origine juive), cède la place à une volonté inébranlable de réussir l'« auto-émancipation » ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/langue-et-litterature-hebraiques/#i_12410

POGROME ou POGROM

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 542 mots
  •  • 1 média

Terme russe désignant un assaut, avec pillage et meurtres, d'une partie de la population contre une autre, et entré dans le langage international pour caractériser un massacre de Juifs en Russie. Perpétrés entre 1881 et 1921 , les pogromes furent si nombreux qu'une typologie a pu être établie à leur propos. Ils survenaient lors d'une crise politique ou économique et s'effectuaient grâce à la neutr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pogrome-pogrom/#i_12410

Pour citer l’article

Abraham GOLEK, « BIALIK HAYIM NAHMANE - (1873-1934) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hayim-nahmane-bialik/