TUBMAN HARRIET (1820-1913)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Harriet Tubman échappa à l'esclavage du Sud et devint l'une des figures majeures de l'abolitionnisme avant la guerre de Sécession. Elle mena des centaines d'esclaves vers la liberté que leur offrait le Nord en les guidant le long de la route mise en place par l'Underground Railroad, réseau clandestin de lieux sûrs accueillant les fuyards sur leur trajet.

Esclave née vers 1820 dans le comté de Dorchester, dans le Maryland, Araminta Ross adoptera par la suite le prénom de sa mère, Harriet. Dès son plus jeune âge, elle occupe de nombreux emplois : servante, nourrice, ouvrière agricole, cuisinière ou encore bûcheronne. Vers 1844, elle épouse un Noir libre du nom de John Tubman.

En 1849, se laissant convaincre par les rumeurs prétendant qu'elle va être vendue, Harriet Tubman s'enfuit à Philadelphie, laissant derrière elle mari, parents, frères et sœurs. En décembre 1850, elle part pour Baltimore, dans le Maryland, où elle va chercher sa sœur pour la ramener, avec ses deux enfants, vers la liberté. Ce voyage sera la première des dix-neuf incursions de plus en plus dangereuses qu'elle fera dans cet État. Au cours de la décennie, elle aidera ainsi près de trois cents esclaves à fuir au Canada en suivant les routes établies par l'Underground Railroad. Grâce à son courage extraordinaire, son ingéniosité, sa persévérance et la discipline de fer qu'elle impose à ses protégés, Harriet Tubman devient la guide la plus célèbre de ce réseau secret, popularité qui lui vaudra le surnom de Moïse noire. Elle n'aurait jamais perdu un seul des fugitifs qu'elle accompagnait vers la liberté.

Les récompenses que les propriétaires d'esclaves offrent pour sa capture s'élèveront, au total, à quarante mille dollars. Les abolitionnistes célèbrent quant à eux son courage. L'anti-esclavagiste John Brown, qui lui demandera conseil sur son projet d'attaque de l'arsenal fédéral de Harpers Ferry, en Virginie (auj. en Virginie-Occidentale), l'appellera quant à lui « général » Tubman. Vers 1858, Harriet Tubman achète une petite ferme près d'Auburn, dans l'État de New York : elle y installe ses parents âgés, qu'elle avait fait sortir du Maryland en juin de l'année précédente, et s'y établit elle aussi. De 1862 à 1865, elle endosse tour à tour les rôles d'éclaireur, d'infirmière et de blanchisseuse pour les troupes de l'Union en Caroline du Sud. Elle remplit par ailleurs des missions d'espionnage dans les territoires confédérés pour le compte du deuxième régiment de volontaires de Caroline, placé sous le commandement du colonel James Montgomery. Grâce aux informations qu'elle rapporte sur l'emplacement des entrepôts et des munitions, les troupes de Montgomery lanceront sur leurs ennemis des offensives préparées minutieusement. À peine remerciée pour les services qu'elle rend pendant la guerre de Sécession, Harriet Tubman doit gagner sa vie en vendant du pain qu'elle cuit dans son fourneau.

Après la guerre, elle s'installe à Auburn et commence à héberger orphelins et personnes âgées ; c'est ainsi qu'elle crée l'établissement Harriet Tubman Home for indigent aged negroes. Ce foyer, qui recevra par la suite le soutien de certains de ses anciens camarades abolitionnistes et des habitants de la ville, continuera à exister quelques années après sa mort. À la fin des années 1860, puis de nouveau à la fin de la décennie 1890, Harriet Tubman fait une demande de pension de retraite fédérale pour les services rendus pendant la guerre de Sécession. Une trentaine d'années après ses actes de bravoure, le Congrès finit par adopter un projet de loi lui octroyant vingt dollars par mois. L'héroïne s'éteint le 10 mars 1913 à Auburn.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  TUBMAN HARRIET (1820-1913)  » est également traité dans :

UNDERGROUND RAILROAD

  • Écrit par 
  • Martine MEUSY
  •  • 744 mots

Le Canada a longtemps été un lieu de refuge pour les esclaves noirs américains échappés des plantations du sud des États-Unis. En effet, quoique les États esclavagistes aient été nettement définis comme étant au sud de la ligne Mason-Dixon, qui séparait la Pennsylvanie du Maryland et se prolongeait à l'ouest, dès 1793 la loi contre les esclaves en fuite autorisait les propriétaires d'esclaves fugi […] Lire la suite

Pour citer l’article

« TUBMAN HARRIET - (1820-1913) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/harriet-tubman/