BROWN JOHN (1800-1859)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Appartenant à une famille de seize enfants du Connecticut, John Brown est nourri dès son enfance des principes antiesclavagistes que lui inculque son père, tanneur et fermier, et auxquels il devait consacrer une bonne partie de sa vie. Renonçant à devenir pasteur de l'Église de la Congrégation, il se rend dans l'Ohio, en Pennsylvanie, au Massachusetts et exerce une série de métiers (conducteur, tanneur, éleveur, marchand de laine). C'est en qualité de marchand que John Brown se rend en Europe en 1849, mais son passage n'est pas remarqué.

À son retour, il s'installe dans une communauté noire financée par le philanthrope Gerrit Smith, à North Elba, dans l'État de New York. À partir de ce moment, il est obsédé par le problème de l'esclavage et se sent appelé à agir publiquement pour rendre justice au peuple noir.

En 1855, il rejoint cinq de ses fils installés dans le Kansas, qui était alors la scène d'une guerre civile larvée entre proesclavagistes et antiesclavagistes. Il s'installe près d'Osawatomie et devient une sorte de chef de guérilla. Après le massacre de cinq antiesclavagistes, il veut les venger ; il se rend, dans la nuit du 24 au 25 mai 1856, dans le campement installé le long du ruisseau Pottawatomie, et, assisté de sept hommes, fait tuer à la hache les cinq hommes soupçonnés. Dès lors, il se fait appeler le « capitaine John Brown d'Osawatomie ».

En 1858, il exécute un raid dans l'État du Missouri et libère un certain nombre d'esclaves qu'il emmène au Canada. John Brown fait, en effet, partie du fameux Underground Railroad, qui se bornait, en temps normal, à assister les esclaves fugitifs. Il connaît bien l'ancien esclave Frederick Douglass, qui est installé à Rochester, et lui fait part d'un plan de libération des Noirs du Sud. En 1858, il tient à Chatham, au Canada, une convention de Blancs et de Noirs, où il fait adopter une constitution et se fait élire commandant en chef du nouveau gouvernement fantôme. Il annonce son int [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : diplômée d'études supérieures de science politique, chargée d'études à la direction de la Documentation française

Classification

Autres références

«  BROWN JOHN (1800-1859)  » est également traité dans :

ABOLITIONNISME, histoire de l'esclavage

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 2 930 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le problème aux États-Unis »  : […] Aux États-Unis, la question de l'abolitionnisme ne se pose pas dans les mêmes termes qu'en Angleterre ou en France. Ce n'est pas un problème colonial (c'est-à-dire extérieur) mais un problème national. Il oppose deux zones géographiques, le Nord et le Sud, et, à la différence de ce qui s'est passé dans les colonies anglaises et françaises, il s'aggrave avec le temps. En effet, dans le Nord, où l'e […] Lire la suite

Les derniers événements

19 janvier 2010 États-Unis. Élection d'un sénateur républicain dans le Massachusetts

Brown au siège de sénateur, vacant depuis la mort en août 2009 de Ted Kennedy. Ce dernier occupait depuis 1962 ce siège qui avait été auparavant celui de son frère John F. Kennedy. Cette élection fait perdre aux démocrates la majorité qualifiée de 60 voix qu'ils possédaient au Sénat.  […] Lire la suite

8 mai - 5 juin 2009 Royaume-Uni. Crise politico-financière

John Hutton annonce sa démission – il est le sixième membre du cabinet à quitter ses fonctions – avant le profond remaniement ministériel, annoncé par Gordon Brown, qui semble inévitable en raison du discrédit du gouvernement et de la déroute historique qu'a subie le Parti travailliste aux élections européennes et locales du 4 juin.  […] Lire la suite

4-5 mai 2006 Royaume-Uni. Remaniement ministériel

John Reid est nommé à l'Intérieur, Des Browne à la Défense, et Margaret Beckett est la première femme à devenir ministre des Affaires étrangères dans le pays. Geoff Hoon prend la tête aux Affaires européennes d'un ministère à part entière. Gordon Brown demeure chancelier de l'Échiquier.  […] Lire la suite

1er-16 mai 1997 Royaume-Uni. Victoire travailliste aux élections législatives et nomination de Tony Blair comme Premier ministre

John Major présente sa démission à la reine Élisabeth II, qui nomme Tony Blair Premier ministre. Celui-ci désigne, entre autres, John Prescott au poste de vice-Premier ministre, Gordon Brown comme chancelier de l'Échiquier et Robin Cook comme secrétaire au Foreign Office. Le 5, lors d'une réunion de travail de la Conférence intergouvernementale, le […] Lire la suite

Pour citer l’article

Martine MEUSY, « BROWN JOHN - (1800-1859) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/john-brown-1800-1859/