ALFVÉN HANNES (1908-1995)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Astrophysicien suédois né le 30 mai 1908 à Norrköping, Hannes Alfvén fit ses études à l'université d'Uppsala où il obtint son doctorat en 1934. Attaché à l'Institut royal de technologie de Stockholm à partir de la fin des années 1930, Alfvén reçoit un poste à l'université de Californie (San Diego) en 1967, à la suite de désaccords avec le gouvernement suédois. En 1970, il obtient le prix Nobel de physique pour sa contribution à la physique des plasmas qu'il a fondée, prix partagé avec Louis Néel.

En 1942, ses travaux de physique spatiale comprennent l'énoncé des théorèmes de connexion du champ magnétique, selon lesquels, dans certaines conditions, la matière (sous forme de plasma) est solidaire des lignes de flux magnétique qui la traversent, champ et matière constituant deux fluides gelés l'un dans l'autre. Ce principe, conçu à l'origine comme une explication des taches solaires, fut ensuite appliqué par Alfvén à une théorie de l'origine des rayons cosmiques.

Sa théorie des orages magnétiques et des aurores boréales (1939) a eu une influence majeure sur la théorie des magnétosphères. Il mit au point une méthode permettant de calculer aisément la trajectoire complexe des particules chargées dans un champ magnétique.

Alfvén fut le pionnier de la magnétohydrodynamique (MHD), qui étudie le mouvement d'un fluide conducteur dans un champ magnétique. Ses travaux se sont révélés fondamentaux pour l'étude de la fusion contrôlée.

Alfvén, opposant de la théorie du big bang, a proposé, à l'instar de celui de Fred Hoyle, un modèle d'Univers à l'état stationnaire, sans début ni fin, fondé sur ce qu'il a appelé la cosmologie du plasma, ce dernier, et non plus les forces de gravitation, étant prépondérant dans la formation des grandes structures (galaxies, amas de galaxies, etc.). Cette cosmologie a été battue en brèche par les découvertes des deux dernières décennies du xxe siècle.

—  Agnès LECOURTOIS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ALFVÉN HANNES (1908-1995)  » est également traité dans :

MAGNÉTOHYDRODYNAMIQUE (M.H.D.)

  • Écrit par 
  • Jean-Loup DELCROIX
  •  • 4 454 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Convexion et diffusion du champ magnétique »  : […] En éliminant entre les équations (1) à (4) les variables auxiliaires j et E , on obtient : L'équation (7) met en évidence le couplage entre le champ B et le champ de vitesse v  ; si l'on suppose connu v , c'est-à-dire le mouvement du fluide, elle décrit l'évolution de B  ; c'est ce qu'on peut appeler avec Lundquist l'aspect cinématique de la M.H. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magnetohydrodynamique/#i_12836

MATIÈRE (physique) - Plasmas

  • Écrit par 
  • Patrick MORA
  •  • 7 678 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Historique et premiers concepts »  : […] Les premières études sur les décharges, effectuées par le physicien britannique Michael Faraday, remontent aux années 1830. L'établissement des équations de Maxwell (1864), la découverte de l'électron en 1897 par le Britannique Joseph John Thomson (Prix Nobel de physique 1906) et la compréhension de la structure de la matière qui a suivi ont permis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere-physique-plasmas/#i_12836

Pour citer l’article

Agnès LECOURTOIS, « ALFVÉN HANNES - (1908-1995) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hannes-alfven/