NÉEL LOUIS (1904-2000)

Né le 22 novembre 1904 à Lyon, Louis Néel fut élève de l'École normale supérieure. Professeur à l'université de Strasbourg (1937), puis à l'université de Grenoble (1946), il devient directeur de l'Institut polytechnique de Grenoble en 1954 et du Centre d'études nucléaires de Grenoble en 1956. Il reçoit en 1970 le prix Nobel de physique pour ses travaux sur les propriétés magnétiques des solides. Ses découvertes fondamentales dans le domaine de la physique du solide ont reçu de nombreuses applications, notamment dans le domaine des mémoires numériques.

Louis Néel

Louis Néel

photographie

Le physicien français Louis Néel, en 1970, lors du banquet qui suit la remise du prix Nobel qui lui a été attribué pour ses travaux sur le ferromagnétisme. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Dès les années 1930, il étudie, au niveau moléculaire, des formes de magnétisme distinctes du ferromagnétisme (alignement des spins électroniques à basse température). Il découvre que, dans certaines substances, des groupes d'atomes présentent des alignements de spins opposés, dont les effets magnétiques s'annulent. Cette propriété constitue l'antiferromagnétisme.

Pour les substances qui présentent des groupes d'alignements de spins opposés mais dont le champ magnétique total n'est pas nul, en raison de l'inégalité des champs individuels des groupes, Néel a établi la théorie du ferrimagnétisme. Ses études sur la structure fine du ferromagnétisme ont permis d'expliquer le paléomagnétisme des dépôts de laves, basaltes et argiles qui nous renseignent sur les modifications du champ magnétique terrestre dans le passé.

Les travaux de Néel ont rendu possible la fabrication de toute une gamme de substances ferromagnétiques aux applications nombreuses ; quant aux ferrites synthétiques, elles ont révolutionné l'électronique des hyperfréquences.

—  Agnès LECOURTOIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  NÉEL LOUIS (1904-2000)  » est également traité dans :

AIMANTS

  • Écrit par 
  • Roger FONTAINE
  •  • 6 373 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Origines de l'hystérésis magnétique »  : […] le rôle d'obstacles à la propagation des parois. Reprenant ces idées et les complétant, Louis Néel (1944-1946) suppose une distribution aléatoire des tensions et des inclusions non magnétiques provoquant des fluctuations dans l'intensité et la direction de l'aimantation spontanée à l'intérieur des domaines élémentaires. Il en résulte, à l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aimants/#i_15032

MAGNÉTISME

  • Écrit par 
  • Damien GIGNOUX, 
  • Étienne de LACHEISSERIE, 
  • Louis NÉEL
  •  • 15 770 mots
  •  • 19 médias

même année, Paul Adrien Maurice Dirac calcule le moment magnétique associé au moment cinétique intrinsèque de l'électron, le spin ; Felix Bloch, en 1930, décrit la structure des parois séparant les domaines élémentaires ; Louis Néel établit et explique les notions d'antiferromagnétisme (1932) et de ferrimagnétisme (1947 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magnetisme/#i_15032

Pour citer l’article

Agnès LECOURTOIS, « NÉEL LOUIS - (1904-2000) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-neel/