HANDISPORT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des champions d'exception et... comme les autres

L'image du sport servant de soutien psychologique pour les champions paralympiques appartient désormais au passé. Avant d'être des handicapés, ce sont des sportifs de très haut niveau, dont certains connaissent même une renommée certaine.

Côté français, on peut citer l'athlète malvoyante Assia El Hannouni, quadruple médaillée d'or (100, 200, 400 et 800 mètres, en battant à chaque fois le record du monde) aux Jeux d'Athènes en 2004, double médaillée d'or (200 et 400 mètres) aux Jeux de Pékin en 2008 et aux Jeux de Londres en 2012, dont certaines performances (53,67 s sur 400 mètres en 2008 à Pékin) lui permettraient de bien figurer dans les finales des Championnats de France des « valides ». Béatrice Hess, contrainte de se déplacer en fauteuil roulant dans la vie de tous les jours, se mue en championne redoutable dans l'élément liquide : de 1984 à 2000, la nageuse a remporté vingt médailles d'or aux jeux Paralympiques. Le cycliste Tristan Mouric, amputé d'un bras et d'une jambe du même côté, établit en 1989 un remarquable record de l'heure : 40,400 kilomètres. Arnaud Assoumani, né sans bras gauche, décrocha la médaille d'or aux Jeux de Pékin en 2008 dans le concours de saut en longueur avec une performance remarquable (7,23 mètres).

Deux épreuves ont un statut particulier : le 1 500 mètres-fauteuil pour les hommes, le 800 mètres-fauteuil pour les femmes. En effet, elles se déroulent traditionnellement non pas aux jeux Paralympiques, mais sont des épreuves de démonstration lors des jeux Olympiques, du moins jusqu'en 2000. Mustapha Badid a remporté le 1 500 mètres-fauteuil en 1988, Claude Issorat s'est imposé en 1992 et en 1996, et a obtenu la médaille d'argent en 2000 ; par ailleurs, il obtint trois médailles d'or et une de bronze aux jeux Paralympiques en 1996, une médaille d'or et une d'argent en 2000. Champion du monde du 1 500 mètres-fauteuil en 2003 à Paris, Joël Jeannot obtint une médaille d'or en 2000, une médaille d'or et une d'argent en 2004.

Ailleurs, chez les hommes, nommons le Canadien Arnie Boldt, amputé de la jambe droite, champion paralympique du saut en hauteur en 1976, qui parvint à franchir en 1981 une barre placée à 2,08 mètres. L'Américain Tony Volpentest, né sans mains ni pieds, remporta quatre médailles d'or en sprint (1992, 1996). Le cycliste espagnol Javier Otxoa se distingua sur le Tour de France (treizième en 2000) ; victime d'un accident qui lui laisse d'importantes séquelles motrices, il reprendra la compétition chez les paralympiques et obtiendra la médaille d'or dans la course sur route en 2004 à Athènes.

Chez les femmes, l'Australienne Louise Sauvage remporta le 800 mètres-fauteuil en 1996 et en 2000 ; elle a en outre obtenu dix médailles d'or aux jeux Paralympiques, de 1992 à 2000. La Canadienne Chantal Petitclerc, privée de l'usage de ses jambes par un accident à l'adolescence, s'adjugea quatorze médailles d'or dans les courses en fauteuil, de 1996 à 2008. L'athlète américaine Marla Runyan, déficiente visuelle, obtint cinq médailles d'or aux jeux Paralympiques (1992, 1996) et se classa huitième du 1 500 mètres aux jeux Olympiques de Sydney en 2000. La nageuse sud-africaine Natalie Du Toit, amputée de la jambe gauche, remporta cinq médailles d'or aux jeux Paralympiques en 2004, cinq également en 2008 ; surtout, en 2008, elle participa à l'épreuve de 10 kilomètres en eau libre aux jeux Olympiques avec les « valides », et se classa seizième.

Le cas de l'athlète sud-africain Oscar Pistorius, triple médaillé d'or à Pékin en 2008, a posé un problème complexe : né sans péronés et amputé des deux pieds, il court avec des prothèses en carbone issues de la haute technologie. Ses performances se sont approchées de celles des valides (par exemple, 45,07 s sur 400 mètres en 2011) et il a émis le souhait de participer en 2008 non pas aux jeux Paralympiques, mais aux jeux Olympiques. La Fédération internationale d'athlétisme, considérant que ses prothèses lui procuraient un avantage par rapport aux valides, a rejeté cette demande, avant que le Tribunal arbitral du sport casse cette décision ; Oscar Pistorius n'est finalement pas parvenu à réaliser les minima nécessaires, pour quelques centièmes de seconde. En revanche, il participa aux Championnats du monde d'athlétisme de Daegu en 2011, où il obtint la médaille d'argent dans le relais 4 fois 400 mètres, puis aux Jeux de Londres, en 2012.

Oscar Pistorius

Photographie : Oscar Pistorius

L'athlète sud-africain Oscar Pistorius, ici en 2012 lors des jeux Paralympiques de Londres, court avec des prothèses en carbone issues de la haute technologie. 

Crédits : Julian Finney/ Getty Images

Afficher

S'il fallait une preuve par l' [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Esther Vergeer, championne de tennis en fauteuil roulant

Esther Vergeer, championne de tennis en fauteuil roulant
Crédits : Julian Finney/ Getty Images

photographie

Oscar Pistorius

Oscar Pistorius
Crédits : Julian Finney/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Autres références

«  HANDISPORT  » est également traité dans :

SPORT (Histoire et société) - Sociologie

  • Écrit par 
  • Christian POCIELLO
  • , Universalis
  •  • 9 877 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Le sport, vecteur d'intégration et de socialisation ? »  : […] Dans cette société où la peur de l'autre et l'exclusion sont des thèmes récurrents, le sport serait, selon divers analystes, l'un des meilleurs – l'un des derniers ? – vecteurs d'intégration. Ainsi, à l'issue de la victoire des Bleus lors de la Coupe du monde de football 1998, la liesse s'empara de la France entière. Médias et politiques commentèrent et récupérèrent ce triomphe pour parler de « F […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « HANDISPORT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/handisport/