ḤAMMĀM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Appelé aussi « bain maure » ou « bain turc », le ḥammām est un bain à étuve. Il permet au croyant musulman de faire l'ablution majeure et cela explique qu'il ait été parfois considéré comme une « annexe de la mosquée ». Pendant plus d'un millénaire, le ḥammām a été, avec la mosquée et le souk, un des éléments constitutifs de la cité islamique. Se rattachant au modèle des thermes antiques et destiné à l'hygiène corporelle, le ḥammām joue un rôle important dans la vie sociale musulmane ; selon les jours et les heures, il est réservé aux hommes ou aux femmes lorsqu'il ne comporte pas de structure jumelée. Il existe des bains dans les résidences princières umayyades du désert et dans les citadelles médiévales, des bains publics en ville ou dans les villages, des bains privés dans les demeures patriciennes urbaines. La beauté et le nombre des ḥammām étaient un sujet d'orgueil pour la cité. Le programme architectural du ḥammām comporte les éléments classiques : l'apodyterium est la salle de déshabillage et de repos, communiquant avec des latrines ; il est relié par des couloirs en chicane, plus ou moins étroits, à la partie centrale du bain qui comprend trois salles dont la disposition et les dimensions varieront au cours des siècles ; le frigidarium est une salle de transition non chauffée dans laquelle on se déshabille en hiver ; ce n'est plus, comme dans l'Antiquité, la pièce principale réservée aux exercices physiques ; la piscine et la palestre ont disparu. Il y a deux pièces chauffées, l'une tiède, le tepidarium, l'autre chaude, le caldarium, qui sera pourvue d'exèdres utilisées pour les soins donnés au baigneur par le personnel. Les dimensions des deux dernières pièces dénotent une évolution des habitudes. Si la salle de déshabillage est couverte d'une coupole surmontée d'un lanternon et reposant sur un tambour percé de fenêtres, la partie centrale n'a aucun orifice de ventilation : la chaleur est conservée par des murs fort épais sur lesquels reposent des voûtes ou des coupoles incrustées de culs-de-bouteille disposés suivant un motif géométrique et permettant l'éclairage. Le ḥammām comprend aussi, en annexe, une chaufferie et un dépôt de combustible. Le chauffage se fait, jusqu'au xiie siècle, par un circuit de distribution d'eau chaude dont les ramifications en tuyaux de poterie encastrés sont placées dans le sol (hypocaustes) et dans les murs ; ce système sera abandonné ensuite et remplacé par des conduites de cheminée, ce qui amènera à disposer les pièces centrales suivant l'axe du conduit de fumée partant du foyer. Le bain oriental a pour ancêtre, en Syrie, le bain des châteaux umayyades où la salle de repos est devenue une salle de réception ; ce bain comporte une enfilade de trois pièces : la première non chauffée, la deuxième tiède et la troisième chaude ; celle-ci, véritable étuve, jouxte la chaufferie. Quatre siècles plus tard, les bains urbains ont pour prototype le bain umayyade simplifié. Les plans seront désormais des variations sur la disposition et l'importance de chacun des éléments constitutifs du bain.

M. Écochard et C. Cœur, dans Bains de Damas, ont montré six étapes de l'évolution du ḥammām du xiie au xxe siècle. Au Caire, à l'époque mamlūk, les ḥammām s'ordonnent selon un plan central cruciforme rayonnant, comme au ḥammām de Qalawun, ou sont constitués par deux groupes accolés. Dans l'Occident musulman, les édifices se rattachent à des traditions andalouses et umayyades avec une grande simplicité de conception et d'exécution, l'élément caractéristique étant la salle à coupole portée sur des colonnes et entourée de galeries. Le type du bain ottoman du xvie siècle a deux éléments semblables adossés, l'un pour les hommes, l'autre pour les femmes, comprenant chacun une salle cruciforme dotée de petites pièces dans les angles. Rappelons que le ḥammām a été introduit en Europe au xiiie siècle à la suite des croisades. Considéré comme un lieu de débauche favorisant de surcroît la propagation des maladies, il sera bientôt interdit par l'Église, comme l'avaient été jadis les thermes romains.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Les derniers événements

21 février 2019 Mali. Élimination d'un chef djihadiste au Sahel.

al-Hammam, au nord de Tombouctou. Le GSIM regroupe plusieurs mouvements affiliés à Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI). Figure centrale du djihadisme au Sahel depuis une vingtaine d’années, Djamal Okacha était l’une des principales cibles de Barkhane, lancée en août 2014 pour combattre le terrorisme islamiste dans la région. […] Lire la suite

1er mars 2017 Mali. Unification des groupes djihadistes au Sahel.

al-Hammam, et le groupe Al-Mourabitoune de l’Algérien Mokhtar Belmokhtar représenté par Al-Hassan al-Ansari. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nikita ELISSÉEFF, « ḤAMMĀM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hammam/