GYPSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sulfate hydraté de calcium, le gypse est un minéral très commun des séries sédimentaires. S'il peut cristalliser sous des formes très diverses et présenter des teintes variées (incolore, blanc, de gris à noir, de jaunâtre à jaune miel, de marron à brun, de rose à rouge foncé...), son identification est toutefois assez aisée : la rayure avec l'ongle et son clivage lamellaire très facile (les feuillets se courbent, sans avoir l'élasticité du mica) sont caractéristiques de l'espèce. Les cristaux les plus fréquents sont tabulaires et souvent maclés en fer de lance. La variété de gypse aux formes cristallines de grande taille (parfois pluridécimétrique) est appelée sélénite. D'autres macles sont connues : macles simples, en pied d'alouette, en queue d'aronde ou en queue d'hirondelle. Le gypse peut aussi cristalliser en agrégats fibreux de cristaux allongés et enchevêtrés – il est alors appelé « spath satiné » – ou se présenter en masses grenues grossières (gypse saccharoïde,car rappelant la texture du sucre en morceaux) ou très fines : c'est l'albâtre, utilisé pour la sculpture d'objets divers et souvent teintés grâce à la porosité du matériau. Les roses des sables sont aussi des associations maclées de gypse.

Gypse

Gypse

Photographie

Le gypse, sulfate de calcium hydraté, est un minéral sédimentaire typique d'origine chimique évaporitique. Il se caractérise par des cristaux accolés formant la macle dite fer de lance, ou en queue d'aronde, comme la dessinent les deux grands spécimens de cet échantillon. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

formule : CaSO4, 2H2O ;

système : monoclinique, classe prismatique ;

dureté : 2-3 ;

poids spécifique : 2,3-2,4, selon les impuretés ;

éclat : vitreux ou soyeux (variétés fibreuses), nacré sur les plans de clivage ;

transparence : de transparente à translucide, opaque pour certaines variétés grenues ;

cassure : conchoïdale, irrégulière.

La structure réticulaire du gypse est très simple : des feuillets de tétraèdres SO42— (le soufre au centre et les oxygènes aux sommets) liés entre eux par des cations Ca2+, la cohésion (faible) entre les feuillets étant assurée par des molécules d'eau (H2O). Cette disposition explique le clivage facile du gypse et son application industrielle majeure : la fabrication du plâtre. Le gypse commence à perdre son eau lorsqu'il est soumis à une température supérieure [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : docteur en sciences de la Terre, concepteur de la collection La Science au présent à la demande et sous la direction d'Encyclopædia Universalis, rédacteur en chef de 1997 à 2015

Classification


Autres références

«  GYPSE  » est également traité dans :

ALPES

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Bernard DEBARBIEUX, 
  • Paul OZENDA
  •  • 11 413 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Tectonique »  : […] A.  Les structures alpines a ) La zone dauphinoise qui, dans l'ensemble, est la partie la plus autochtone des Alpes, présente une tectonique relevant du style de socle ou du style de couverture. Le style de socle se rencontre dans les massifs cristallins externes où de puissantes failles inverses pincent la couverture secondaire ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alpes/#i_3076

ANHYDRITE

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 255 mots

Sulfate anhydre de calcium, l'anhydrite, fréquemment incolore ou blanche à grise, parfois bleutée à rosâtre, se présente généralement en masse finement cristallisée ou granulaire. Les cristaux bien exprimés (prismatiques courts et tabulaires) sont rares. On la reconnaît facilement grâce à ses trois clivages orthogonaux, qui lui donnent un aspect cubique, et à sa faible densité. formule : Ca(SO 4 ) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anhydrite/#i_3076

CALCIUM

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 2 291 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Carbonate et sulfate »  : […] Le carbonate existe sous deux variétés cristallines : la calcite, variété stable isomorphe du carbonate de magnésium, et l' aragonite, variété métastable isomorphe des carbonates alcalino-terreux lourds. On distingue pratiquement les deux variétés en portant à ébullition une solution de sel de cobalt contenant en suspension le carbonate pulvérisé ; la calcite reste blanche, tandis que l'aragonite, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcium/#i_3076

CIMENT

  • Écrit par 
  • Bernard DARBOIS, 
  • Walter ROTHLAUF
  •  • 5 130 mots
  •  • 1 média

Le terme « ciment » est issu du latin coementum qui signifie mortier, liant des maçonneries. Ce sens étymologique a donc été à peu près conservé ; il s'est toutefois restreint aux seuls liants dits hydrauliques – parce qu'ils sont capables de durcir sous l'eau –, dont le durcissement est dû aux réactions chimiques d'hydratation des silicates et des aluminates de chaux. Le c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ciment/#i_3076

CYCLES BIOGÉOCHIMIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DUPLESSY
  •  • 7 878 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le cycle global du soufre perturbé par les activités humaines »  : […] La grande majorité du soufre est présente dans la lithosphère, qui contient 2 × 10 10  Mt S peu échangeable. Les réservoirs de soufre mobile sont l'atmosphère (4,8 Mt S), les lacs et les rivières (300 Mt S), les sols et les végétaux terrestres (300 000 Mt S), l'océan (1,3 × 10 9  Mt S), les sédiments océaniques (3 × 10 8  M […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cycles-biogeochimiques/#i_3076

MINÉRALOGIE

  • Écrit par 
  • Claude GUILLEMIN
  •  • 12 132 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Sulfates, chromates, molybdates, tungstates »  : […] Les sulfates (près de 300 espèces ; cf.  sulfates naturels ) peuvent être anhydres, comme la barytine BaSO 4 , l' anhydrite CaSO 4 , l' anglésite PbSO 4 , la célestine (ou célestite ) SrSO 4 , souvent d'origine hydrothermale ; plus fréquemment hydratés, comme le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mineralogie/#i_3076

PARTICULES ATMOSPHÉRIQUES

  • Écrit par 
  • Karine DESBOEUFS, 
  • Jean-François DOUSSIN
  •  • 6 937 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Particules fines et patrimoine »  : […] Outre l’impact sanitaire en zone urbaine, les fortes concentrations en particules fines ont également des conséquences sur la dégradation physique et esthétique du bâti et notamment sur la pierre, le ciment et le verre. Il est commun d’observer sur certains monuments et statues des zones noircies et des zones claires. Les zones claires correspondent généralement aux parties exposées à la pluie, q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/particules-atmospheriques/#i_3076

ROCHES (Déformations) - Plis

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN
  •  • 3 042 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Cas particuliers »  : […] La disharmonie présente des cas particuliers quand les caractéristiques mécaniques des couches sont très différentes. Quand certaines couches, comme le gypse et le sel, sont particulièrement incompétentes, la disharmonie devient considérable et les masses de sel ou de gypse peuvent percer les couches qui les surmontent, pour former des plis diapirs , à noyau perçant. Ces plis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roches-deformations-plis/#i_3076

SALINES ROCHES

  • Écrit par 
  • André JAUZEIN, 
  • Jean-Pierre PERTHUISOT
  •  • 3 136 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les dépôts salins paraliques »  : […] Les exemples récents ou actuels de dépôts salins liés au domaine océanique sont toujours limités à des zones restreintes situées en bordure des océans sous climat aride. Le déficit en eau douce est compensé par un apport continu d'eaux marines, et les dépôts correspondent en gros aux sels fournis par l'eau de mer. Le voisinage du continent peut néanmoins perturber les rapports volumiques entre sel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roches-salines/#i_3076

SEL

  • Écrit par 
  • Jean Claude HOCQUET
  •  • 11 192 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une modernisation précoce »  : […] La production de sel ignigène était fonction d'une source d'énergie non renouvelable dont l'épuisement rapide suscita des difficultés. Les saliniers réussirent à surmonter les obstacles les uns après les autres, en particulier en transposant dans l'industrie les techniques mises au point dans la méthode agricole par les sauniers du bord de mer. La première innovation consista à distribuer par grav […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sel/#i_3076

SOLS - Diversité des sols

  • Écrit par 
  • Georges AUBERT, 
  • Denis BAIZE, 
  • Mireille DOSSO, 
  • Marcel JAMAGNE
  •  • 4 525 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Processus des milieux intertropicaux »  : […] La fersiallitisation est liée à des conditions climatiques à fort contraste saisonnier, méditerranéennes voire subtropicales. En milieu aéré et bien drainant, l'hydrolyse provoque une importante libération de fer. Les argiles qui se forment dans de telles conditions correspondent, tout comme en milieu tempéré, au processus de bisiallitisation. Celui-ci génère des argiles de type 2/1, c'est-à-dire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sols-diversite-des-sols/#i_3076

SULFATES NATURELS

  • Écrit par 
  • André JAUZEIN
  •  • 2 043 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Sulfates de calcium »  : […] Les principales espèces minérales appartenant au système CaSO 4 -H 2 O sont : le gypse CaSO 4 .2 H 2 O, monoclinique (groupe A 2 / a ), de densité 2,317, et dont la structure est formée de feuillets dont la liaison est réalisée par l'eau, ce qui autorise un clivage facile ; l'hémihydrate, ou bassanite CaSO 4 .1/2H 2 O, constituan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sulfates-naturels/#i_3076

SULFURIQUE ACIDE

  • Écrit par 
  • Gabriel TRIDOT
  •  • 3 514 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Préparation de l'anhydride sulfureux »  : […] Les matières premières principales sont aujourd'hui le soufre et les minerais sulfurés. Souvent très pur et facilement purifiable, le soufre élémentaire est la matière de départ la plus simple. Il est extrait pour l'essentiel du golfe du Mexique par le procédé Frasch. De ce fait, l'industrie américaine de l'acide sulfurique repose sur le soufre. On le récupère aussi de certains gaz naturels qui c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acide-sulfurique/#i_3076

Pour citer l’article

Yves GAUTIER, « GYPSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gypse/