MALENKOV GUEORGUI MAXIMILIANOVITCH (1902-1988)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Considéré comme l'héritier de Staline, éliminé en 1957 comme dirigeant du groupe « antiparti », Malenkov fut le chef de file de la jeune génération stalinienne. Engagé dans l'Armée rouge en 1919, il adhère l'année suivante au Parti communiste ; il a déjà été commissaire politique des districts du Turkestan et de l'Est durant la révolution de 1917. Après 1920, il est secrétaire de l'organisation des étudiants bolcheviques. Permanent de l'organisation du parti à Moscou dès 1930, il devient membre du comité central en 1939, est élu au secrétariat du comité central, à l'Orgburo et suppléant au bureau politique. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est chargé d'organiser l'industrie et les transports. Titulaire du bureau politique dès 1946, vice-président du Conseil des ministres, il participe à la création du Kominform et prend la place de Jdanov dans la hiérarchie du parti à la mort de celui-ci en 1948. Président du Conseil des ministres après la mort de Staline et premier secrétaire du parti, il doit rapidement céder ce second poste à Khrouchtchev, battu dans sa lutte pour le pouvoir par la vieille équipe stalinienne alliée à ce dernier. En février 1955, il est remplacé par Boulganine au poste de président du Conseil des ministres et perd toutes ses fonctions en 1957, la tentative pour évincer Khrouchtchev du secrétariat du parti ayant échoué. Nommé directeur d'une centrale électrique à Oust-Kamenogorsk (Kazakhstan), il est accusé pour sa participation à la purge de Leningrad de 1949 dont il avait été l'artisan et, en décembre 1958, pour sa politique agraire. Au XXIIe congrès, une demande visant à l'exclure du parti n'eut pas de suite.

—  Claudie WEILL

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MALENKOV GUEORGUI MAXIMILIANOVITCH (1902-1988)  » est également traité dans :

GUERRE FROIDE

  • Écrit par 
  • André FONTAINE
  •  • 10 892 mots
  •  • 30 médias

Dans le chapitre « La mort de Staline et l'armistice de Corée »  : […] Le dictateur soviétique succombe, le 5 mars 1953, à une congestion cérébrale. Une « troïka » de trois membres – Malenkov, dauphin désigné, Molotov, chef de la diplomatie, et Beria, chef de la police – s'installe au pouvoir. Son premier souci est de détendre la situation, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. D'où les décisions prises en faveur de l'armistice, de la baisse des prix, de la reprise d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-froide/#i_13799

KHROUCHTCHEV NIKITA SERGUEÏEVITCH (1894-1971)

  • Écrit par 
  • Bernard FÉRON
  •  • 1 748 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le combat pour le pouvoir »  : […] La paix revenue, Khrouchtchev retourna en Ukraine. Il fallait reconstruire cette république et en même temps éliminer les combattants qui, par hostilité au pouvoir soviétique et à la russification, tenaient le maquis. La tâche était si lourde que, pendant quelques mois, Kaganovitch dut supplanter son protégé. Celui-ci n'eut pas trop à souffrir du demi-échec qu'il avait subi. En 1949, il reprit la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nikita-sergueievitch-khrouchtchev/#i_13799

NAGY IMRE (1896-1958)

  • Écrit par 
  • Vladimir Claude FISERA
  •  • 775 mots
  •  • 2 médias

Né en Transylvanie hongroise (département de Somogy), Nagy resta très marqué par son origine paysanne et calviniste qui le portait à s'opposer aux grands propriétaires terriens et au cléricalisme catholique dominant. En cela il se distinguait des autres dirigeants communistes hongrois qui provenaient de la bourgeoisie urbaine. Autre trait caractéristique, ses liens avec l'U.R.S.S. où il rallia, à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/imre-nagy/#i_13799

U.R.S.S. - Histoire

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 22 667 mots
  •  • 55 médias

Dans le chapitre « Les luttes pour la succession (1953-1957) »  : […] Staline ayant délibérément agi comme si sa succession ne devait jamais s'ouvrir, sa disparition suscite un immense désarroi dans la population et d'intenses luttes de succession. Malenkov prend la tête du gouvernement, Khrouchtchev choisit la direction de l'appareil du parti, Beria garde le contrôle sur le puissant ministère de l'Intérieur. En quelques semaines, des mesures spectaculaires sont pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/u-r-s-s/#i_13799

Pour citer l’article

Claudie WEILL, « MALENKOV GUEORGUI MAXIMILIANOVITCH - (1902-1988) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gueorgui-maximilianovitch-malenkov/