GUELFES & GIBELINS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Deux factions dont la lutte anima l'histoire de l'Italie aux xiiie et xive siècles. Leur origine toutefois se situe en Germanie. Guelf (Welf) est le nom de famille des ducs de Bavière dont la puissance féodale est hostile à la maison impériale des Hohenstaufen. Gibelin (Waiblingen, château des Hohenstaufen) est le cri de guerre des impériaux. L'antagonisme se développe lors des luttes pour la succession impériale, dans le cadre de la querelle des Investitures et du conflit entre la monarchie et le particularisme féodal. Les tenants des Hohenstaufen sont fidèles aux traditions de l'Empire germanique et hostiles à la suprématie pontificale, les guelfes sont favorables à un accord avec la papauté par hostilité aux Hohenstaufen. Avec Frédéric Ier Barberousse, le conflit entre le pape et l'empereur se confond avec la lutte entre celui-ci et les communes lombardes. Les antagonismes germaniques sont transférés en Italie.

Quand ils y apparaissent vers 1240, les deux mots sont une étiquette recouvrant une réalité mouvante. En apparence, sont gibelins ceux qui prônent le maintien de bonnes relations avec Frédéric II, alors que les guelfes sont anti-impérialistes. Des querelles locales, des conflits d'intérêts entre groupes familiaux ou entre cités rivales, des attitudes religieuses divergentes déterminent en réalité le partage des nobles en deux camps opposés. Des villes oscillent d'un parti à l'autre, mais Pise et Sienne penchent pour l'empereur, puisque Florence tient pour le pape et Charles d'Anjou qui, pour chasser d'Italie les Hohenstaufen, a besoin de l'argent florentin. Après la mort de Conradin, le dernier des Hohenstaufen, tué par Charles VI d'Anjou en 1268, le sens des deux mots s'affaiblit : le guelfisme n'est plus qu'un vague système d'alliances appuyant la cause angevine et, à l'intérieur des communes, il justifie une oligarchie conservatrice favorable au maintien du statu quo. Le gibelinisme, hostile aux Angevins, ne se ravive que lors des interventions impériales en Italie (Henri VII et Louis IV) qui alimentent la nostalgie de Dante dans son De monarchia (1311 env.).

—  Michel BALARD

Écrit par :

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification

Autres références

«  GUELFES & GIBELINS  » est également traité dans :

ALBERTI LES

  • Écrit par 
  • Gérard RIPPE
  •  • 310 mots

Famille florentine. Aux alentours de 1200, un certain Rustico Alberti, issu des seigneurs de Catenaìa, dans le Casentino, s'établit à Florence et y exerce la profession de juge. Liés au parti guelfe, les Alberti se rangent, au cours des luttes civiles du début du xiv e  siècle, du côté des « noirs », extrémistes, contre les « blancs », modérés et partisans d'un rapprochement avec les gibelins ; de […] Lire la suite

ALBIZZI LES

  • Écrit par 
  • Gérard RIPPE
  •  • 310 mots

Famille florentine. Originaires d'Arezzo, les Albizzi sont inscrits à l'Arte della Lana, l'une des plus importantes corporations marchandes de Florence, dès le début du xiii e siècle ; très fréquemment, on les trouve occupant les plus hautes fonctions au gouvernement de la ville (prieurs, gonfaloniers de justice). Guelfes de toujours, ils jouent un rôle important dans la proscription de la factio […] Lire la suite

DANTE ALIGHIERI (1265-1321)

  • Écrit par 
  • Paul RENUCCI
  •  • 5 460 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Entre guelfes et gibelins »  : […] Lorsque Dante y naquit, dans la seconde quinzaine du mois de mai 1265, Florence était en voie de devenir la plus puissante cité de l'Italie centrale et l'une des plus considérables de l'Occident chrétien. Dès 1250, un gouvernement communal, imposé par les forces associées de la bourgeoisie et de l'artisanat, avait mis fin à la suprématie des maisons nobles. Deux ans plus tard étaient frappés les p […] Lire la suite

FLORENCE RÉPUBLIQUE DE

  • Écrit par 
  • Charles-Marie de LA RONCIÈRE
  •  • 4 486 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'autonomie communale »  : […] Au milieu du xiii e  siècle, Florence n'est qu'une cité toscane comme les autres, moins riche que Sienne par exemple, et son indépendance n'est pas totale : en 1246, l'empereur Frédéric II lui impose encore son bâtard comme podestat. Plusieurs circonstances vont contribuer à la distinguer de ses voisines. En premier lieu, c'est à Florence que l'effacement de l'autorité impériale en Italie est le p […] Lire la suite

FRESCOBALDI LES

  • Écrit par 
  • Gérard RIPPE
  •  • 269 mots

Famille florentine, qui connut son apogée au xiii e  siècle et dans la première moitié du xiv e  siècle. Pionniers du commerce florentin au-delà des Alpes, les Frescobaldi sont associés aux Franzesi dans la France de Philippe le Bel et aux Bardi en Angleterre (à partir de 1277). Mais, dès 1311, la concurrence des Bardi et des Peruzzi les chasse d'Angleterre. En même temps que ce déclin économique, […] Lire la suite

GHERARDESCA UGOLINO DELLA ou UGOLIN (mort en 1289)

  • Écrit par 
  • Gérard RIPPE
  •  • 213 mots

Issu d'une puissante famille féodale qui, traditionnellement, dirigeait les gibelins de Pise, Ugolin commence par poursuivre la politique ancestrale, puis fait volte-face, s'alliant aux Visconti et à la faction guelfe, par ambition personnelle. Emprisonné (1274) et chassé de Pise (1275), il en dévaste le territoire et y revient, comme chef du parti guelfe, avec la paix de 1276. La ville, menacée p […] Lire la suite

HOHENSTAUFEN ou STAUFEN LES

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 999 mots
  •  • 1 média

Famille qui règne en Allemagne et en Italie de 1138 à 1250, c'est-à-dire de l'élection de Conrad III à la mort de Frédéric II. Elle joue un rôle considérable en Europe à cette époque, mais ses membres, qui ont souvent été des personnages remarquables, n'ont pu résister aux tendances centrifuges de ce conglomérat de duchés . Les Hohenstaufen héritent du rêve d'un empire unifié, plus ou moins centra […] Lire la suite

INTERRÈGNE GRAND (1250-1273)

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 424 mots

Quand, en 1250, disparaît l'empereur germanique Frédéric II de Hohenstaufen, il laisse deux fils, Manfred et Conrad, pour hériter de l'Empire et de son royaume sicilien. Le pouvoir des Hohenstaufen sort amoindri de la lutte qu'ils ont soutenue contre la papauté : Guillaume de Hollande est proclamé anti-roi (1248) et, en Sicile, Charles d'Anjou sera couronné roi par le pape en 1266. Conrad IV meurt […] Lire la suite

ITALIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel BALARD, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE, 
  • Paul PETIT
  •  • 27 438 mots
  •  • 42 médias

Dans le chapitre « Guelfes et gibelins »  : […] Ce long conflit a exacerbé les divisions des villes et facilité le déclin des institutions communales. Pour des questions de politique étrangère, mais aussi à la suite de rivalités de familles, deux factions s'opposent dans chaque cité : l'une, favorable à l'empereur, forme le parti gibelin ; l'autre, hostile à l'hégémonie impériale et docile aux impulsions pontificales, constitue le parti guelfe […] Lire la suite

LOTHAIRE II ou LOTHAIRE III (1075-1137) empereur germanique (1125-1137)

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 338 mots

Élu roi de Germanie et empereur germanique en 1125, Lothaire de Supplinburg l'emporta sur les héritiers d'Agnès (sœur du dernier empereur, Henri V, mort sans enfants), c'est-à-dire Frédéric de Hohenstaufen, son fils d'un premier mariage, et Léopold de Babenberg, margrave d'Autriche, son deuxième mari. Pendant le règne de Henri V, qui l'avait fait duc de Saxe en 1106, il avait été le chef du parti […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel BALARD, « GUELFES & GIBELINS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/guelfes-et-gibelins/