GRIPPE ESPAGNOLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Survenue en 1918-1919, la grippe dite espagnole a tué environ vingt millions de personnes, c'est-à-dire davantage que la Première Guerre mondiale. Elle est de ce fait restée dans la mémoire collective au même titre que les grandes pestes ou les épidémies de choléra. S'il s'agit très certainement d'une grippe au sens clinique du terme, l'agent infectieux qui en a été responsable n'a pas pu être identifié à l’époque. Ce virus était remarquable par sa virulence et sa contagiosité. La mortalité associée à l’infection était de 3 à 4 p. 100. De ce fait, il était essentiel pour le futur, et dans une optique vaccinale, en raison de la répétition régulière des infections grippales et de la variabilité des souches de virus au hasard de ses recombinaisons génétiques, de comprendre l'origine de ces deux propriétés que sont la virulence et la contagiosité. Plusieurs stratégies ont été utilisées pour récupérer sinon le virus de 1918, du moins des fragments de ce virus. Schématiquement, on recherche par la technique dite de PCR – « amplification en chaîne par polymérase » – à amplifier des fragments de génome viral soit dans des prélèvements conservés par les autorités médicales depuis 1918, soit dans des cadavres de malades décédés de la grippe et enterrés dans des zones gelées en permanence (Lapons et mineurs en Alaska et au Spitzberg). L'ensemble des manipulations s'effectue dans des laboratoires de haute sécurité. Un fragment de génome du virus responsable de la grippe espagnole a été identifié en 1997 chez un soldat américain décédé en 1918. D'autres fragments suivent, qui ont permis de reconstituer le génome de ce variant et donc de le comparer aux souches actuelles de virus. Il s’agit bien d’un virus grippal. Un article d’avril 2014 montre que le virus de l’épidémie de 1918 est issu d’une recombinaison entre le virus humain saisonnier de l’époque H1N8 et un virus aviaire de type N1, ce qui a produit un virus de type H1N1, assez semblable à celui qui a provoqué un vent de panique en 2009. La violence de l’épidémie de 1918 et l’atteinte surtout de sujets jeunes sont sans doute dues au fait que le virus de type H1 faisait tout juste son apparition alors que les épidémies précédentes de grippe étaient dues à des virus de type H3N8. Il est possible que les populations qui n’avaient jamais été mises en contact avec un virus de type N1 n’aient pas développé de protection immunologique, fût-elle partielle. De plus, une mutation survenue ensuite dans le génome du virus recombinant H1N1 a rendu celui-ci plusieurs milliers de fois plus virulent que le virus H1N1 qui a circulé à partir de 2005. Enfin, la désorganisation des services sanitaires qui a suivi la guerre aurait encore amplifié les conséquences de l’épidémie. La grippe espagnole a profondément marqué l’organisation des systèmes de santé et l’épidémiologie des maladies infectieuses.

Épidémie de grippe espagnole, 1918-1919

Photographie : Épidémie de grippe espagnole, 1918-1919

Les épidémies de grippe reviennent régulièrement. Celle de 1918-1919 a particulièrement frappé les esprits. Elle fit en effet plus de morts que la Première Guerre mondiale (1914-1918). Les services sanitaires ont très rapidement été débordés, obligeant à mettre en place des lieux... 

Crédits : Courtesy of the National Museum of Health and Medicine, Armed Forces Institute of Pathology, Washington, D.C

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : chercheur en histoire des sciences, université Paris-VII-Denis-Diderot, ancien chef de service à l'Institut Pasteur

Classification

Autres références

«  GRIPPE ESPAGNOLE  » est également traité dans :

ÉPIDÉMIES ET PANDÉMIES

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET, 
  • Georges DUBY, 
  • Gabriel GACHELIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 20 427 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Les épidémies européennes au xixe siècle »  : […] En Europe, les nouvelles épidémies sont surtout la fièvre jaune et le choléra. La fièvre jaune avait atteint Lisbonne en 1723, sévissant durement dans la péninsule Ibérique les années suivantes : Cadix est frappée en 1730, en 1733, en 1741, les Baléares en 1744, puis à nouveau presque toute l'Europe en 1800, 1810, 1812, 1821. La France est atteinte pour la première fois en 1802, Livourne en 1804. […] Lire la suite

GRIPPE

  • Écrit par 
  • Jean-François SALUZZO
  •  • 1 908 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La maladie »  : […] La grippe est une infection très fréquente à caractère saisonnier. L'absence de spécificité clinique et le chevauchement des épidémies respiratoires hivernales liées à d'autres virus rendent le diagnostic difficile. C'est une affection fébrile, le plus souvent bénigne, mais pouvant s'accompagner de complications graves pouvant conduire au décès. Les personnes âgées, en particulier celles qui sont […] Lire la suite

GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE) - La santé aux armées

  • Écrit par 
  • Anne RASMUSSEN
  •  • 4 533 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Épidémies : la guerre prophylactique  »  : […] En 1914, on craignait l’irruption des grandes épidémies qui s’étaient toujours imposées dans le sillage des guerres. Les pronostics ont été déjoués sur le front occidental. La fièvre typhoïde constitue le seul épisode épidémique critique qui a ébranlé la santé des troupes européennes, à l’hiver 1914 et au printemps 1915, et mis en péril l’équilibre des forces militaires en présence. En France, 10 […] Lire la suite

NOUVELLE-ZÉLANDE

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET, 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Alain HUETZ DE LEMPS, 
  • Isabelle MERLE
  •  • 12 866 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Guerres mondiales et récessions »  : […] Lors de la Première Guerre mondiale se développe un sentiment national qui permet à la Nouvelle-Zélande de prouver son indéfectible loyauté au Royaume-Uni et à son Empire, tout en consolidant son identité singulière. Sur la base du volontariat puis de la conscription obligatoire à partir de 1916, le pays mobilise plus de 123 000 hommes pour une population de 1,1 million d'habitants, envoyés massi […] Lire la suite

Les derniers événements

6-31 janvier 2021 Canada. Confinement et couvre-feu contre la pandémie de Covid-19.

grippe espagnole en 1918. Le 12, le gouvernement de l’Ontario décrète un confinement total. Le 31, le pays franchit le seuil des vingt mille morts de la Covid-19. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gabriel GACHELIN, « GRIPPE ESPAGNOLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/grippe-espagnole/