GREFFE MÉDULLAIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On définit la greffe médullaire comme la transplantation de moelle osseuse. On distingue l'autogreffe (le donneur et le receveur de la moelle osseuse sont la même personne) et l'allogreffe (donneur et receveur sont deux personnes distinctes). La greffe apporte les éléments hématopoïétiques qui vont produire les globules rouges, les polynucléaires et les plaquettes, ainsi que des éléments lymphoïdes (lymphocytes).

Greffe de moelle osseuse

Greffe de moelle osseuse

Dessin

Une greffe de moelle osseuse consiste à prélever des cellules souches sanguines, ou cellules hématopoïétiques, dans la moelle osseuse (ou dans le sang) d'un donneur, voire du patient lui-même. Ces cellules sont ensuite injectées dans le sang du patient pour reconstituer la moelle détruite... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Cette greffe est particulièrement difficile, car il existe un double risque : le risque de rejet de greffe, qui est commun à toute transplantation, mais aussi le risque de rejet par la greffe de moelle de l'individu receveur . En effet, d'une part cette greffe de moelle contient des éléments immunologiquement compétents qui peuvent se défendre et rejeter un hôte étranger, et d'autre part le receveur est souvent immunologiquement déprimé afin de recevoir cette greffe. Cette réaction de la greffe contre le receveur, appelée réaction du greffon contre l'hôte, est très grave.

C'est pourquoi l'identité dans les groupes tissulaires est exigée entre donneur et receveur de greffe de moelle. Les groupes HLA (complexe majeur d'histocompatibilité) doivent être identiques et les groupes ABO compatibles. Afin d'avoir une identité parfaite pour les différentes séries HLA-A, B, C, D et DR, seuls les membres de la fratrie du malade sont des donneurs potentiels. La probabilité d'identité HLA entre deux frères est de 25 p. 100.

La greffe de moelle allogénique est indiquée dans trois circonstances : les déficits immunitaires combinés, les aplasies médullaires graves et certaines leucémies aiguës. Il s'agit d'un traitement d'exception en raison des difficultés techniques et des complications possibles.

La technique de greffe se fait par ponctions médullaires iliaques et sternales. Ces ponctions multiples sont effectuées sur un donneur sain, sous anesthésie générale. La moelle est filtrée et injectée au receveur par voie intraveineuse. Le receveur doit être immunodéprimé (sauf en cas de greffe entre jumeaux monozygotes). Cette immunodép [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur agrégé à l'université de Paris-VII, Institut de recherches sur les maladies du sang, hôpital Saint-Louis

Classification


Autres références

«  GREFFE MÉDULLAIRE  » est également traité dans :

CANCER - Cancer et santé publique

  • Écrit par 
  • Maurice TUBIANA
  •  • 14 709 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Perspectives thérapeutiques nouvelles »  : […] Le choix d'un traitement dépend du type de la tumeur et de son extension au niveau local et à distance (métastases). Il nécessite une connaissance pratique des différentes possibilités d'action. Dans de nombreux cas, le traitement peut faire appel successivement ou simultanément à différents types de thérapeutique. Par exemple, l'acte chirurgical pourra être précédé ou suivi de chimiothérapie, ch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cancer-cancer-et-sante-publique/#i_80574

CYTOMÉGALOVIRUS

  • Écrit par 
  • Sophie ALAIN, 
  • François DENIS
  •  • 2 345 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Aspects cliniques »  : […] Chez le sujet immunocompétent, l'infection à CMV est inapparente dans 90 p. 100 des cas et bien tolérée lorsqu'elle est symptomatique. Les manifestations cliniques – syndrome mononucléosique, associé à une fièvre prolongée (3 semaines), des céphalées, des myalgies, apparaissant après une incubation longue (30 jours) – sont observées essentiellement au cours des primo-infections. Les formes graves […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cytomegalovirus/#i_80574

GREFFES

  • Écrit par 
  • Jean PAUPE
  •  • 3 725 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Méthodes immunodépressives physiques »  : […] Une irradiation intense et générale diminue chez l'homme et l'animal le volume des organes lymphoïdes ; elle détruit un grand nombre de lymphocytes, qui sont les cellules les plus radiosensibles. Cette technique permet d'inhiber électivement l'étape initiale d'induction de la synthèse des anticorps et les multiplications cellulaires qu'elle implique. Le degré de l'immunodépression est fonction de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/greffes/#i_80574

HÉMATOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean BERNARD, 
  • Michel LEPORRIER
  •  • 8 445 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Greffes de cellules souches hématopoïétiques »  : […] La maîtrise biologique des cellules souches ouvre des perspectives considérables. Elle ouvre la voie de la production des cellules du sang en culture hors de l'organisme, notamment celle des globules rouges. Les cellules souches hématopoïétiques constituent le support des greffes dites de « moelle osseuse » (en réalité, elles sont souvent effectuées à partir de ces cellules souches prélevées dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hematologie/#i_80574

HISTOCOMPATIBILITÉ

  • Écrit par 
  • Jean DAUSSET, 
  • David GRAUSZ
  •  • 4 807 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « En transplantation »  : […] Le rôle des antigènes HLA et H-2 (souris) en transplantation et survie des greffes a été la première observation, c'est pourquoi ils sont appelés couramment antigènes de transplantation. Par greffe de peau il a été démontré que le destin du greffon est fonction essentiellement de la compatibilité de deux systèmes : le système ABO (groupes sanguins) et le système HLA. Ces notions ont été rapideme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histocompatibilite/#i_80574

IMMUNOPATHIES

  • Écrit par 
  • Jean-François BACH, 
  • Jean-Claude BROUET, 
  • Claude GRISCELLI, 
  • Pierre VERROUST, 
  • Guy-André VOISIN
  •  • 11 761 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Déficits immunitaires mixtes et graves (DIMG) »  : […] Les déficits immunitaires mixtes et graves sont des affections héréditaires caractérisées par un défaut profond de l'immunité cellulaire et de l'immunité humorale. Les premières infections surviennent très précocément avant le sixième mois de vie. Les trois principales manifestations sont une diarrhée infectieuse persistante, une pneumopathie diffuse, et des manifestations cutanées. Le diagnostic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/immunopathies/#i_80574

LEUCÉMIES

  • Écrit par 
  • Michel LEPORRIER
  •  • 5 011 mots

Dans le chapitre « Leucémie myéloïde chronique »  : […] Cette maladie a longtemps été le parent pauvre des progrès de la médecine. Jean Bernard, maître prestigieux de l'hématologie moderne, la désignait dans les années 1970 comme la honte de l'hématologie. C'est dans cette maladie que les progrès les plus saisissants ont été obtenus en moins de trente ans. Sommairement, elle se manifeste par l'emballement de la production d'une variété de globules bla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leucemies/#i_80574

THOMAS DONNALL (1920-2012)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 298 mots

Médecin américain, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1990 (conjointement à Joseph Murray), pour ses travaux sur la transplantation de moelle osseuse dans le traitement des patients atteints de leucémie ou d'autres cancers ou maladies du sang. Edward Donnall Thomas est né le 15 mars 1920 à Mart (Texas). Il étudie à l'université du Texas, puis à la faculté de médecine de Harvard, où il obtien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/donnall-thomas/#i_80574

TRANSPLANTATION D'ORGANES

  • Écrit par 
  • Henri BISMUTH, 
  • Jean-François DELFRAISSY, 
  • Jean DORMONT, 
  • Jean HAMBURGER, 
  • Didier SAMUEL
  •  • 5 602 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les donneurs vivants »  : […] La greffe de moelle osseuse suppose un prélèvement de moelle chez un ou plusieurs donneurs vivants généralement apparentés. Mais la moelle osseuse est, comme le sang, un « tissu » qui régénère spontanément. Il n'y a donc pas de mutilation du donneur, et le seul risque qu'il court est celui d'une brève anesthésie générale. Il existe donc peu de problèmes éthiques dans ce cas particulier. En ce qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/transplantation-d-organes/#i_80574

Pour citer l’article

Laurent DEGOS, « GREFFE MÉDULLAIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/greffe-medullaire/