GRAMMAIRES (HISTOIRE DES)Les grammairiens latins

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les incertitudes des « Systèmes »

Moins diffuse est la postérité de la description systématique de la langue. Elle est représentée à Rome par les Systèmes grammaticaux (Artes grammaticae). L'apparition de ces textes remonte au ier siècle de notre ère : Palémon, le maître de Quintilien, semble en être le premier auteur, mais les textes qui nous restent remontent au plus tôt au iiie siècle (Sacerdos), et les auteurs les mieux connus aujourd'hui datent des ive et ve siècles : Charisius, Diomède, Consentius, Donat et ses commentateurs, bien d'autres encore dont les ouvrages sont réunis dans les huit gros volumes des Grammatici latini de Keil.

Le plan de ces Systèmes répond à un triple objet : une description phonétique, une description morphologique où sont examinées l'une après l'autre les différentes catégories de mots (les « parties du discours »), enfin une analyse plus ou moins détaillée des « qualités et défauts de l'énoncé », où sont classés figures et tropes pour les qualités, solécismes et barbarismes pour les défauts. Un certain consensus s'établit entre les textes de ces différents auteurs, de telle sorte qu'on peut parler d'une « vulgate » grammaticale à Rome, dont Donat est le représentant le plus achevé parce que son analyse est de loin la plus méthodique.

En fait, pourtant, les variations sont souvent considérables d'un auteur à l'autre, aussi bien pour le plan de chaque Système que dans le détail de la doctrine. Le nombre des catégories de mots, la définition de chacune, ce qu'elles recouvrent, etc., tout varie d'un traité à l'autre. S'agissant par exemple de la voix verbale, un certain accord s'établit pour en reconnaître cinq espèces, mais avec des variations de deux à neuf si l'on considère l'ensemble des textes.

Ces fluctuations ne sont pas dues au hasard. Elles tiennent aux deux traits principaux qui caractérisent ces Systèmes, et qui proviennent de l'effort de systématisation qui avait été à l'origine de ce mode de description dans le domaine alexandrin.

Premièrement, les analyses de ces grammairiens sont essentiellement normatives. La description d'une langue comme système passe par l'étude des phénomènes de régularité qui apparaissent dans cette langue : c'est par là qu'il est possible de constituer une description qui se voudrait exhaustive à partir d'un nombre limité de catégories. Mais ce type de démarche passe volontiers du constat qu'il existe des régularités dans la langue, et donc que celle-ci forme un système, à l'affirmation que tout ce qui ne relève pas de ce système ne relève pas de la langue et doit donc en être exclu. Cette normativité de type analogique est renforcée à Rome par une normativité de type esthétique, les Latins ayant eu très tôt le sentiment que leur langue avait connu un âge d'or. La combinaison de ces deux types de normativité a entraîné la multiplication des critères de correction, et chaque grammairien appréciait à sa guise le poids relatif de ces différents critères. L'effort de systématisation de la description a ici entraîné la normativité, et celle-ci a entraîné la diversité, ou la confusion.

Deuxièmement, les grammairiens latins éprouvent un réel problème théorique quant à la délimitation de l'objet de ces Systèmes. Ils se sont efforcés en effet d'annexer à leurs traités tout ce qui pouvait faire l'objet d'une classification systématique, dans la mesure où cela correspondait à des variations linguistiques formelles. Certains grammairiens finissent ainsi par intégrer à leur Système des pans entiers de l'élocution de la rhétorique : tropes, figures, clausules métriques, etc. Mais cet élargissement incontrôlé de la grammaire est à la discrétion de chaque grammairien, et ne fait que souligner, d'un traité à l'autre, l'incertitude des limites de la grammaire.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de grammaire, assistant de latin à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  GRAMMAIRES HISTOIRE DES  » est également traité dans :

GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Les grammairiens grecs

  • Écrit par 
  • Jean LALLOT
  •  • 2 796 mots

Le nom de la « grammaire » nous vient du grec : la grammatikè tekhnè, dont nous avons la première mention dans Platon, c'est littéralement l'« art des lettres » (grammata) – entendons bien : celui des lettres de l'alphabet, pratiquement celui de l' […] Lire la suite

GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Grammaire et langage dans l'Inde ancienne

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 3 029 mots

L'Inde a produit une littérature grammaticale très importante par son étendue et par sa profondeur. On peut y distinguer trois catégories d'ouvrages, trois directions d'activité intellectuelle. Tout d'abord, il y a des spéculations philosophiques et religieuses sur la parole attestées dès les Veda : la faculté de parler est conçue comme une puissance supra-humaine, voire visual […] Lire la suite

GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - La tradition arabe

  • Écrit par 
  • Georgine AYOUB, 
  • Georges BOHAS, 
  • Jean-Patrick GUILLAUME, 
  • Djamal Eddine KOULOUGHLI
  •  • 3 470 mots

C'est probablement dès le lendemain de la conquête islamique (début viiie siècle) que se situent les premières réflexions sur la langue arabe. Celles-ci semblent avoir d'abord été le fait des « lecteurs » du Coran, chargés de fixer et de transmettre les normes de la récitation correcte du texte sacré, et soucieux […] Lire la suite

GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Du Moyen Âge à la période contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean-Claude CHEVALIER, 
  • Jean STÉFANINI
  • , Universalis
  •  • 4 816 mots

Le Moyen Âge marque une rupture dans l'histoire des grammaires. Le savoir de la langue entre en effet en dialogue avec la philosophie et la logique. Cette dimension spéculative influera profondément sur son évolution, en l'amenant à concevoir l'idée de grammaire universell […] Lire la suite

ARABE (MONDE) - Langue

  • Écrit par 
  • David COHEN
  •  • 9 437 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'arabe littéraire classique »  : […] La naissance de l'islam devait avoir pour l'arabe une double conséquence d'une grande portée. L'usage de l'« arabe koinique » dans la littérature essentiellement orale de l'ère antéislamique ne pouvait pas être absolument unitaire. En tout cas, malgré ses tendances archaïsantes, il relevait de normes relativement fluides dans la mesure où elles étaient déterminées en partie au moins par le dialec […] Lire la suite

ARISTOPHANE DE BYZANCE (257 av. J.-C.?-? 180 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 193 mots

Directeur de la bibliothèque d'Alexandrie vers ~ 195, Aristophane de Byzance publia une version d'Homère, la Théogonie d'Hésiode, Alcée, Pindare, Euripide, Aristophane et peut-être Anacréon. Un grand nombre des « arguments » qui figurent au début des manuscrits de comédies et de tragédies grecques sont attribués à Aristophane de Byzance : ces études sur la comédie grecque servent de référence à d […] Lire la suite

BEAUZÉE NICOLAS (1717-1789)

  • Écrit par 
  • Michel BRAUDEAU
  •  • 280 mots

Né à Verdun, Beauzée s'attache d'abord aux sciences et aux mathématiques avant de s'intéresser à la grammaire. Lorsque Dumarsais meurt en 1756, Beauzée lui succède à la rédaction des articles de grammaire de l' Encyclopédie . Il publie en 1767 sa Grammaire générale ou Exposition raisonnée des éléments nécessaires pour servir à l'étude de toutes les langues qui lui vaut une médaille d'or de Marie- […] Lire la suite

CORAN (AL-QURĀN)

  • Écrit par 
  • Régis BLACHÈRE, 
  • Claude GILLIOT
  •  • 13 323 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le « fait coranique » : sciences du Coran et exégèse »  : […] Considéré non comme une simple « Écriture inspirée », mais comme un message reçu directement de Dieu, le texte coranique a donc été un élément capital dans l'organisation des sociétés musulmanes, du premier siècle de l'hégire à l'époque contemporaine. Ce qui, à l'origine, avait marqué le passage des solidarités tribales de l' Arabie préislamique à un stade plus complexe de rapports sociaux, reposa […] Lire la suite

DIDACTIQUE - La didactique de la langue maternelle

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BRONCKART, 
  • Jean-Louis CHISS
  •  • 3 715 mots

Dans le chapitre « Langue, école et société : l'exemple du français »  : […] L'espace où s'inscrivent les problématiques de l'enseignement et de l'apprentissage du français est à l'évidence double : histoire de la langue française et sociologie des pratiques linguistiques et culturelles en France, d'une part ; histoire de l'école française et de la discipline scolaire « français », d'autre part. Il faut d'abord garder en mémoire que la constitution du français comme langue […] Lire la suite

DISCOURS PARTIES DU

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 602 mots

L'étude systématique des différences portant sur les éléments (« parties ») mis en jeu dans le langage réalisé (« discours ») a été entreprise il y a fort longtemps par les grammairiens. C'est déjà pour les Indiens un début d'inventaire structural que d'inventorier le verbe, le nom, les prépositions et les particules. En Grèce, pour Aristote, « l'élocution se ramène tout entière aux parties suivan […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marc BARATIN, « GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Les grammairiens latins », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/grammaires-histoire-des-les-grammairiens-latins/