GOUVERNANCE, politique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Entre science et réformisme politique

Alors que la notion de gouvernement est jugée désuète et la régulation élitiste, la gouvernance serait moderne. L'effacement relatif de la primauté de la politique et de l'État au profit d'une approche plus technique et négociée illustre l'idée qu'il est possible de faire de la politique autrement, en associant des acteurs différents autour de choix collectifs rationnels et de procédures consultatives et délibératives inédites. On assisterait donc, avec la gouvernance, à une double mutation du pouvoir, technique, mais aussi idéologique, car ces nouvelles méthodes de coproduction d'action publique refléteraient la fin des antagonismes classiques et la possibilité d'une autogestion responsable des groupes sociaux. En suivant Patrick Le Galès (Le Retour des villes européennes, 2003), la gouvernance peut être définie comme une méthode de régulation, un processus de coordination d'acteurs, de groupes sociaux, d'institutions, qui coopèrent pour atteindre des buts propres discutés et définis collectivement dans des environnements fragmentés et incertains.

Développé dans les années 1990 par les sciences sociales, le concept de gouvernance correspond, en science politique, au repli de l'État, obligé de s'adapter à la montée en puissance d'acteurs publics et privés qui revendiquent le droit d'influencer la décision politique ou de participer à sa formation. La « gouvernance urbaine » reflète la complexité accrue du « gouvernement des villes » face à la multiplication des acteurs, publics et privés, intervenant sur le territoire. Le terme est par ailleurs utilisé outre-Atlantique pour exprimer une nouvelle méthode d'action : si la gouvernance d'entreprise (corporate governance), dite aussi en français gouvernement d'entreprise, correspond à un management inédit s'appuyant sur l'interaction entre les actionnaires et les dirigeants, la « bonne gouvernance » (good governance) est prônée par la Banque mondiale et les organisations financières internationales pour définir les critères d'une bonne administration publique dans les pays soumis à des programmes d'ajustement structurel. Les organismes de prêt internationaux préconisent, au nom de cette notion, des réformes institutionnelles (lutte contre la corruption, démocratisation des sociétés, libéralisation des services publics, etc.) nécessaires à la réussite de leurs programmes économiques. La « bonne gouvernance » recouvre trois critères : une lisibilité accrue de l'action publique, une bonne comptabilité, la mobilisation des compétences en matière de gestion. La politique de la Banque mondiale a été de former des élites et d'encourager les privatisations et les partenariats entre public et privé ; la « gouvernance globale », qui découle de l'idée précédente, correspond à la volonté de diffuser de nouveaux modes de régulation de la société internationale.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur en science politique, chargé de recherche au Centre interdisciplinaire pour la recherches comparative en sciences sociales, maître de conférences à l'Institut d'études politiques de Paris

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

25 février - 18 mars 2021 Arménie. Limogeage du chef d'état-major.

Le 25, l’état-major des forces armées exige dans un communiqué la démission du Premier ministre Nikol Pachinian qu’il accuse de « gouvernance inefficace » et d’avoir commis de « graves erreurs de politique étrangère ». Nikol Pachinian dénonce un « coup d’État », limoge le colonel général Onik Gasparian, chef d’état-major, et appelle ses partisans à le soutenir. […] Lire la suite

1er février -1er mars 2019 France – Pays-Bas. Différend entre Air France et KLM.

Le gouvernement français et le conseil d’administration du groupe dénoncent cette opération que l’ensemble de la classe politique néerlandaise approuve. Le 1er mars, le ministre français de l’Économie Bruno Le Maire et son homologue néerlandais Wopke Hoekstra, qui se rencontrent à Paris, conviennent de créer un groupe de travail chargé d’aménager la gouvernance du groupe imposée par Benjamin Smith et d’établir sa stratégie à long terme. […] Lire la suite

25-29 juillet 2017 Belgique. Changement de majorité en Wallonie.

Le 28, le Parlement wallon adopte la motion de défiance par 39 voix contre 35 avant d’approuver la déclaration de politique générale du nouveau gouvernement. Le PS participait à la gestion de la Région wallonne depuis 1981, à l’exception d’une parenthèse entre décembre 1985 et février 1988. Le 29 se déroule la passation de pouvoir entre Paul Magnette et Willy Borsus. […] Lire la suite

2-18 décembre 2015 Syrie. Adoption d’un processus de paix par le Conseil de sécurité.

Celle-ci prévoit l’engagement dès janvier 2016 de négociations entre le régime et l’opposition, qui doivent aboutir dans un délai de six mois à l’établissement d’« une gouvernance crédible, inclusive et non confessionnelle » chargée de rédiger une nouvelle Constitution et d’organiser des élections dans les dix-huit mois sous le contrôle de l’O.N.U. […] Lire la suite

9-15 novembre 2013 Chine. Annonce de réformes par le Parti communiste

Le 15 est publié un vaste programme de réformes de gouvernance issu de la réunion du plénum. Celui-ci prévoit notamment l'assouplissement de la politique de l'enfant unique, l'abolition des camps de rééducation par le travail, l'obligation pour les entreprises publiques de reverser à l'État 30 p. 100 de leurs dividendes, l'accélération de la libéralisation financière, la levée graduelle du permis de résidence qui pèse sur les migrants ruraux arrivant dans les villes, la mise en place d'une Commission nationale de sécurité et la réduction du nombre de crimes passibles de la peine de mort. […] Lire la suite

Pour citer l’article

David ALCAUD, « GOUVERNANCE, politique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gouvernance-politique/