GOUVERNANCE, politique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un label de modernité paradoxalement propice à une recomposition de l'État ?

Dans toutes ces réflexions, l'État n'est plus comme autrefois au centre des négociations et des interventions au titre de sa légitime souveraineté, ni dans l'ordre interne ni dans l'ordre international. Les incertitudes, la crise de l'État social et interventionniste amènent les acteurs à parler de « gouvernance politique » pour réaliser les changements, comme Jan Kooiman en pose les principes dans son livre Modern Governance, paru en 1993. Les États n'apparaissent plus seuls capables de bien maîtriser une complexité qui requiert la mise en œuvre d'une politique publique rationnelle et, plus encore, de coopération internationale. La notion de réseaux, qui fait également florès, en témoigne : les « communautés de politiques publiques » consacrent l'importance du débat public, débat auquel participent les différentes composantes de la société. L'idée de gouvernance nourrit une dénonciation du modèle traditionnel de gouvernement confiant aux seules autorités politiques la responsabilité de la gestion des affaires publiques, au profit d'une approche pluraliste et interactive du pouvoir. Ce « fédéralisme coopératif » (Kooiman) influence l'évolution de la coproduction de l'action publique, les partenariats entre public et privé et les relations décentralisées, qui débouchent sur un pilotage « multiniveaux » des politiques publiques.

La gouvernance multiniveaux se nourrit de plusieurs facteurs : le discours démocratique consistant à rapprocher le pouvoir du citoyen, processus que favorise la décentralisation ; la volonté d'associer étroitement les acteurs territoriaux à la définition et à la mise en œuvre des politiques publiques pertinentes ; les effets de l'intégration européenne. Le Livre blanc sur la « gouvernance européenne » (2001) s'inscrivait bien dans cette perspective en valorisant les acteurs infranationaux. L'idée est d'intensifier l'information à tous les stades de la décision, d'entretenir un dialogue plus systématique avec la société civile et de renforcer l'interaction avec les collectivités territoriales. La Commission invitait particulièrement le Comité des régions à jouer un rôle plus « proactif ».

Cela étant, la gouvernance n'annonce peut-être pas l'émergence d'un pouvoir politique neuf : si la capacité d'agir et la légitimité des acteurs territoriaux vont croissant, les États conservent à plus d'un titre une capacité régulatrice, avec des modalités très différentes, selon les histoires nationales. Si la subsidiarité et le repositionnement de l'« État-stratège » ont modifié le positionnement de l'État, ce dernier reste un acteur régulateur que les différents acteurs sollicitent d'intervenir, et dans L'État post-moderne (2003), Jacques Chevallier montre qu'il peut rester décisif par le droit, ses arbitrages et son pouvoir d'influence dans les procédures contractuelles caractéristiques de la gouvernance. Ce sont donc peut-être surtout les configurations étatiques qui sont appelées à changer pour s'adapter aux contraintes de l'interdépendance et aux besoins d'une proximité territoriale et fonctionnelle.

La notion de gouvernance alimente donc un processus de réformes concrètes et offre une grille d'interprétation nouvelle du politique et des relations entre les institutions et le politique non institué.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur en science politique, chargé de recherche au Centre interdisciplinaire pour la recherches comparative en sciences sociales, maître de conférences à l'Institut d'études politiques de Paris

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

25 février - 18 mars 2021 Arménie. Limogeage du chef d'état-major.

Le 25, l’état-major des forces armées exige dans un communiqué la démission du Premier ministre Nikol Pachinian qu’il accuse de « gouvernance inefficace » et d’avoir commis de « graves erreurs de politique étrangère ». Nikol Pachinian dénonce un « coup d’État », limoge le colonel général Onik Gasparian, chef d’état-major, et appelle ses partisans à le soutenir. […] Lire la suite

1er février -1er mars 2019 France – Pays-Bas. Différend entre Air France et KLM.

Le gouvernement français et le conseil d’administration du groupe dénoncent cette opération que l’ensemble de la classe politique néerlandaise approuve. Le 1er mars, le ministre français de l’Économie Bruno Le Maire et son homologue néerlandais Wopke Hoekstra, qui se rencontrent à Paris, conviennent de créer un groupe de travail chargé d’aménager la gouvernance du groupe imposée par Benjamin Smith et d’établir sa stratégie à long terme. […] Lire la suite

25-29 juillet 2017 Belgique. Changement de majorité en Wallonie.

Le 28, le Parlement wallon adopte la motion de défiance par 39 voix contre 35 avant d’approuver la déclaration de politique générale du nouveau gouvernement. Le PS participait à la gestion de la Région wallonne depuis 1981, à l’exception d’une parenthèse entre décembre 1985 et février 1988. Le 29 se déroule la passation de pouvoir entre Paul Magnette et Willy Borsus. […] Lire la suite

2-18 décembre 2015 Syrie. Adoption d’un processus de paix par le Conseil de sécurité.

Celle-ci prévoit l’engagement dès janvier 2016 de négociations entre le régime et l’opposition, qui doivent aboutir dans un délai de six mois à l’établissement d’« une gouvernance crédible, inclusive et non confessionnelle » chargée de rédiger une nouvelle Constitution et d’organiser des élections dans les dix-huit mois sous le contrôle de l’O.N.U. […] Lire la suite

9-15 novembre 2013 Chine. Annonce de réformes par le Parti communiste

Le 15 est publié un vaste programme de réformes de gouvernance issu de la réunion du plénum. Celui-ci prévoit notamment l'assouplissement de la politique de l'enfant unique, l'abolition des camps de rééducation par le travail, l'obligation pour les entreprises publiques de reverser à l'État 30 p. 100 de leurs dividendes, l'accélération de la libéralisation financière, la levée graduelle du permis de résidence qui pèse sur les migrants ruraux arrivant dans les villes, la mise en place d'une Commission nationale de sécurité et la réduction du nombre de crimes passibles de la peine de mort. […] Lire la suite

Pour citer l’article

David ALCAUD, « GOUVERNANCE, politique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gouvernance-politique/