TARTINI GIUSEPPE (1692-1770)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le personnage de Tartini est fait de curieux contrastes : un homme tranquille, rangé, pieux, bon pédagogue, bon mari, et pourtant un tempérament fougueux et nerveux ; une vie calme à Mantoue, durant laquelle il refuse les plus prestigieuses offres d'engagements et de tournées dans l'Europe entière, qui succède à une jeunesse mouvementée : il a connu la prison pour avoir épousé secrètement la protégée d'un cardinal, il a pris la fuite, déguisé en moine, il s'est retiré au monastère d'Assise où durant deux ans il soulève l'enthousiasme des foules en jouant caché derrière un rideau...

Tartini

Tartini

photographie

Le compositeur italien Giuseppe Tartini (1692-1770). Violoniste exceptionnel, il créa l'école des Nations qui forma quelques-uns des meilleurs violonistes de la génération suivante. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Mais son unique passion est son violon. Il en étudie et en développe systématiquement les possibilités, apporte à la technique et surtout à la facture des améliorations décisives : cordes plus grosses, archet plus long et plus léger, afin d'obtenir une sonorité plus douce. Théoricien, son Trattato di musica secondo la vera scienza dell'armonia (1754), contemporain des recherches de Rameau mais avec un esprit moins systématique et moins rationnel, met en évidence la découverte des fameux tezzi tuoni, les « sons résultants » (engendrés au grave d'une double corde, par un nombre de vibrations égal à la différence des nombres de vibrations des deux sons supérieurs), dont Helmoltz donnera plus tard l'explication.

Son école de violon, « l'école des Nations », formera quelques-uns des plus éminents violonistes de la génération suivante : Nardini, Carminati, Pagin, Ferrari, Bini, Lombardini, Capuzzi, Naumann... Par eux, par les innombrables visiteurs qu'il reçoit à Padoue, sa réputation et l'influence de son enseignement se répandent en Angleterre, en France, en Allemagne.

Ses compositions sont très nombreuses : cent quarante concertos ; une centaine de sonates (la plus célèbre étant Les Trilles du diable) ; des trios, en grande partie manuscrits. L'art de Tartini est naturellement marqué par le goût de la virtuosité, mais la musique n'est jamais sacrifiée. Ce qu'il peut y avoir parfois d'extérieur dans son style est racheté par la beauté des mélodies chantantes des adagios qui faisaient la réputation de Tartini de son vivant.

—  Philippe BEAUSSANT

Écrit par :

  • : directeur de l'Institut de musique et danse anciennes de l'Île-de-France, conseiller artistique du Centre de musique baroque de Versailles

Classification


Autres références

«  TARTINI GIUSEPPE (1692-1770)  » est également traité dans :

CORELLI ARCANGELO

  • Écrit par 
  • Marc PINCHERLE
  •  • 2 917 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un compositeur sobre et patient »  : […] Comme compositeur, Corelli avait un métier des plus solides. Il avait étudié harmonie et contrepoint avec un professeur réputé, Pietro Simonelli, et l'on voit le sévère Rameau, dans sa Dissertation sur les différentes méthodes d'accompagnement pour le clavecin ou pour l'orgue (1732), citer en exemple un des adagios de Corelli et lui consacrer l'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arcangelo-corelli/#i_14405

Pour citer l’article

Philippe BEAUSSANT, « TARTINI GIUSEPPE - (1692-1770) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/giuseppe-tartini/