VARGAS GETÚLIO (1883-1954)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né dans le Rio Grande do Sul d'une famille de fermiers, Vargas entre à l'école militaire de Rio Vardo, mais en est chassé après une révolte des cadets. Il se tourne alors vers le droit. Attiré par le positivisme d'Auguste Comte, il croit déjà à la possibilité d'une politique qui ne soit pas le fruit du hasard. Devenu avocat en 1908, il est bientôt élu député à la Chambre de son État. En 1922, il entre à la Chambre fédérale et y demeure 4 ans. Ministre de l'Économie en 1926, dans le cabinet du président Washington Luiz Pereira de Souza, il devient gouverneur du Rio Grande do Sul en 1928. Il est candidat malheureux à la présidence de la République en 1930 ; ses partisans déclenchent un coup d'État qui triomphe au bout de 21 jours et qui met fin au régime constitutionnel. Devenu chef du gouvernement provisoire, il réprime le soulèvement pauliste qui exigeait le rétablissement de la Constitution (1932). Une Assemblée constituante est cependant convoquée en 1934. Cette Assemblée adopte une Constitution qui renforce les pouvoirs du gouvernement central au détriment de ceux des États, et élit Vargas président pour 4 ans. L'année suivante, celui-ci doit affronter une tentative de coup d'État communiste partie de Rio et qui avorte rapidement. Avec l'appui des forces armées, il dissout, en 1937, le Congrès, suspend les libertés démocratiques et destitue tous les gouverneurs d'États. Une Constitution calquée sur celle des États totalitaires est imposée au pays : jusqu'en 1945, le Brésil vit à l'heure de l'Estado Novo. Durant la Seconde Guerre mondiale, Vargas se range dans le camp des Alliés et, en 1942, le Brésil déclare la guerre aux puissances de l'Axe. Mais le 29 octobre 1945 un pronunciamento renverse Vargas. Bien que réélu sénateur du Rio Grande do Sul immédiatement, il ne réapparaît sur le devant de la scène politique qu'en 1950, année où il est réélu à la présidence grâce au soutien du Parti travailliste brésilien et de la classe ouvrière. Respectant le cadre institutionnel, Vargas porte son effort sur le redressement économique, mais il laisse se développer la corru [...]

Getulio Vargas, vers 1930

Getulio Vargas, vers 1930

Photographie

Getulio Vargas (1883-1954), représentant de l'aristocratie foncière brésilienne, élu président en 1934, met en place un régime de type totalitaire. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Classification


Autres références

«  VARGAS GETÚLIO (1883-1954)  » est également traité dans :

AMÉRIQUE LATINE - Rapports entre Églises et États

  • Écrit par 
  • Jean Jacques KOURLIANDSKY
  •  • 6 706 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des États jaloux de leurs prérogatives »  : […] Pendant trois siècles, la colonisation a réduit l'Église catholique au rôle d'auxiliaire de l'autorité royale. Les gouvernants de l'indépendance ont pourtant gardé l'empreinte de cette relation inégale même si sa perpétuation était formellement rompue avec le retour à Lisbonne de Pierre I er en 1821 et la défaite des troupes de Ferdinand VII d'Espagne à Ayacucho en 1824. De son côté, l'Église esc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-latine-rapports-entre-eglises-et-etats/#i_37205

BRÉSIL - La conquête de l'indépendance nationale

  • Écrit par 
  • Frédéric MAURO
  •  • 6 211 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « À la recherche d'une doctrine politique »  : […] Or l'Église brésilienne est en froid avec le régime. Deux évêques obligent leurs fidèles à quitter la franc-maçonnerie dont beaucoup font partie. Le ministre Rio Branco, lui-même à la fois maçon et bon catholique, fait prononcer par le Conseil d'État l'annulation des décisions épiscopales. Les deux évêques ripostent, sont mis en prison, l'opinion catholique internationale s'émeut. L'empereur perd […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bresil-la-conquete-de-l-independance-nationale/#i_37205

BRÉSIL - Le Brésil contemporain

  • Écrit par 
  • Luiz Felipe de ALENCASTRO
  •  • 5 657 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Vargas et le varguisme »  : […] Une politique économique tournée vers l'étatisation et appuyée par le syndicalisme officiel met Getulio Vargas, élu à la présidence en 1950, aux prises avec les intérêts liés au capital étranger et avec les libéraux. On pouvait en effet craindre que la mobilisation nationaliste n'engageât le pays dans un régime autoritaire semblable à celui que Vargas avait déjà instauré entre 1937 et 1945. En 19 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bresil-le-bresil-contemporain/#i_37205

GOULART JOÃO (1918-1976)

  • Écrit par 
  • Luiz Felipe de ALENCASTRO
  •  • 838 mots
  •  • 1 média

Douze ans après avoir été chassé du pouvoir par le coup d'État d'avril 1964, l'ancien président du Brésil João Goulart mourait en exil, dans un ranch situé dans la Pampa argentine. Il avait choisi cette demeure parce que la Pampa lui rappelait son pays natal, l'État du Rio Grande do Sul. La nouvelle de sa mort fut soigneusement « filtrée » par le gouvernement brésilien. La télévision et les journ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joao-goulart/#i_37205

Pour citer l’article

« VARGAS GETÚLIO - (1883-1954) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/getulio-vargas/