VARGAS GETÚLIO (1883-1954)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né dans le Rio Grande do Sul d'une famille de fermiers, Vargas entre à l'école militaire de Rio Vardo, mais en est chassé après une révolte des cadets. Il se tourne alors vers le droit. Attiré par le positivisme d'Auguste Comte, il croit déjà à la possibilité d'une politique qui ne soit pas le fruit du hasard. Devenu avocat en 1908, il est bientôt élu député à la Chambre de son État. En 1922, il entre à la Chambre fédérale et y demeure 4 ans. Ministre de l'Économie en 1926, dans le cabinet du président Washington Luiz Pereira de Souza, il devient gouverneur du Rio Grande do Sul en 1928. Il est candidat malheureux à la présidence de la République en 1930 ; ses partisans déclenchent un coup d'État qui triomphe au bout de 21 jours et qui met fin au régime constitutionnel. Devenu chef du gouvernement provisoire, il réprime le soulèvement pauliste qui exigeait le rétablissement de la Constitution (1932). Une Assemblée constituante est cependant convoquée en 1934. Cette Assemblée adopte une Constitution qui renforce les pouvoirs du gouvernement central au détriment de ceux des États, et élit Vargas président pour 4 ans. L'année suivante, celui-ci doit affronter une tentative de coup d'État communiste partie de Rio et qui avorte rapidement. Avec l'appui des forces armées, il dissout, en 1937, le Congrès, suspend les libertés démocratiques et destitue tous les gouverneurs d'États. Une Constitution calquée sur celle des États totalitaires est imposée au pays : jusqu'en 1945, le Brésil vit à l'heure de l'Estado Novo. Durant la Seconde Guerre mondiale, Vargas se range dans le camp des Alliés et, en 1942, le Brésil déclare la guerre aux puissances de l'Axe. Mais le 29 octobre 1945 un pronunciamento renverse Vargas. Bien que réélu sénateur du Rio Grande do Sul immédiatement, il ne réapparaît sur le devant de la scène politique qu'en 1950, année où il est réélu à la présidence grâce au soutien du Parti travailliste brésilien et de la classe ouvrière. Respectant le cadre institutionnel, Vargas porte son effort sur le redressement économique, mais il laisse se développer la corruption dans l'administration et donne prise aux campagnes menées par la droite et orchestrées par un redoutable polémiste, Carlos Lacerda. Une tentative d'assassinat de ce dernier, dans laquelle sont compromis plusieurs membres de l'entourage de Vargas, fournit le prétexte pour exiger la démission du président. À l'aube du 24 août 1954, Vargas se suicide d'une balle au cœur. Le lendemain et pendant deux semaines les masses manifestent dans les principales villes du pays avec une violence sans précédent ; une grève générale est déclenchée à São Paulo.

Getulio Vargas, vers 1930

Photographie : Getulio Vargas, vers 1930

Getulio Vargas (1883-1954), représentant de l'aristocratie foncière brésilienne, élu président en 1934, met en place un régime de type totalitaire. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Getúlio Vargas disparu, le getulisme demeure une donnée fondamentale de la politique brésilienne. Pour une grande part, les conditions du développement brésilien, entre 1929 et 1950, expliquent ses virages à droite — la dictature fasciste — puis à gauche — l'alliance avec les communistes. En effet, par ses répercussions sur le commerce international, la crise de 1929 a entraîné, pour le Brésil, un blocage des importations et accéléré le développement d'une industrie autochtone destinée à pallier la réduction des importations. Socialement émerge alors une nouvelle classe moyenne, mais aussi une bourgeoisie industrielle et un nouveau prolétariat : ces derniers contestent à l'oligarchie terrienne son monopole du pouvoir et de la représentation politique. L'Estado Novo, établi par Vargas en 1937, se donne comme une tentative de compromis entre des intérêts opposés et vise à organiser la complémentarité sociale des classes en présence : la bourgeoisie industrielle associe ses capitaux à ceux des investisseurs propriétaires fonciers ; corrélativement, elle tisse de nouvelles relations avec les travailleurs par le biais d'une législation du travail qui est alors adoptée (sécurité sociale, salaire minimum garanti). Toutefois, Vargas, qui emprunte au fascisme italien une part de sa philosophie et de ses formes d'organisation, encadre ces mêmes travailleurs dans une organisation syndicale rigide et institue un système corporatif que contrôle le gouvernement. Mais la politique sociale de Vargas lui assure le soutien d'une grande part de la classe ouvrière. Jusqu'en 1950, un tel compromis maintiendra la stabilité du pays, et cela malgré l'éviction de Vargas en 1945. Son retour au pouvoir en 1950 reflète la pression des masses exigeant de nouvelles conquêtes sociales : la bourgeoisie, pour briser la résistance des anciennes classes dominantes (propriétaires fonciers), propose un programme d'expansion économique, ouvrant des perspectives d'emploi et d'élévation du niveau de vie à la classe ouvrière et aux classes moyennes des villes ; les directions syndicales, relevant directement du ministère du Travail, permettent au gouvernement d'exercer un contrôle idéologique sur les masses. Mais, en 1950, la situation économique est désastreuse, la marge de manœuvre du « Gaucho », très réduite. Sa politique nationaliste et progressiste aura cependant permis la création, en 1952, de la Banque nationale du développement économique (B.N.D.E.), l'établissement, la même année, du plan Salte (santé, alimentation, transport, énergie), la création d'un Fonds national de l'électrification et la mise en œuvre d'un plan national du réseau routier ; les ressources pétrolières brésiliennes sont nationalisées et le monopole de leur exploitation est confié à la société nationale Petrobras. Ce dirigisme économique se double d'une politique sociale active, conduite par le nouveau ministre du Travail João Goulart (augmentations de 100 p. 100 du salaire minimal, réunion d'un Congrès national de la Sécurité sociale). L'inquiétude naît chez les classes dominantes menacées d'une « République syndicaliste » ; soumis à de furieuses pressions, Goulart doit abandonner son ministère et s'exiler en Uruguay ; Vargas calme alors l'opposition en faisant paraître la loi de Sécurité nationale et en resserrant les liens militaires entre le Brésil et les États-Unis. Le meilleur exemple de cette tentative de conciliation qu'aura constamment menée Vargas est la réforme des changes adoptée en 1953 ; celle-ci ouvrira le Brésil à l'invasion des capitaux extérieurs.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Classification

Autres références

«  VARGAS GETÚLIO (1883-1954)  » est également traité dans :

AMÉRIQUE LATINE - Rapports entre Églises et États

  • Écrit par 
  • Jean Jacques KOURLIANDSKY
  •  • 6 707 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des États jaloux de leurs prérogatives »  : […] Pendant trois siècles, la colonisation a réduit l'Église catholique au rôle d'auxiliaire de l'autorité royale. Les gouvernants de l'indépendance ont pourtant gardé l'empreinte de cette relation inégale même si sa perpétuation était formellement rompue avec le retour à Lisbonne de Pierre I er en 1821 et la défaite des troupes de Ferdinand VII d'Espagne à Ayacucho en 1824. De son côté, l'Église esc […] Lire la suite

BRÉSIL - La conquête de l'indépendance nationale

  • Écrit par 
  • Frédéric MAURO
  •  • 6 213 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « À la recherche d'une doctrine politique »  : […] Or l'Église brésilienne est en froid avec le régime. Deux évêques obligent leurs fidèles à quitter la franc-maçonnerie dont beaucoup font partie. Le ministre Rio Branco, lui-même à la fois maçon et bon catholique, fait prononcer par le Conseil d'État l'annulation des décisions épiscopales. Les deux évêques ripostent, sont mis en prison, l'opinion catholique internationale s'émeut. L'empereur perd […] Lire la suite

BRÉSIL - Le Brésil contemporain

  • Écrit par 
  • Luiz Felipe de ALENCASTRO
  •  • 5 659 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Vargas et le varguisme »  : […] Une politique économique tournée vers l'étatisation et appuyée par le syndicalisme officiel met Getulio Vargas, élu à la présidence en 1950, aux prises avec les intérêts liés au capital étranger et avec les libéraux. On pouvait en effet craindre que la mobilisation nationaliste n'engageât le pays dans un régime autoritaire semblable à celui que Vargas avait déjà instauré entre 1937 et 1945. En 19 […] Lire la suite

GOULART JOÃO (1918-1976)

  • Écrit par 
  • Luiz Felipe de ALENCASTRO
  •  • 839 mots
  •  • 1 média

Douze ans après avoir été chassé du pouvoir par le coup d'État d'avril 1964, l'ancien président du Brésil João Goulart mourait en exil, dans un ranch situé dans la Pampa argentine. Il avait choisi cette demeure parce que la Pampa lui rappelait son pays natal, l'État du Rio Grande do Sul. La nouvelle de sa mort fut soigneusement « filtrée » par le gouvernement brésilien. La télévision et les journ […] Lire la suite

Pour citer l’article

« VARGAS GETÚLIO - (1883-1954) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/getulio-vargas/