GOULART JOÃO (1918-1976)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Douze ans après avoir été chassé du pouvoir par le coup d'État d'avril 1964, l'ancien président du Brésil João Goulart mourait en exil, dans un ranch situé dans la Pampa argentine. Il avait choisi cette demeure parce que la Pampa lui rappelait son pays natal, l'État du Rio Grande do Sul.

Joao Goulart, 1961

Joao Goulart, 1961

Photographie

Le vice-président brésilien Joao Goulart (1918-1976) regagne son pays après la démission du président Quadros, en 1961. Il va devenir président de la République et le restera jusqu'au coup d'État militaire de 1964. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

La nouvelle de sa mort fut soigneusement « filtrée » par le gouvernement brésilien. La télévision et les journaux divulguèrent de courtes notices nécrologiques, mais les radios, principaux moyens d'information du pays, étant donné le nombre élevé d'analphabètes et l'étendue du territoire brésilien, reçurent des consignes interdisant « la divulgation de commentaires sur la vie et l'activité politique » de l'ancien président. Comment se fait-il que cet homme affable, ce politicien cordial, qui était de surcroît un grand propriétaire terrien, ait suscité une telle antipathie au sein des classes dominantes brésiliennes ? La réponse se trouve dans sa carrière politique marquée tout entière par celui auprès de qui il fut enterré dans le Rio Grande do Sul, Getúlio Vargas. Ce fut pendant sa « traversée du désert » entre 1945 et 1950, que Vargas se rapprocha politiquement de Goulart, jeune avocat qui avait milité activement au sein du mouvement nationaliste à l'Université.

Après son élection à la présidence de la République et son retour triomphal au pouvoir en 1950, Vargas installa Goulart à ses côtés dans le palais gouvernemental à Rio de Janeiro et le chargea des relations entre la présidence et les organisations syndicales, instruments privilégiés de l'action du parti « varguiste », le Parti travailliste brésilien (P.T.B.).

Aussi, en 1953, Goulart fut-il nommé ministre du Travail. Mais cette promotion prestigieuse allait susciter des oppositions qui pesèrent lourdement sur sa carrière politique. Des officiers de l'armée désapprouvèrent cette nomination, car ils considéraient que Goulart favorisait l'infiltration communiste dans les syndicats. Déjà se profilaient les éléments qui seraient à l'origine du coup d'État en 1964. Goulart démissionna [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire du Brésil, directeur du Centre d'études du Brésil et de l'Atlantique sud à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  GOULART JOAO (1918-1976)  » est également traité dans :

BRÉSIL - Le Brésil contemporain

  • Écrit par 
  • Luiz Felipe de ALENCASTRO
  •  • 5 657 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'administration Kubitschek : l'édification de Brasília »  : […] Les élections de 1955 amenèrent Juscelino Kubitschek à la présidence et João Goulart – héritier politique de Vargas et leader des travaillistes – à la vice-présidence. Le gouvernement Kubitschek accélère l'industrialisation et la construction de routes. Des problèmes cruciaux, tels que l'inégale distribution de terres, étaient contournés : la cr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bresil-le-bresil-contemporain/#i_37188

RIBEIRO DARCY (1922-1997)

  • Écrit par 
  • Louis LECOMTE
  •  • 927 mots

Défenseur des Indiens et héraut du droit des plus pauvres à l'éducation, le Brésilien Darcy Ribeiro fut pendant quarante ans, pour la gauche latino-américaine, une figure emblématique de l'engagement des intellectuels dans l'action politique. Cet engagement s'inscrit dans les hauts et les bas d'une trajectoire personnelle haute en couleur, et en t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/darcy-ribeiro/#i_37188

Pour citer l’article

Luiz Felipe de ALENCASTRO, « GOULART JOÃO - (1918-1976) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/joao-goulart/