HOPKINS GERARD MANLEY (1844-1889)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le poète de la louange à Dieu

Dès sa seizième année, Hopkins a écrit des vers et noté dans ses carnets intimes, avec un amour passionné du détail précis et inattendu, les couleurs, les formes, les sonorités des choses qu'il observe. Les mots aussi exercent sur lui, pour les mêmes raisons, une grande fascination ; leur timbre, leurs vibrations, leurs consonances, leurs multiples connotations, il les note comme un peintre pose des tons sur sa palette. Sensible à la singularité de chaque objet, il invente les mots inscape et instress pour traduire l'image originale et pleinement différenciée que tel arbre, telle fleur nous imposent, comme une marque ou un sceau qu'ils frappent en notre cœur. Il suivra ainsi l'appel d'Ignace de Loyola de retrouver Dieu en toute créature. Pour le poète, « le monde est chargé de la grandeur de Dieu ». Cette force jaillissante, l'homme d'aujourd'hui la peut trouver encore dans « l'herbe folle et les lieux incultes ». Et le prêtre s'écrie : « Qu'adviendrait-il du monde s'il se voyait ravir l'humidité et la sauvage nature ? »

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  HOPKINS GERARD MANLEY (1844-1889)  » est également traité dans :

BRIDGES ROBERT (1844-1930)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 224 mots

La renommée de Bridges est due autant à sa maîtrise technique de la prosodie qu'au parrainage qu'il accorda à l'œuvre de son ami Gerard Manley Hopkins. Certains de ses poèmes lyriques, tels que « Neige de Londres » (« London Snow »), « O Splendide Nef » (« O Splendid Ship ») et « Sur un enfant mort » (« On a Dead Child »), si souvent inclus dans les anthologies, répondent bien à sa conception d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-bridges/#i_935

POÈMES, Gerard Manley Hopkins - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Claude-Henry du BORD
  •  • 991 mots

Bien que son œuvre au demeurant fort mince n'ait été connue que trente ans après sa mort, Hopkins est une figure majeure de la poésie anglaise du xix e  siècle. Né en 1844 dans une famille anglicane et bourgeoise, le futur poète poursuit de brillantes études à Oxford. Animé par une foi ardente, il abjure le protestantisme, le 21 octobre 1866. Au p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poemes-gerard-manley-hopkins/#i_935

Pour citer l’article

Jean-Georges RITZ, « HOPKINS GERARD MANLEY - (1844-1889) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gerard-manley-hopkins/