HOPKINS GERARD MANLEY (1844-1889)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le poète de la grâce divine et de l'angoisse humaine

Poète né, Hopkins au moment de sa conversion a cru devoir sacrifier ce don à Dieu. Pendant sept ans, de 1868 à 1875, il n'écrit aucun poème. Mais il médite sur la poésie et la prosodie et, lorsqu'il reçoit de son supérieur une invitation à composer de nouveau, c'est un des plus beaux chants spirituels qui jaillit de sa plume : Le Naufrage du « Deutschland ». À elle seule, cette ode ferait sa gloire ; mais elle est accompagnée d'une soixantaine de sonnets de la plus haute qualité. Poète marqué par l'expérience de la grâce et théologien qui découvre chez Duns Scot le garant de sa foi et de son art, car c'est l'individualité qui confère à l'être réel sa perfection dernière et comme son ultime achèvement, Hopkins dit dans ses vers comment Dieu forge l'homme dans le sacrifice, l'enrichit de sa grâce et le veut pleinement lui-même pour mieux refléter le Christ dont la beauté « s'offre au Père sous les traits du visage des hommes ».

Si sûr qu'il ait été de sa foi, Hopkins fut souvent en proie à des crises de tristesse et d'angoisse. Avec lucidité, il les a décrites dans ses « sonnets terribles » qu'on a justement appelés « les psaumes de l'homme moderne ». Le prêtre de paroisse a su aussi décrire avec simplicité sa tâche auprès des pauvres qu'il a connus à Liverpool et Glasgow.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  HOPKINS GERARD MANLEY (1844-1889)  » est également traité dans :

BRIDGES ROBERT (1844-1930)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 224 mots

La renommée de Bridges est due autant à sa maîtrise technique de la prosodie qu'au parrainage qu'il accorda à l'œuvre de son ami Gerard Manley Hopkins. Certains de ses poèmes lyriques, tels que « Neige de Londres » (« London Snow »), « O Splendide Nef » (« O Splendid Ship ») et « Sur un enfant mort » (« On a Dead Child »), si souvent inclus dans les anthologies, répondent bien à sa conception d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-bridges/#i_935

POÈMES, Gerard Manley Hopkins - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Claude-Henry du BORD
  •  • 991 mots

Bien que son œuvre au demeurant fort mince n'ait été connue que trente ans après sa mort, Hopkins est une figure majeure de la poésie anglaise du xix e  siècle. Né en 1844 dans une famille anglicane et bourgeoise, le futur poète poursuit de brillantes études à Oxford. Animé par une foi ardente, il abjure le protestantisme, le 21 octobre 1866. Au p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poemes-gerard-manley-hopkins/#i_935

Pour citer l’article

Jean-Georges RITZ, « HOPKINS GERARD MANLEY - (1844-1889) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gerard-manley-hopkins/