LEFEBVRE GEORGES (1874-1959)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un historien au présent

L’échec du Front populaire et l’arrivée de la guerre, à l’automne de 1939, brisent cette dynamique. La crise politique infléchit le travail de l’historien. Avant que Marc Bloch ne rédige L’Étrange Défaite, analyse de la débâcle française de 1940, Georges Lefebvre essaie de comprendre pourquoi et comment un régime, une société ou une classe politique peuvent s’effondrer. Dans la filiation de La Réaction thermidorienne d’Albert Mathiez (1929), il recourt à la notion de lutte des classes pour expliquer pourquoi ceux qu’il appelle Les Thermidoriens (1937) éliminent les robespierristes à l’été de 1794, enterrent la République sociale et aspirent à une République sans révolution, fondée sur la domination bourgeoise. La même année, il s’intéresse à un autre tournant dans Quatre-Vingt-Neuf, ouvrage dans lequel il tente d’expliquer la rupture de 1789 en présentant celle-ci comme la rencontre entre trois révolutions emboîtées (aristocratique, bourgeoise et populaire), imputant, contre les explications majoritaires, la chute de l’Ancien Régime avant tout aux élites privilégiées.

Pendant l’Occupation, Lefebvre choisit de continuer à donner des cours, en particulier sur le Directoire (publiés en 1946 sous le titre La France sous le Directoire). En 1946 s’achève sa carrière dans l’enseignement supérieur, alors qu’il a 72 ans. Pourtant, il reste actif et réédite une version augmentée de sa Révolution française en deux volumes (1951-1957), initialement publiée en 1931, ainsi qu’un livre d’essais (Études sur la Révolution française, 1954). Aujourd’hui moins connu que les fondateurs des Annales ou uniquement associé à la période révolutionnaire, Georges Lefebvre est pourtant placé aux côtés de Marc Bloch et de Lucien Febvre par Ernest Labrousse, en 1960, comme une des « trois cimes » de l’histoire sociale du premier xxe siècle.

Au-delà de l’histoire de la Révolution française, Lefebvre fait partie d’une génération qui a traversé deux guerres mondiales. Peut-être plus que les autres, ces historiens ont constaté qu’il n [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  LEFEBVRE GEORGES (1874-1959)  » est également traité dans :

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une école et ses opposants »  : […] Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, qui a vu l'État français brûler les livres de Georges Lefebvre et fêter les victimes de la Vendée, tandis que la Résistance se rattachait volontiers au nationalisme révolutionnaire, l'histoire de la Révolution française consacre les grandes figures de l'érudition militante de gauche que sont Ernest Labrousse (pour sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_41162

Voir aussi

Pour citer l’article

Guillaume MAZEAU, « LEFEBVRE GEORGES - (1874-1959) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-lefebvre/