LEFEBVRE GEORGES (1874-1959)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le chef de file du cent-cinquantenaire de la Révolution française (1939)

Le temps des premières synthèses et des responsabilités collectives arrive avec la maturité. En 1930, à 56 ans, Georges Lefebvre rédige ainsi, pour la collection Peuples et civilisations dirigée par Louis Halphen et Philippe Sagnac, une partie du tome portant sur la Révolution. Deux ans plus tard, il préside la Société des études robespierristes et prend la direction des Annales historiques de la Révolution française, revue associée à la Société et fondée par Albert Mathiez, qui vient de mourir.

En parallèle, Lefebvre continue à élargir et à approfondir ses recherches d’histoire économique et sociale, amorcées dans sa thèse. Ses Questions agraires au temps de la Terreur (1932) le rapprochent aussi des travaux de Mathiez, notamment La Vie chère et le mouvement social sous la Terreur (1927). Lefebvre tente en particulier de comprendre la manière dont la Révolution affecte le monde paysan dans ses structures mêmes. Aujourd’hui assez délaissée, cette histoire économique et sociale de la paysannerie demeure pourtant fondamentale pour comprendre comment les transferts de propriété de la Révolution profitent aux laboureurs aisés, surtout dans les régions de concentration foncière.

En 1935, alors qu’il publie une biographie de Napoléon, présenté comme le continuateur de la Révolution, il est chargé de cours à la Sorbonne à la place de Raymond Guyot et, deux ans plus tard, avec le soutien très politique du Front populaire, il fonde l’Institut d’histoire de la Révolution française, qu’il dirigera jusqu’à sa mort. La même année, il devient titulaire de la chaire d’histoire de la Révolution. En même temps, il est chargé d’organiser les cérémonies du cent-cinquantenaire de la Révolution française (1939), pensées comme un grand moment de pédagogie républicaine. Lefebvre est au sommet de sa carrière : à la tête des trois principales organisations d’un champ d’études devenu central, il coordonne aussi les comités départeme [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  LEFEBVRE GEORGES (1874-1959)  » est également traité dans :

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une école et ses opposants »  : […] Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, qui a vu l'État français brûler les livres de Georges Lefebvre et fêter les victimes de la Vendée, tandis que la Résistance se rattachait volontiers au nationalisme révolutionnaire, l'histoire de la Révolution française consacre les grandes figures de l'érudition militante de gauche que sont Ernest Labrousse (pour sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_41162

Pour citer l’article

Guillaume MAZEAU, « LEFEBVRE GEORGES - (1874-1959) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-lefebvre/