WESTINGHOUSE GEORGE (1846-1914)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

George Westinghouse est l'archétype de l'entrepreneur-inventeur américain du xixe siècle. Son nom reste attaché à la société de matériel électrique Westinghouse Electric Company, qu'il a fondée en 1886.

George Westinghouse, né le 6 octobre 1846 à Central Bridge, dans l'État de New York, grandit à Schenectady, ville où son père tient un atelier de matériel agricole. Il rejoint l'armée à l'âge de quinze ans, et, à la fin de la guerre de Sécession, entre à l'Union College de la ville pour y acquérir une formation technique. Il n'y restera qu'un semestre, visiblement mal à l'aise dans le système scolaire. Il est alors déjà attiré par les secteurs en pleine expansion, tel le chemin de fer. Les accidents y sont fréquents mais souvent considérés comme une fatalité. George Westinghouse pense qu'il y a moyen de remédier à ces problèmes souvent liés à des questions de signalisation ou de freinage. Après plus de trois décennies de développement du chemin de fer, le freinage est à cette époque toujours effectué par des hommes, les « serre-freins », répartis le long du train et agissant sur les freins des wagons au signal du conducteur de la locomotive.

George Westinghouse

Photographie : George Westinghouse

Portrait de George Westinghouse (1846-1914), inventeur et industriel américain. 

Crédits : Library of Congress, Washington, D.C.

Afficher

George Westinghouse a l'intuition, dès 1866, qu'il faut faire freiner tous les essieux du train en même temps. D'abord, il imagine de recourir à la vapeur, solution rapidement écartée pour de multiples raisons. Il a alors connaissance de la perforatrice à air comprimé que Germain Sommeiller a mise au point et utilise pour le percement du tunnel ferroviaire du Mont-Cenis, entre la France et l'Italie. L'air comprimé peut agir sur les outils après une conduite de plus de trois kilomètres et sans perte notable de pression. George Westinghouse voit là la solution à son problème et l'expérimente dès 1868 dans un atelier de Pittsburgh. Un compresseur, mu par une machine à vapeur, stocke de l'air dans un réservoir à une pression de 4 à 5 bars. Une canalisation court tout le long du train, avec des flexibles entre les wagons, et alimente, sous chacun d'eux, des ensembles cylindres-pistons reliés aux freins. Une commande placée dans la locomotive permet au conducteur d'actionner simultanément tous les freins du train.

Les premiers essais en ligne s'avèrent concluants et George Westinghouse fonde en 1869 la Westinghouse Air Brake Company, sa première entreprise au capital de 500 000 dollars ; il a alors vingt-trois ans. La sécurité de ce premier système sera améliorée peu de temps après avec la mise sous pression constante de la conduite principale. C'est alors une dépression de l'air qui actionne les sabots – d'où le nom de « frein atmosphérique » – et rend ainsi possible le freinage automatique en cas de rupture de canalisation ou d'action sur le signal d'alarme. Le succès de cette importante innovation apportera rapidement une grande notoriété à l'ingénieur. Son système sera peu à peu généralisé dans la plupart des pays.

Le deuxième problème auquel s'attache George Westinghouse est celui de la signalisation automatique, qu'il perfectionne également ; il fonde en 1880 l'Union Switch & Signal Company. Nous sommes alors en plein développement de l'électricité et Westinghouse s'intéresse à ce nouveau mode de transmission de l'énergie et de l'information, au moment où les grandes villes américaines commencent à s'équiper en réseaux électriques. Deux systèmes de distribution de l'électricité sont alors en concurrence : d'une part, le courant continu, que promeut Thomas Edison, d'autre part, le courant alternatif, que Westinghouse pressent comme la solution d'avenir. Il achète le brevet du transformateur électrique, déposé par le Français Lucien Gaulard et l'Anglais John Dixon Gibbs en 1881, qui lui permet de transformer la basse tension en haute tension et réciproquement. Grâce à ce nouveau procédé ayant recours à la haute tension, il impose le courant alternatif qui autorise une large distribution de l'électricité tout en limitant les pertes en ligne.

En 1907, il est contraint par les financiers de se retirer de la société Westinghouse Electric Company qu'il avait créée en 1886 et qui existe toujours. L'inactivité à laquelle il se résigne alors nuira sans doute à sa santé ; il décède le 12 mars 1914 à New York, à l'âge de soixante-sept ans.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  WESTINGHOUSE GEORGE (1846-1914)  » est également traité dans :

FREIN WESTINGHOUSE

  • Écrit par 
  • Bruno JACOMY
  •  • 663 mots
  •  • 1 média

La mise au point, en 1869, d’un système de freinage à air comprimé par l’ingénieur américain George Westinghouse (1846-1914) a représenté une étape décisive dans la sécurité ferroviaire. Auparavant, le freinage des convois de chemin de fer se faisait généralement par l’intermédiaire de gardes-freins (ou serre-freins), c’est-à-dire d’agents postés sur un ou plusieurs wagons et qui, au coup de sif […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bruno JACOMY, « WESTINGHOUSE GEORGE - (1846-1914) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/george-westinghouse/