FITZGERALD GEORGE FRANCIS (1851-1901)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Physicien théoricien irlandais. Son père, pasteur protestant à Dublin au moment de sa naissance le 3 août 1851, deviendra évêque de Cork puis de Killaloe. À l'âge de seize ans, Fitzgerald commence de brillantes études supérieures en mathématiques et en sciences expérimentales au Trinity College de Dublin. Impressionné par la publication en 1873 du Traité sur l'électricité et le magnétisme de James Clerk Maxwell, il entretient une correspondance suivie avec Oliver Heaviside, Heinrich Hertz et Hendrik Lorentz. Il est nommé « tuteur » au Trinity College en 1877, attaché au département de physique expérimentale, puis professeur de « philosophie naturelle et expérimentale » en 1881. Les premiers travaux de Fitzgerald, publiés en 1876, ont trait aux équations d'équilibre d'une surface élastique. En 1878, il apporte une contribution majeure à la théorie électromagnétique en étudiant la réflexion et la réfraction de la lumière. Ces études théoriques sont accompagnées de travaux expérimentaux. En 1883, Fitzgerald suggère une méthode de génération d'ondes de longueurs d'onde inférieures à 10 mètres en déchargeant un accumulateur dans une résistance.

En 1889, deux ans après l'expérience cruciale de Michelson et Morley, il démontre que la contraction des corps se déplaçant à des vitesses proches de la célérité de la lumière explique les résultats obtenus. Six ans plus tard et de façon indépendante, Lorentz propose une théorie plus détaillée mais fort semblable. Albert Einstein montrera en 1905 que cette contraction de Fitzgerald-Lorentz est une des conséquences des postulats de la théorie de la relativité restreinte. Chercheur modeste et attachant, capable de suggestions brillantes mais peu enclin à en tirer toutes les conséquences, George Fitzgerald meurt prématurément le 22 février 1901 à Dublin.

—  Bernard PIRE

Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification


Autres références

«  FITZGERALD GEORGE FRANCIS (1851-1901)  » est également traité dans :

ÉTHER

  • Écrit par 
  • Marie-Antoinette TONNELAT
  •  • 5 545 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'expérimentation en échec »  : […] Malheureusement, les résultats des très nombreuses expériences similaires effectuées au cours du xix e  siècle furent tous négatifs. Autrement dit, les effets d'un vent d'éther ne se manifestaient par aucun effet du premier ordre. Bientôt, on devait montrer que l'expression de l'entraînement partiel de l'éther, prévue par Fresnel, constituait la co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ether/#i_33163

RELATIVITÉ - Relativité restreinte

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 3 431 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Historique »  : […] La remarquable synthèse de l'électromagnétisme opérée à la fin du xix e  siècle, en particulier par Michael Faraday et James Clerk Maxwell, semblait imposer l'existence d'un « éther luminifère », hypothétique substance dans laquelle se propageraient les ondes lumineuses. Conçue pour détecter le mouvement de la Terre par rapport à cet éther, l'expé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/relativite-relativite-restreinte/#i_33163

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « FITZGERALD GEORGE FRANCIS - (1851-1901) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-francis-fitzgerald/