GENTRY

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est au xvie siècle en Angleterre que le terme de gentry en vient à désigner officiellement un ordre. Au Moyen Âge, la distinction fondamentale passe entre les nobiles et les ignobiles ; le terme de gentleman recouvre celui de nobilis. La séparation du peerage et de la gentry, des noblemen et des gentlemen correspond à l'ascension des parvenus dans la noblesse et aussi, semble-t-il, à l'abandon de la terre par une partie de celle-ci.

Dès le début du xve siècle, l'enrichissement de nouvelles couches bourgeoises suscite une forte demande de titres de noblesse. En 1417, le College of Heralds est chargé de délivrer des certificates of gentility, qui sont autant de titres d'appartenance à la bonne société ; les familles les plus riches se fabriquent des généalogies et des blasons. Une telle pratique donnera lieu non seulement à cette époque mais tout au long du xvie siècle à des scandales ; des juges de haute noblesse se laisseront corrompre pour accorder des titres. En outre, sous l'effet des difficultés économiques, consécutives notamment aux ravages effectués par la peste noire, un certain nombre de jeunes nobles ont quitté leur terre ; ils ont cherché à faire fortune dans les guerres menées en France ou encore se sont attachés à la cour ou à une grande maison ; ils se sont fait alors appeler gentlemen.

À l'époque élisabéthaine, les rapides transformations survenues dans la répartition de la propriété des terres provoquèrent un courant sans précédent d'anoblissement. Entre 1560 et 1589, par exemple, plus de deux mille familles ont fait leur ascension dans la gentry. Malgré les tentatives faites périodiquement pour enrayer l'inflation des titres, celle-ci n'a depuis lors cessé de s'étendre, jusque sous la Restauration.

En dépit de l'expansion du capitalisme industriel et de la démocratie qui ont ruiné ses prérogatives, la gentry est demeurée un milieu qui prétend se distinguer par son style de vie de la bourgeoisie mercantile.

L'ère victorienne n'a pas effacé l'image du gentleman. Quelle que soit son insertion dans le monde des affaires, il ne confond pas sa condition avec celle du bourgeois, qui, si riche ou si puissant qu'il soit, est incapable de produire une généalogie.

—  Claude LEFORT

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  GENTRY  » est également traité dans :

ÉLISABETH Ire (1533-1603) reine d'Angleterre (1558-1603)

  • Écrit par 
  • André BOURDE
  •  • 5 900 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le développement économique, social et culturel »  : […] Dans l'histoire du règne d'Élisabeth, il n'y a pas de fait plus remarquable et de plus grand avenir que le développement de la marine britannique. À cet essor, encouragé par la législation, qui lance les vaisseaux anglais sur toutes les mers du globe en quête d'aventures commerciales ou de butins, contribua toute une génération de marins intrépides : Drake, le plus protestant, le plus audacieux ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elisabeth-ire/#i_13984

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 250 mots
  •  • 65 médias

Dans le chapitre « La prospérité »  : […] Leur chance a été de régner dans une époque exceptionnellement favorisée par une série de facteurs positifs. Après les pestes, et avec la menace chronique de l'épidémie, la population se relève progressivement, et l'Angleterre passe de moins de trois millions à plus de quatre millions d'habitants au cours du xvi e siècle. À l'inflation toute rela […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-histoire/#i_13984

SQUIRE

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 329 mots

Nom donné de plus en plus fréquemment, à partir du xviii e siècle, aux membres de la gentry anglaise. Le squire est un notable qui domine la vie paroissiale grâce à sa richesse de propriétaire foncier, à son éducation, à l'ancienneté au moins relative de sa famille, au souci qu'il a de la conscience religieuse de ses tenanciers, et au droit de pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/squire/#i_13984

Pour citer l’article

Claude LEFORT, « GENTRY », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gentry/