GÉNIE MILITAIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’École du génie

Héritière de l'École royale du génie de Mézières, l'École du génie (EG), anciennement appelée École supérieure et d’application du génie, est implantée à Angers. Elle a pour mission de former les personnels de l'armée de terre aux métiers et à la culture d'arme du génie, mais aussi les personnels civils de la Défense et d'autres ministères ainsi que des officiers et des sous-officiers d'autres armes et armées, français et étrangers.

Dans le domaine du combat, l’École du génie forme les officiers et les sous-officiers à leurs fonctions de commandement, puis leur assure une spécialisation (déminage, plongée en site aquatique, électromécanique, traitement de l'eau, distribution d'énergie...). Elle dispense également une instruction au profit des militaires du rang dans les domaines du traitement de l'eau, de l'électromécanique appliquée, et dans des techniques d'infrastructure (plomberie, électricité, charpente...).

L’École du génie a acquis une réputation mondiale dans le domaine de l'instruction au déminage. Son département national de déminage humanitaire est en effet considéré comme l'un des meilleurs qui soit par la qualité de son enseignement et le développement d'outils pédagogiques, notamment une base de données sur les mines considérée comme une référence mondiale. L’École du génie voit également son expertise reconnue dans les domaines du traitement de l'eau et de la distribution d'énergie. Elle seule, en effet, forme les personnels des armées aux techniques de traitement de l'eau et dispose de la totalité des matériels disponibles dans ce domaine. Elle assure également l'instruction des électromécaniciens de l'armée de terre.

Dans le domaine de l'infrastructure, l'École du génie forme des ingénieurs et des techniciens qui, dans le cadre de la maîtrise d'ouvrage publique et de la maîtrise d'œuvre, sont en mesure d'agir comme conseillers du commandement en matière d'infrastructure et de stationnement des forces. L'enseignement est assuré par un corps professoral militaire et civil, expérimenté et qualifié, issu des grandes écoles d'ingénieurs ou d'architectes. Les disciplines enseignées recouvrent l'ensemble des sciences de l'ingénieur du bâtiment. Le tout est complété par la connaissance des règles de marché public et d'administration et par une formation opérationnelle dense afin de donner à l'ingénieur militaire la meilleure aptitude à remplir sa mission au sein des états-majors des forces projetées en opération.

D'autres pays disposent également d'une école de formation du génie. Citons la Royal School of Military Engineering créée en 1812 et implantée à Chatham pour les sapeurs britanniques, la Pionierschule fondée en 1956 et située à Ingolstadt pour les Allemands, l'US Army Engineer School datant de 1778 et située à Fort Leonard Wood (Missouri) pour les Américains, et l'Academia de los Ingenieros créée en 1803 et implantée à Hoyo de Manzanares (région de Madrid) pour les Espagnols.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

  • : lieutenant-colonel, spécialiste en communication et relations publiques

Classification

Autres références

«  GÉNIE MILITAIRE  » est également traité dans :

ARÇON JEAN-CLAUDE ÉLÉONORE chevalier d' (1733-1800)

  • Écrit par 
  • Catherine BRISAC
  •  • 215 mots

Originaire de Franche-Comté, le chevalier d'Arçon fréquente l'école du Génie de Mézières en 1753-1754. En 1791, il est promu maréchal de camp, directeur des fortifications de Franche-Comté. Il est membre du Comité national des fortifications. Il émigre en 1792 et revient en France avec le titre d'inspecteur général des fortifications : il rédige alors un mémoire sur les moyens de reprendre Toulon […] Lire la suite

COEHORN MENNO VAN baron (1641-1704)

  • Écrit par 
  • Catherine BRISAC
  •  • 190 mots

Néerlandais, Coehorn fut le rival de Vauban tout au long de sa carrière militaire qu'il commença dès 1667. En 1674, au siège de Grave (Brabant occidental), il expérimenta un mortier à grenades, dont il perfectionna le maniement à plusieurs reprises. Après le traité de Nimègue (1678), il s'employa à réparer et à moderniser les principales places des Provinces-Unies. En 1685, il publie un traité, N […] Lire la suite

CORMONTAINGNE LOUIS-CHARLES DE (1695-1752)

  • Écrit par 
  • Catherine BRISAC
  •  • 247 mots

Ingénieur militaire. Né à Strasbourg, Louis-Charles de Cormontaingne participe dès 1713 aux sièges de Landau et de Philippsbourg. Pendant les campagnes d'Allemagne menées dans le cadre de la guerre de Succession de Pologne (1733-1738), il prend part à de nombreux sièges. En 1744, il est nommé directeur des fortifications des Trois-Évêchés (Metz, Toul et Verdun). En 1745, il est présent à la batail […] Lire la suite

ÉQUIPAGE

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 473 mots

Si l'équipage est, dans la marine, l'ensemble des officiers et marins embarqués sur un navire et inscrits au rôle, dans l'armée de terre l'expression « équipage » désigne un ensemble de matériels et de véhicules de transport réunis dans un but bien déterminé. On distinguait autrefois de nombreux équipages : équipages d'artillerie, de siège, de ponts ; équipages militaires au service des quartiers […] Lire la suite

ERRARD DE BAR-LE-DUC JEAN (1554-1610)

  • Écrit par 
  • Catherine BRISAC
  •  • 212 mots

Auteur du premier traité français consacré à la fortification bastionnée, La Fortification réduicte en art et démontrée, publié en 1600, cet ingénieur militaire travailla aux fortifications du Nord ; Jean Errard de Bar-le-Duc modifia celles de Doullens, Montreuil, Sedan et construisit les citadelles d'Amiens et de Verdun. Errard est surtout connu pour son œuvre de théoricien : faire défendre la p […] Lire la suite

FORTIFICATIONS

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 5 540 mots
  •  • 8 médias

Le mot « fortification » apparaît au xiv e  siècle. C'est un latinisme, emprunté au bas latin fortificare , fortificatio , dont la racine est fortis et qui signifie, d'une part, action de fortifier et, de l'autre, ouvrage défensif. Il n'y a, pour une cité, de meilleurs remparts que la poitrine de ses défenseurs, a affirmé Lycurgue ( iv e  siècle av. J.-C.). Pourtant, avant et après Lycurgue, et m […] Lire la suite

PAGAN BLAISE FRANÇOIS DE (1604-1665)

  • Écrit par 
  • Catherine BRISAC
  •  • 186 mots

Cet Avignonnais entre fort jeune au service du roi de France, participant dès 1621 aux sièges de Saint-Jean-d'Angély et de Clérac. En 1623, il est ingénieur au siège de Nancy. En 1629, il acquiert un renom exceptionnel en forçant, à la tête des assiégeants français, les nombreuses barricades qui entourent Suse. Sa carrière militaire s'arrête en 1642. Devenu, en effet, aveugle à la suite de plusieu […] Lire la suite

ROQUES PIERRE AUGUSTE (1856-1920)

  • Écrit par 
  • Bernard MARCK
  •  • 774 mots
  •  • 1 média

Officier et aviateur français, Pierre Auguste Roques est connu pour avoir fondé et organisé l’aéronautique militaire en France . Pierre Auguste Roques est né le 28 décembre 1856 à Marseillan, dans l’Hérault. Il intègre l’École polytechnique et opte pour le génie miliaire. Jeune officier en 1880, il fera carrière dans les colonies. Promu lieutenant-colonel en 1898, il accède au grade de colonel en […] Lire la suite

SÉRÉ DE RIVIÈRES RAYMOND (1815-1895)

  • Écrit par 
  • Catherine BRISAC
  •  • 160 mots

Après l'École polytechnique et celle du Génie, Séré de Rivières commence une carrière de technicien des constructions militaires dans plusieurs villes de France. Le développement de l'artillerie rayée l'oblige à entreprendre la modernisation du système défensif français avant 1870. Pendant la guerre de 1870, il est chargé de l'armée de l'Est et, après la défaite, de rendre la frontière moins vulné […] Lire la suite

VAUBAN SÉBASTIEN LE PRESTRE DE (1633-1707)

  • Écrit par 
  • Catherine BRISAC
  •  • 2 142 mots

Dans le chapitre « Vauban, ingénieur militaire »  : […] Mettant à profit les acquis de ses prédécesseurs, notamment ceux de Blaise de Pagan (1604-1655), Vauban perfectionne les méthodes d'attaque et de défense des places. Il veut à tout prix éviter les pertes en hommes en réduisant la durée des sièges. Et, pour ce faire, il s'inspire des moyens alors utilisés par l'armée ottomane pour investir une place et conçoit un système de tranchées souterraines […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-24 septembre 2005 États-Unis. Bilan du passage du cyclone Katrina

Le 4, le génie militaire parvient à colmater la principale brèche dans la digue protégeant la ville de La Nouvelle-Orléans des eaux du lac Ponchartrain. Le pompage des eaux doit durer des semaines. Le 13, le président Bush, en baisse dans les sondages, déclare assumer la responsabilité des manquements du gouvernement fédéral « qui n'a pas pleinement fait son travail ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Patrice VENTURA, « GÉNIE MILITAIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/genie-militaire/