GÉNÉALOGIES DU BAROQUE (A. Mérot)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avec Généalogies du baroque (Le Promeneur, Paris, 2007), une synthèse consacrée à l'histoire de la notion de « baroque » dans les arts visuels, Alain Mérot, professeur d'histoire de l'art moderne à la Sorbonne, spécialiste reconnu de la peinture française du xviie siècle et plus spécifiquement de Poussin, n'invite pas seulement le lecteur à revisiter un concept aujourd'hui très étendu, en mêlant le plaisir de la lecture à celui de l'image (avec des cahiers d'illustrations fort bien choisies qui ne reculent pas devant la provocation puisque la première est une perle baroque et la dernière le détail d'un manteau en satin de Christian Lacroix). Il donne dans le même temps, en effet, une magistrale leçon d'histoire de l'histoire de l'art, revisitant l'œuvre de nombre des grands auteurs depuis les pères fondateurs de la discipline, allemands, anglais, italiens, français et espagnols, qui ont sans cesse reformulé et enrichi le concept de baroque.

Tout commence, classiquement, par une analyse étymologique, qui fait apparaître, déjà, le caractère à proprement parler « monstrueux » qui, selon Alain Mérot, caractérise le baroque. Qu'on le tienne pour un terme issu à l'origine du vocabulaire de la joaillerie, ou qu'il soit venu, par pure invention verbale, de la scolastique du xiiie siècle, il est toujours associé à l'idée d'irrégularité et de bizarre, avec une connotation le plus souvent dépréciative. C'est notamment le cas lorsqu'au xviiie siècle on le rapproche du « gothique » ou du maniérisme en particulier dans une critique de l'ornement architectural. Mais c'est quand on en revient à l'affirmation du modèle antique que l'on condamne véritablement un « baroque » opposé au « classicisme » (dans un sens antithétique, même si ces termes ne sont pas toujours employés). C'est notamment le cas chez Winckelmann, qui introduit en outre dans son analyse une idéologie moraliste. Il faudra plus d'un siècle pour que le baroque commence à être réhabilité, dans l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Pour citer l’article

Barthélémy JOBERT, « GÉNÉALOGIES DU BAROQUE (A. Mérot) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/genealogies-du-baroque/