GÉBÉ GEORGES BLONDEAUX dit (1929-2004)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Journaliste et dessinateur d'humour dans la presse satirique, Georges Blondeaux, né le 9 juillet 1929 à Villeneuve-Saint-Georges, dans le Val-de-Marne, est fils unique. En 1945, à l'École normale d'instituteurs de Versailles, il échoue au baccalauréat. Deux ans plus tard, il entre à la S.N.C.F. comme dessinateur industriel, et prépare seul l'examen, qu'il réussit. Au fil des treize années passées dans l'entreprise, il se perfectionne. L'année 1955 marque un tournant dans sa vie : il se marie et, sous la signature de Gébé, publie ses premiers dessins d'humour dans La Vie du rail, puis dans le Journal du dimanche, Radar, Paris-Match et Bizarre. Durant ces années fastes pour le gag graphique en France, ses préférences vont à Maurice Henry, Chaval ou Mose, dont l'humour noir et le goût de l'absurde renouvellent le genre.

En 1960, Gébé rencontre les créateurs de Hara-Kiri, Cavanna et Georges Bernier (alias Professeur Choron). Dès le numéro 3, il participe au célèbre mensuel « bête et méchant », où il côtoiera Fred, Reiser, Topor, Wolinski et Cabu. « Bal tragique à Colombey : un mort », qui annonce en couverture la mort du général de Gaulle, en parodiant un fait divers dramatique, l'incendie d'un dancing à Saint-Laurent-du-Pont (Isère), conduit à l'interdiction de L'Hebdo Hara-Kiri en novembre 1970. Cette censure est détournée par la création de Charlie Hebdo (1970-1982), dont Gébé devient le rédacteur en chef. En 1986, il dirige pendant six mois la rédaction de Zéro, puis il est directeur artistique de L'Idiot international de 1989 à 1992 et au début des années 1990, participe à La Grosse Bertha. Enfin, en 1992, la réapparition de Charlie Hebdo dans une nouvelle version le place à la direction de la publication, poste qu'il occupera jusqu'à sa mort. Entre provocations et censures, l'histoire de la presse satirique en France est riche en rebondissements, mais bénéfici [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  GÉBÉ GEORGES BLONDEAUX dit (1929-2004)  » est également traité dans :

BANDE DESSINÉE

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 17 298 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Bandes d'humour »  : […] L'esprit libertaire de l'époque élargit le concept même de bande dessinée humoristique, qui n'est plus simplement comique : s'y ajoute, selon les cas, la critique sociale, le militantisme idéologique, l'humour noir, l'humour absurde, la dérision des valeurs traditionnelles. Les utopies du temps se retrouvent chez Gébé (Georges Blondeau, 1929-2004), auteur notamment de L'An 01 (1971). Jean-Marc R […] Lire la suite

LES CAHIERS DESSINÉS (exposition)

  • Écrit par 
  • Nelly FEUERHAHN
  •  • 1 081 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Hors convention »  : […] Lorsque le dessin adopte le langage de la rupture, les artistes posent plus clairement le problème de l’altérité. Restés hors des codes de l’art traditionnel, ils ont souvent dessiné sur le tard. Ils furent parfois des initiés au spiritisme, comme Laure Pigeon ou Rafael Lonné. Nouveau venu dans cet espace, Marcel Bascoulard (1913-1978), un autodidacte clochard, souvent vêtu en femme, donne des œuv […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nelly FEUERHAHN, « GÉBÉ GEORGES BLONDEAUX dit (1929-2004) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gebe/