SPIVAK GAYATRI (1942- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Spécialiste indienne de la critique littéraire, du féminisme et des études postcoloniales, Gayatri Spivak s'est efforcée de mettre en place une pratique qu'elle qualifie de « marxiste-féministe-déconstructionniste ».

Gayatri Chakravorty Spivak naît le 24 février 1942 à Calcutta. Elle fait ses études dans sa ville natale, où elle obtient une licence en 1959, puis fréquente Cambridge et l'université Cornell, où elle passe un doctorat en 1967, sous la direction de Paul de Man. Elle enseigne alors la littérature anglaise et comparée dans les universités de l'Iowa, du Texas, de Pittsburgh et de Pennsylvanie, ainsi qu'à Columbia, où elle est nommée professeur en 2007.

En 1976, Gayatri Spivak traduit en anglais De la grammatologie (1967), ouvrage fondateur du philosophe Jacques Derrida. Dans plusieurs essais publiés par la suite, elle invite les femmes à s'impliquer et à intervenir dans l'évolution de la théorie déconstructionniste. Elle encourage également ses collègues à prendre davantage en compte l'historicité des femmes. Critiquant l'interprétation historique « phallogocentrique » présente tant dans le discours impérialiste que marxiste, elle reproche aux féministes occidentales « bourgeoises » d'être complices du capitalisme international qui opprime et exploite les femmes du Tiers Monde.

Parmi les écrits critiques de Gayatri Spivak, citons In Other Worlds : Essays in Cultural Politics (1987, En d'autres mondes, en d'autres mots : essais de politique culturelle), Can the Subaltern Speak ? (1988, Les subalternes peuvent-elles parler ?), The Post-Colonial Critic (1990), Thinking Academic Freedom in Gendered Post-Coloniality (1992), Outside in the Teaching Machine (1993), A Critique of Postcolonial Reason (1999), Death of a Discipline (2003), Other Asias (2005) et Nationalism and the Imagination (2009, Nationalisme et imagination), Rethinking comparativism (2010).

—  Universalis

Classification

Autres références

«  SPIVAK GAYATRI (1942- )  » est également traité dans :

POSTCOLONIALES ANGLOPHONES (LITTÉRATURES)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Vanessa GUIGNERY
  •  • 9 177 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La théorie en question »  : […] Le champ des littératures postcoloniales a fait l'objet d'une théorisation qui a elle-même donné naissance à des porte-parole privilégiés. Les défenseurs les plus médiatisés de la « théorie postcoloniale » appartiennent généralement à la diaspora : Edward Said était un Palestinien installé à New York. Gayatri Spivak et Homi Bhabha sont tous deux originaires du sous-continent indien et font partie […] Lire la suite

POSTCOLONIALES FRANCOPHONES (LITTÉRATURES)

  • Écrit par 
  • Jean-Marc MOURA
  •  • 4 986 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les littératures postcoloniales au xxie siècle »  : […] Dès 2000, la critique anglophone observait que le postcolonialisme connaissait sa crise du milieu de la vie ( midlife crisis ). La théorisation avait donné naissance à des porte-parole notoires, notamment, outre les Australiens Ashcroft, Griffiths et Tiffin, Edward Said, Palestinien installé à New York, Gayatri Spivak et Homi K. Bhabha tous deux originaires du sous-continent indien et travaillant […] Lire la suite

Pour citer l’article

« SPIVAK GAYATRI (1942- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gayatri-spivak/