GARMISCH-PARTENKIRCHEN (JEUX OLYMPIQUES DE) [1936]Contexte, organisation, bilan

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le 7 juin 1933, le C.I.O., réuni pour sa trente et unième session à Vienne, désigne Garmisch-Partenkirchen ville d'accueil des IVes jeux Olympiques d'hiver. L'assemblée ne vote pas : Berlin ayant été élue en 1931 ville organisatrice des Jeux d'été de 1936, Garmisch-Partenkirchen fait valoir son droit de préemption – Jeux d'été et Jeux d'hiver sont censés se dérouler dans le même pays –, alors que Montréal et Saint-Moritz étaient également candidates.

Pour le IIIe Reich, les Jeux d'hiver de Garmisch-Partenkirchen servent en quelque sorte de « répétition générale » avant la tenue des Jeux d'été de Berlin, en août. Des fonds spéciaux sont débloqués, sur ordre de Joseph Goebbels, ministre de la Propagande, afin que la fête nazie soit grandiose. « Ga-Pa », comme on surnomme la station des Alpes bavaroises, propose une gigantesque exhibition à la gloire du führer. En tout domaine, il est question d'apparat et de démesure. Pour la première fois, la cérémonie d'ouverture est l'occasion d'une manifestation grandiose. Dans l'enceinte du stade de neige, tous les participants attendent au garde-à-vous l'arrivée du führer, dont l'entrée, en tenue militaire, est saluée par des « Heil Hitler » retentissants. Après que le chancelier du Reich a proclamé l'avènement de « l'année sportive nouvelle » et déclaré les Jeux ouverts, les fanfares entonnent L'Hymne de l'alliance universelle de Richard Strauss et des salves de canon éclatent dans les montagnes. Pour la première fois, la flamme olympique est allumée aux Jeux d'hiver : elle brûle en haut du tremplin de saut à skis.

Six cent quarante-six sportifs et sportives – un record –, représentant vingt-huit pays, participent à dix-sept épreuves, dont une compétition de ski alpin. Cette épreuve de ski alpin, justement, donne lieu à une polémique : le C.I.O., considérant les moniteurs de ski comme des « professionnels », leur interdit d'y prendre part ; de ce fait, Suisses et Autrichiens la boycottent (quelques Autrichiens sont néanmoins au départ, sous les couleurs de l [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « GARMISCH-PARTENKIRCHEN (JEUX OLYMPIQUES DE) [1936] - Contexte, organisation, bilan », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/garmisch-partenkirchen-jeux-olympiques-de-1936-contexte-organisation-bilan/