GALTON sir FRANCIS (1822-1911)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Gentilhomme anglais, voyageur et explorateur (Narrative of an Explorer in Tropical South Africa, 1853), savant qui s'intéressa de façon brillante aux disciplines les plus diverses, sir Francis Galton a surtout contribué à l'étude de l'homme (par l'anthropométrie et l'eugénique) et, plus précisément, à la naissance de la psychologie différentielle.

Francis Galton

Francis Galton

photographie

Le Britannique Francis Galton (1822-1911) est l'un des pères fondateurs de l'idéologie scientiste. Les lois de l'hérédité biologiques, prétendument corroborées par l'anthropométrie, étaient selon lui les seules à devoir être suivies dans la société enfin délivrée des superstitions du... 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Cousin de Charles Darwin, Galton a été attiré en particulier par le problème de la transmission héréditaire des capacités intellectuelles, problème qu'il étudia à travers de nombreux personnages de génie appartenant à des familles célèbres (Hereditary Genius, 1869). Il propose de mesurer le « génie » d'un individu par la proportion (c'est-à-dire la fréquence) des sujets qui, dans la population, se situent au-dessous de lui ou parviennent à le dépasser. C'est ainsi qu'en 1884, dans son laboratoire d'anthropométrie de Londres, il utilise comme instruments de mesure les tables de « percentiles », qui permettent de voir quel pourcentage de la population dépasse un individu, pour chacune des mesures effectuées. Ce principe et cette méthode sont, depuis lors, restés en usage dans la psychologie différentielle sous la forme de l'« étalonnage » des tests.

L'apport de Galton intéresse ainsi la nature même des mesures à pratiquer. Au lieu d'analyser de manière de plus en plus fine, comme dans le laboratoire de psychologie expérimentale, un phénomène mental à partir de quelques sujets longuement observés, sa méthode incite à mesurer très rapidement un grand nombre d'individus, ce qui rend possible l'étude statistique des différences individuelles et l'apparition des épreuves qu'on appellera plus tard les tests mentaux.

En appliquant cette méthode aussi bien à l'étude des différences physiques (par exemple, la taille) qu'à celle des supériorités ou infériorités intellectuelles, et en rapportant les données à l'hérédité des sujets concernés, Galton en vient à sa plus grande découverte : l'idée et le calcul du coefficient de corrélation. Dans Natural Inheritance (1889), il montre, en effet, comment on peut exprimer par un nombre le degré de liaison observée entre tel phénomène biologique, économique, social, physique même, et tel autre phénomène pouvant relever de séries très différentes. Instrument de ce calcul des liaisons entre des variations, le coefficient de corrélation fut ensuite perfectionné par un disciple de Galton, le mathématicien Karl Pearson (1857-1936) et conduisit à l'essor de ce qu'on allait appeler l'analyse factorielle.

—  Jean-François RICHARD

Écrit par :

Classification


Autres références

«  GALTON sir FRANCIS (1822-1911)  » est également traité dans :

DARWINISME

  • Écrit par 
  • Dominique GUILLO, 
  • Thierry HOQUET
  •  • 5 494 mots

Dans le chapitre « Biologiser l'ordre social »  : […] Dans les décennies qui suivent la parution de On the Origin of Species by Means of Natural Selection (1859), le cousin de Darwin, Francis Galton, soutient qu'il faut tirer les conséquences politiques du principe de la sélection naturelle. Selon lui, les maladies mentales, le dérèglement moral, la pauvreté, le niveau d'éducation ou encore la criminalité constituent autant de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/darwinisme/#i_11160

EUGÉNISME

  • Écrit par 
  • André PICHOT, 
  • Jacques TESTART
  • , Universalis
  •  • 4 941 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Histoire de la notion »  : […] Les idées eugénistes remontent à l'Antiquité, où elles furent parfois appliquées (ainsi en Grèce, et plus spécialement à Sparte, où l'on abandonnait à la mort les nouveau-nés anormaux). Elles ne disparurent jamais complètement, resurgissant à diverses époques sous différentes formes, mais sans avoir d'applications, sinon très marginales. C'est seulement à la fin du xix […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eugenisme/#i_11160

JUMEAUX (psychologie)

  • Écrit par 
  • Michèle CARLIER
  •  • 2 508 mots

On attribue souvent à sir Francis Galton (1822-1911) la paternité de la « méthode des jumeaux », méthode qui consiste à comparer les jumeaux monozygotes (MZ), issus de la fécondation d’un seul ovule par un seul spermatozoïde, à des jumeaux dizygotes (DZ), issus chacun de la fécondation d’un ovule par un spermatozoïde. À ceci près que, à l’époque, la classification des jumeaux ne se faisait pas pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jumeaux-psychologie/#i_11160

MURDOCK GEORGE PETER (1897-1985)

  • Écrit par 
  • Jean CUISENIER
  •  • 1 994 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les « dispositifs » de l'ethnologie comparée »  : […] Tout l'effort de Murdock est orienté vers un unique objectif : arracher l'ethnologie comparée au vertige de l'étude monographique, en appliquant à la matière ethnographique la méthodologie rigoureuse qui prévaut dans les sciences naturelles et dans la sociologie empirique. À cette fin, il met en œuvre cinq « dispositifs », ou modes d'interrogation de l'objet. Un système de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-peter-murdock/#i_11160

POLICE SCIENTIFIQUE

  • Écrit par 
  • Robert GAURENNE, 
  • Bertrand LUDES, 
  • Hélène PFITZINGER
  • , Universalis
  •  • 10 061 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Dactyloscopie (empreintes digitales) »  : […] La peau de la pulpe des doigts, de la paume des mains et de la plante des pieds présente de fins plissements formant des sillons et des crêtes papillaires qui dessinent des figures linéaires variées. Leur rôle est de renforcer le pouvoir agrippant des doigts. Les premières empreintes digitales connues remontent au Néolithique, en association avec des dessins de paume. On en trouve aussi sur des p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/police-scientifique/#i_11160

PSYCHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre GRÉCO
  •  • 16 218 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Sur l'origine de la méthode des tests »  : […] Chose étrange mais significative, ce n'est pas dans le contexte de la psychologie médicale qu'est née d'abord l'idée des tests mentaux, mais dans celui de la psychologie expérimentale débutante, et plus précisément de cette psychologie expérimentale que Wundt (1832-1920), à Heidelberg d'abord puis à Leipzig, commençait à bâtir à partir de la psychophysique de Weber, Fechner et Helmholtz. En prena […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie/#i_11160

PSYCHOLOGIE DIFFÉRENTIELLE

  • Écrit par 
  • Michel HUTEAU
  •  • 4 662 mots

Dans le chapitre « Les origines »  : […] La réflexion sur les différences entre les individus est très ancienne. Dans la culture occidentale, elle est présente dès l'antiquité grecque chez des philosophes (Platon, Aristote) et chez des médecins (Hippocrate). C'est seulement à la fin du xix e siècle, avec l'émergence de la psychologie scientifique, que l'étude des différences entre indiv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-differentielle/#i_11160

Pour citer l’article

Jean-François RICHARD, « GALTON sir FRANCIS - (1822-1911) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/galton-sir-francis/