HENLE FRIEDRICH GUSTAV JACOB (1809-1885)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pathologiste allemand, né le 19 juillet 1809 à Fürth (Bavière), mort le 13 mai 1885 à Göttingen.

Friedrich Gustav Jacob Henle obtient son diplôme de médecin à l'université de Bonn, où est l'élève du physiologiste allemand Johannes Müller. Il poursuit ses études à l'université de Berlin (1832-1834) et publie ses premières descriptions de la structure et de la répartition du tissu épithélial humain et des structures fines de l'œil et du cerveau. Dans son article Von den Miasmen und Contagien und von den miasmatisch-contagiösen Krankheiten (1840, « À propos des miasmes, des contagions et des maladies miasmatico-contagieuses »), Henle adopte la théorie alors peu en vogue de la contagion par micro-organismes avancée par Girolamo Fracastoro, médecin de la Renaissance qui jeta les bases de l'épidémiologie moderne. Il déclare ainsi que le matériau des contagions est non seulement organique, mais aussi vivant : cet organisme, doté d'une vie qui lui est propre, parasite le corps malade.

Professeur d'anatomie à l'université de Zürich (1840-1844), Henle publie Allgemeine Anatomie (1841, Traité d'anatomie générale), le premier traité systématique d'histologie. Il poursuit avec Handbuch der rationellen Pathologie (1846-1853, « Manuel de pathologie rationnelle », deux vol.), écrit alors qu'il est professeur d'anatomie et de pathologie à l'université de Heidelberg (1844-1852). Ce manuel, qui décrit les organes malades en relation avec leurs fonctions physiologiques normales, représente les débuts de la pathologie moderne. L'influence du travail de Henle sur le développement de l'histologie est comparable à celui du travail d'André Vésale à la Renaissance sur l'anatomie macroscopique. Parmi ses étudiants à l'université de Göttingen (1852-1885) se trouve Robert Koch, qui prouvera l'hypothèse de Henle sur l'existence de micro-organismes pathogènes.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  HENLE FRIEDRICH GUSTAV JACOB (1809-1885)  » est également traité dans :

ENDOCRINOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT
  •  • 3 846 mots

Dans le chapitre « Les précurseurs »  : […] Au xvii e siècle, l'anatomiste anglais Thomas Willis parlait d'un ferment qui, passant des glandes génitales dans le sang, tiendrait sous sa dépendance le développement du système pileux, la mue de la voix, les phénomènes menstruels. En 1775, dans son traité de L'Analyse médicale du sang , Théophile de Bordeu émettait l'opi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/endocrinologie/#i_2154

Pour citer l’article

« HENLE FRIEDRICH GUSTAV JACOB - (1809-1885) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-gustav-jacob-henle/