JOURDAIN FRANTZ (1847-1935)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Architecte d'origine belge naturalisé français en 1870. Pamphlétaire et journaliste, Jourdain est, de 1880 à 1910, à la pointe du combat pour la rénovation et la synthèse des arts. Fondateur en 1903 et président des Salons d'automne, il joue un rôle important dans la diffusion des idées nouvelles, la révélation des peintres méconnus de la fin du xixe siècle ou celle des artistes d'avant-garde. Il est un fervent admirateur de la galerie des Machines de l'Exposition universelle de 1889, œuvre de Dutert et de Contamin ; il en exploite la leçon ainsi que celle du Bon Marché de Boileau et Eiffel (1889) dans son chef-d'œuvre : les nouveaux magasins de la Samaritaine (1905), construction de métal et de verre dotée d'une ornementation naturaliste en fer forgé et céramique vernissée, typique de l'Art nouveau. La logique fonctionnelle du parti structural pleinement avoué et l'intégration parfaite de la décoration à la composition architecturale frappèrent vivement l'opinion publique. Sa réussite contribua à relancer après un déclin passager l'architecture métallique dans ce genre de programme. Malgré une production toujours hardie et volontiers provocante (pavillons d'exposition, décors d'intérieur et de théâtre), Jourdain ne retrouvera plus le même succès. Il reste l'homme d'un bâtiment dont la pureté rationaliste préfigure l'avenir tout en demeurant un exemple caractéristique du style d'une époque.

—  Yves BRUAND

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Toulouse-Le-Mirail, archiviste-paléographe, docteur ès lettres

Classification


Autres références

«  JOURDAIN FRANTZ (1847-1935)  » est également traité dans :

ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Fer et fonte

  • Écrit par 
  • Henri POUPÉE
  •  • 4 347 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les espaces couverts »  : […] des dames – œuvre imaginaire – évoque, en fait, moins le Bon Marché, où la pierre joue encore un grand rôle, que le Printemps (1882), où Paul Sédille a fait disparaître les murs, transformant l'édifice en une énorme vitrine, sous les ors et les mosaïques des enseignes. Modèles dont Frantz Jourdain se souviendra pour la Samaritaine (1905-1906 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-materiaux-et-techniques-fer-et-fonte/#i_14739

BLOC ANDRÉ (1896-1966)

  • Écrit par 
  • Jean-Étienne GRISLAIN
  •  • 645 mots

« Un ingénieur de l'École centrale qui lit L'Esprit nouveau. » Cette formule résumerait assez bien la personnalité d'André Bloc en 1921, date à laquelle, ayant obtenu son diplôme d'ingénieur, il entre en relation avec quelques grands noms de l'architecture de ce début du xxe siècle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-bloc/#i_14739

RATIONALISTE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis AVRIL
  •  • 4 314 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'apport doctrinal français au XIXe siècle »  : […] du siècle, jusqu'à se fondre dans le rationalisme ambiant des années 1925-1935. C'est à juste titre que Frantz Jourdain (1847-1935) stigmatisait en 1929, pour le cinquantième anniversaire de la mort de Viollet-le-Duc, ceux « qui trouvent naturel de s'asseoir devant une table servie d'avance » méconnaissant ce que le modernisme devait à ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-rationaliste/#i_14739

Pour citer l’article

Yves BRUAND, « JOURDAIN FRANTZ - (1847-1935) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/frantz-jourdain/