KUPKA FRANTIŠEK (1871-1957)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aux origines de l'abstraction

C'est le constat d'impuissance que dresse au même moment le peintre théoricien, dans les notes de La Création dans les arts plastiques : l'échec du réalisme vient aussi du mensonge que ce dernier instaure quant à la forme et à la nature réelles de la sensation. Fondé sur les données de l'optique physiologique et sur les apports de l'esthétique expérimentale, l'essai de Kupka contient une théorie de la perception comme vibration de la sensibilité kinesthésique, ébranlement d'un sens du mouvement impliqué dans la formation de tous les états de conscience : par conséquent, si l'artiste doit chercher à représenter quelque chose, c'est plutôt le fonctionnement mobile de la pensée et de la subjectivité. Selon la conception moniste de Kupka, le mouvement est la forme élémentaire commune de toutes les sensations – lumineuses, sonores, tactiles ou kinesthésiques. Il les décrit comme un agencement d'images motrices se modifiant dans le temps et douées d'une spatialité propre, et même d'une « topographie », avec ses « localités » entre lesquelles l'artiste établit des liaisons et se déplace en empruntant ces « voies praticables » que sont les lignes. Le titre et la structure de deux œuvres, Localisation de mobiles graphiques (1912-1913, la première au musée Thyssen-Bornemisza de Madrid), retiennent à l'évidence l'empreinte de cette conception spatio-dynamique de « l'idéation » – formation et extériorisation de l'idée.

En quelques années, de 1911 à 1913, les premières œuvres abstraites de Kupka mettent au point le vaste répertoire de morphocinèses, lignes courbes et cadences de lignes verticales, qu'il charge d'aller « incarner le rythme intérieur ». Amorpha, fugue à deux couleurs (1912, Národní Galerie, Prague) et Solo d'un trait brun (1912-1913, Národní Galerie, Prague) mobilisent la ligne mélodique de l'arabesque, « localisation dans l'espace des instants successifs du flux temporel », selon l'artiste, pour inscrire à la surface de l'œuvre cette pulsion du mouvement communiquée par la vibration musicale. C'est elle que restituent aussi, avec d'a [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages





Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Grenoble-II-Pierre-Mendès-France

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Arnauld PIERRE, « KUPKA FRANTIŠEK - (1871-1957) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/frantisek-kupka/