GEHRY FRANK O. (1929- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mouvement qui déplace les lignes

La source première de l'inspiration de Gehry demeure toutefois cette ville chaotique qu'est Los Angeles. Chaque bâtiment en est une métaphore, l'occasion d'exprimer un désordre doublé du spectre du tremblement de terre qui menace la Californie. La maison qu'il construit pour un cinéaste (1981) ou le California Aerospace Museum (1984) témoignent notamment de cette prise de position. Attentif au contexte, Gehry juge « traditionnel » son Cabrillo Marine Museum construit à San Pedro (1979), dont les volumes s'inspirent des industries portuaires adjacentes. Avec la réhabilitation de l'immeuble du 360 Newbury Street à Boston (1988), Gehry montre de façon plus évidente encore son intention de travailler dans la continuité, tout en refusant l'usage de références historiques purement formelles.

La notoriété de Gehry l'a logiquement amené à s'exporter. Il participe en 1985 au concours pour la médiathèque de Nîmes (remporté par Norman Foster), avant de réaliser sa première construction européenne, le musée et l'usine de mobilier de la firme Vitra à Weil-am-Rhein, en Allemagne (1989). Gehry y met en scène les œuvres avec une évidente virtuosité ; il opte pour des surfaces extérieures monochromes que l'on retrouve par exemple au Visual Arts Center de l'université de Toledo (Ohio, 1990-1992) ; ce choix n'est cependant pas définitif, en témoigne le siège social de Vitra, à Bâle (1988-1994). À Prague, enfin (1992-1995), l'avant-corps dont il dote un immeuble de bureaux est l'occasion d'un singulier dialogue avec l'univers baroque de la vieille ville.

Les réalisations de Frank O. Gehry ont bénéficié d'un écho exceptionnel et, du même coup, contribué à faire de cet architecte une figure particulièrement en vue sur la scène internationale. Dans l'American Center de Paris (1987-1994) appelé, après sa vente, à abriter la Cinémathèque française, certains ont vu davantage une œuvre de concession qu'une version parisienne de ses fantaisies californiennes. Et pour cause : ce centre culturel se voulait à la fois fidèle à ce qui a fait la célébrité de Gehry et un hommage à l'architecture locale. La façade côté parc et l'espace d'accueil contrastent en effet sensiblement avec l'élévation côté rue de Bercy, traitée à la manière d'un immeuble de rapport – le tout est paré de pierres de Saint-Maximin. C'est avec le musée Guggenheim de Bilbao (1991-1997) que Gehry a finalement donné la mesure de son savoir-faire. Nonobstant les conditions sulfureuses de sa genèse, ce bâtiment marque le point culminant de cette poétique de la complexité mise en œuvre par l'architecte depuis vingt ans. Si le dessin a toujours constitué pour l'architecte un outil essentiel, la résolution de problèmes géométriques particulièrement délicats et la nécessité de garder en permanence le contrôle des prix, ont suscité un important travail informatique et un nombre impressionnant de maquettes. Entre pont et docks, ville et fleuve, la structure métallique du musée Guggenheim et son revêtement de titanium apparaissent comme l'une des créations architecturales les plus marquantes de la fin du xxe siècle.

L'école de management du campus de l'université Case Western Reserve à Cleveland, le Peter B. Lewis Building (2002), use des formes ondulatoires, des légers décalages et des changements de teintes. Les espaces intérieurs, conçus comme des sculptures, jouent sur les éclairages naturels, nuançant ainsi la couleur blanche initiale des murs. En Allemagne, à partir du bâtiment de l'architecte Herford Werner Lippold (1950), initialement une usine de production, Gerhy intègre de nouveaux éléments afin de réaliser le complexe muséal MARTa Herford (2001-2005). L'établissement se fond dans l'environnement par l'utilisation de la brique locale et par sa structure en vague qui évoque le trafic fluvial proche. À Paris, les collections d'art contemporain de la fondation Louis Vuitton pour la création (2014) prennent place dans un bâtiment en forme de nuage abrité par de grandes voiles de verre. En 2007, Frank O. Gehry présente la maquette d’un bâtiment, où s’enchevêtrent des tubes de formes coniques et des tours en métal et en verre, destiné à accueillir les collections d’art contemporain du musée Guggenheim à Abu Dhabi, sur l'île Saadiyat, dans les Émirats arabes unis.

Parallèlement à son activité d'architecte reconnu, qui lui a valu le prix Pritzker en 1989, Gehry réalise pour l'artiste française Sophie Calle Le Téléphone, une sculpture en forme de fleur installée sur le pont du Garigliano sur le trajet du tramway parisien. Il conçoit depuis les années 1980 plusieurs séries de meubles, notamment en carton ondulé, qui témoignent de ses recherches sur les matériaux les plus courants : des cartons d'emballage pliés et collés, du bois laminé ou de l'aluminium plié. Son jeu sur les textures variées et la vibration des surfaces lui garantit le succès, notamment avec la série de fauteuils Easy Edges en 1972.

Le cinéaste Sydney Pollack lui a rendu hommage dans son long-métrage documentaire, Esquisses de Frank Gehry (2006).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GEHRY FRANK O. (1929- )  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - L'architecture

  • Écrit par 
  • Claude MASSU
  •  • 12 012 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les architectures du déconstructivisme »  : […] Au terme d'une longue carrière, Philip Johnson, l'un des promoteurs de l'expression « style international », avant de devenir à partir des années 1970 un représentant essentiel du postmodernisme, avait confirmé en 1988 son art d'anticiper et de susciter de nouveaux changements de style dans l'architecture américaine. Ainsi, en 1988, se tint au Museum of Modern Art de New York une exposition d'arch […] Lire la suite

GUGGENHEIM MUSÉE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 815 mots
  •  • 1 média

Institution au rayonnement international, le musée Guggenheim possède et expose des objets d'art moderne et contemporain à New York et dans diverses autres villes sous l'égide de la fondation Solomon R. Guggenheim, créée en 1937. La fondation fédère ainsi le musée Solomon R. Guggenheim à New York, la collection Peggy Guggenheim à Venise, le musée Guggenheim de Bilbao et le Deutsche Guggenheim à […] Lire la suite

INGÉNIEUR ET ARCHITECTE

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 4 253 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Un nouveau désir d'architecture »  : […] Face à la complexité croissante des constructions comme au déplacement qui s'opère en direction des outils numériques, on serait tenté d'annoncer la disparition inéluctable de la figure professionnelle de l'architecte. Après tout, l'architecture occupe une place mineure au sein d'un monde pourtant marqué par une urbanisation galopante. Mais c'est oublier que les phénomènes que l'on vient d'évoquer […] Lire la suite

MUSÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Germain BAZIN, 
  • André DESVALLÉES, 
  • Raymonde MOULIN
  •  • 13 794 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Des chefs-d'œuvre architecturaux : un enjeu identitaire, urbanistique et touristique »  : […] Le musée, prenant le relais des cathédrales du Moyen Âge, des palais du Grand Siècle et des gares du xix e siècle, est devenu l'œuvre architecturale majeure de notre temps. Partout dans le monde, dans les dernières décennies du xx e  siècle et au début du xxi e siècle, de nouveaux musées ont été créés (construction de nouveaux bâtiments, extension des bâtiments anciens, réhabilitation d'usines o […] Lire la suite

SALONEN ESA-PEKKA (1958- )

  • Écrit par 
  • Charles TRUMBULL
  • , Universalis
  •  • 1 001 mots

Dans le chapitre « Un chef au service de la musique de son temps »  : […] Esa-Pekka Salonen fait ses débuts à la direction en 1979, avec l’Orchestre symphonique de la Radio finlandaise. Les nombreux engagements qu’il obtient ensuite en Scandinavie sont notamment marqués par la production de Wozzeck d’Alban Berg à l’Opéra de Stockholm. En 1983, il dirige au pied levé le Philharmonia Orchestra de Londres dans la Troisième Symphonie de Mahler, une brillante prestation qu […] Lire la suite

SCULPTURE CONTEMPORAINE

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 8 068 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Réinventer la monumentalité »  : […] House s’inscrit dans la vogue nouvelle des années 1990- 2000, la commande d’œuvres qu’on a souvent regroupées sous l’appellation d’antimonuments ou de contre-monuments. « Comment faire un monument à la fin du xx e  siècle ? », telle était la question de départ que se posait l’artiste néerlandais Jan Dibbets lors de son projet d’ Hommage à Arago (1989-1994), à Paris, qui consistait en cent vingt- […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Simon TEXIER, « GEHRY FRANK O. (1929- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/frank-o-gehry/