FRANÇAIS FRANÇOIS LOUIS (1814-1897)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Plombières-les-Bains, François Louis Français arriva en 1825 à Paris, où il travailla chez un libraire. Au bout de cinq ans, il put vivre de ses dessins, exécuta des vignettes sur bois pour des éditions de luxe et se fit un nom dans la lithographie. Élève de Corot, il exposa au Salon de 1857 son premier paysage, Une chanson sous les saules, peint avec H. Baron. En 1855, il expose cinq toiles à l'Exposition universelle ; puis dans sa production se succèdent paysages, peintures de la campagne romaine et des sites antiques (Nouvelles Fouilles de Pompéi, 1865) ou des vues de peintre-voyageur (Les Regains, Vallée de Munster, 1868 ; Le Mont-Blanc vu de Saint-Cergue, 1869). Un musée lui est consacré dans sa maison de Plombières, où sont rassemblées de nombreuses toiles du peintre qui appartient à l'école de Barbizon.

Français est un exemple d'un artiste devenu peintre tardivement, après des débuts dans la lithographie et l'illustration, domaines qu'il n'abandonnera jamais. Pour ce qui est du dessin d'illustration, dans l'atelier de Gigoux, où il dessina (sans les signer) les lettrines du premier grand « illustré romantique », Gil Blas (Paulin, 1835), il s'était fait une spécialité de l'évocation poétique de la nature exotique. Sa réussite dans ce genre pour le célèbre Paul et Virginie (Curmer, 1838) le fit connaître d'un plus large public. Par la suite, il collabora à de nombreuses entreprises collectives d'illustration, par exemple l'édition Bourdin des Mille et une Nuits, s'associant à d'autres dessinateurs qui réalisaient pour lui les figures. Ce travail en atelier, avec Baron le plus souvent, reflète ses conceptions saint simoniennes de l'art. Il travailla beaucoup pour de grands journaux illustrés, comme Le Magasin pittoresque, Le Musée des familles, Le Tour du monde, puis, sous le second Empire, pour l'éditeur Mame, qui seul poursuivait le projet du livre illustré romantique. Vers la fin de sa longue vie, il se consacra de plus en plus à la peinture, car la vogue de l'illustration avait passé.

—  Ségolène LE MEN

Écrit par :

  • : professeur des universités, membre de l'I.U.F., professeur d'histoire de l'art contemporain à l'université de Paris-ouest Nanterre-La Défense

Classification

Les derniers événements

France. Majorité absolue à l'Assemblée pour le Parti socialiste et ses alliés. 10-26 juin 2012

au maintien de ses candidats au second tour partout où ceux-ci le peuvent et demande à ses électeurs, en cas de duel entre le F.N. et le P.S. « allié au Front de gauche », de ne voter ni pour l'un ni pour l'autre. Le 12, la compagne du président François Hollande, Valérie Trierweiler, apporte […] Lire la suite

France. Victoire de la majorité présidentielle aux élections législatives. 10-26 juin 2007

devoir remplacer son numéro deux, invité à démissionner en application de la règle énoncée par François Fillon. Le 19, ce dernier livre la nouvelle composition de son gouvernement, où Jean-Louis Borloo succède à Alain Juppé comme ministre d'État, ministre de l'Écologie, du Développement […] Lire la suite

France – Italie. Victoire de P.P.R. sur L.V.M.H. pour le contrôle de Gucci. 27 mai 1999

La cour d'appel d'Amsterdam donne l'avantage au groupe français Pinault-Printemps-Redoute (P.P.R.) de François Pinault dans la lutte qui l'oppose à Louis Vuitton-Moët-Hennessy (L.V.M.H.), le groupe de Bernard Arnault, pour le contrôle de Gucci, firme italienne mais de droit néerlandais. En janvier […] Lire la suite

France. XXIXe congrès du P.C.F. 18-22 décembre 1996

» de la nouvelle ligne. La C.G.T. annonce le départ du bureau national de ses dirigeants Louis Viannet et François Duteil, afin de marquer l'autonomie de l'action syndicale, comme le réclame une part croissante de ses adhérents. L'économiste Philippe Herzog annonce son départ du P.C.F. où, selon lui […] Lire la suite

France. Élection de Jacques Chirac à la présidence de la République et nomination d'Alain Juppé au poste de Premier ministre. 2-24 mai 1995

sa démission au chef de l'État, qui le charge d'expédier les affaires courantes. Le 17, François Mitterrand accueille son successeur à l'Élysée pour la passation des pouvoirs. Puis il rejoint le siège parisien du Parti socialiste où une réception est organisée en son honneur. Après la cérémonie […] Lire la suite

Pour citer l’article

Ségolène LE MEN, « FRANÇAIS FRANÇOIS LOUIS - (1814-1897) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-louis-francais/